BRAHMAGUPTA (598-apr. 665)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’astronome et mathématicien du sous-continent indien Brahmagupta nous est connu pour deux traités : le Brāhmasphuasiddhānta (« Traité théorique de la vraie école de Brahma », 628, abrégé BSS) et un manuel plus pratique le Khaṇḍakādyaka (« Bouchées de douceurs », 665, abrégé KK). Son œuvre, abondamment traduite et commentée, a largement dépassé les frontières du sous-continent indien.

Manuscrit de Brahmagupta

Manuscrit de Brahmagupta

Photographie

Ce fragment de manuscrit est une copie du commentaire de Pthūdhaka du Brahmasphuṭasiddhanta de Brahmagupta. Il présente un intérêt supplémentaire du fait des annotations de la main de H.T. Colebrooke, l'un des premiers traducteurs de Brahmagupta en Europe (British Library, recto du folio 21... 

Crédits : British Library/ Bridgeman Images

Afficher

Comme pour la plupart des auteurs de traités de sciences astrales en sanskrit, nous savons peu de choses sur lui. Dans le BSS, Brahmagupta nous indique qu’il est le fils de Jiṣnugupta, qu’il a composé le BSS à l’âge de trente ans, en 628 de notre ère. Le nom de famille Gupta semble indiquer qu’il n’était pas un brahmane. Il aurait officié dans un royaume tribal aux confins du Rajasthan et du Gujarat. Le KK nous livre la date de son année zéro, calibrée pour que les nombres employés ne soient pas trop grands : 665 de notre ère, date à laquelle Brahmagupta aurait eu soixante-sept ans.

Le BSS est un ouvrage à vocation encyclopédique, caractérisé par des procédures virtuoses, des assertions mathématiques fulgurantes, accompagnées de remarques sarcastiques et critiques. Le traité est construit en deux parties, la seconde comportant des critiques et des améliorations de la première. L’ensemble doit sans doute être compris comme composant un cursus approfondi en astronomie. Le BSS propose des révisions des paramètres donnés par Āryabhaṭa (né en 476, mort apr. 499, important mathématicien astronome), reprochant à celui-ci de s’écarter des conventions cosmologiques données dans les textes religieux. Il y questionne notamment l’affirmation faite par ce dernier que la Terre tourne sur elle-même. Pour Brahmagupta, en bon orthodoxe, les étoiles et les planètes tournent autour du mont Méru, montagne mythique qui est l’axe de la Terre. La partie la plus connue du BSS est constituée par le chapitre douze, consacré aux mathématiques, et le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  BRAHMAGUPTA (598-apr. 665)  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mathématiques »  : […] Après avoir fait l'objet de controverses passionnées, l'originalité des mathématiques indiennes et la dette de l'Occident à l'égard de l'Inde ont été reconnues, assez tardivement et seulement depuis les années 1910. Certes, comme on l'a signalé, l'Inde a emprunté à la Grèce presque tout de l'astronomie. Mais nous devons reconnaître que les idées sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_95968

Pour citer l’article

Agathe KELLER, « BRAHMAGUPTA (598-apr. 665) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmagupta/