BOULANGISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est la première crise et la plus grave du régime républicain français entre 1886 et 1889. Le boulangisme dépasse par ses causes et par ses conséquences la personne même du général Boulanger. À l'origine des troubles qui pendant trois ans ébranlèrent la République, on trouve des causes à la fois rationnelles et irrationnelles : dégradation politique et mécontentement dus à l'instabilité ministérielle, phénomène ancien et pourtant renouvelé du nationalisme. S'ajoutent à ces causes lointaines l'augmentation du chômage dans le bâtiment et dans le textile, et la crise nouvelle de l'agriculture. À droite, l'hostilité politique de ceux qui s'opposent encore à la République se réveille. De la gauche à l'extrême gauche, la morosité à l'égard des institutions républicaines devient animosité. Six cent mille voix au bénéfice des républicains ne donnent pas une majorité unie : républicains, radicaux et opportunistes s'opposent, et l'instabilité ministérielle devient une habitude de gouvernement. Les modérés pratiquent l'alternance, ce qui leur permet de diriger les coalitions successives. Le vieux fonds d'antiparlementarisme se réveille : les noms et les actes des républicains en poste parlent peu au cœur et à l'imagination. À l'automne de 1887, le scandale éclate ; Wilson, le gendre du président de la République Jules Grévy, est convaincu de trafic d'influence, ce qui entraîne la chute de ce dernier ; et l'affaire rejaillit sur le régime. Le boulangisme apparaît comme l'acte de naissance du nationalisme politique, comme un mouvement d'opposition aux hommes, qui devient aussitôt une opposition au régime. On assiste à une mutation profonde du sentiment national liée à une crise de l'esprit public.

L'école de Jules Ferry, qui ailleurs divise, ici unit dans un même amour de la patrie, blessée depuis 1871. Il n'y a pas encore d'antimilitarisme. L'aventure boulangiste lie pour la première fois l'institution militaire à l'ambition politique. Le boulan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  BOULANGISME  » est également traité dans :

BARRÈS MAURICE (1862-1923)

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « Les étapes du nationalisme barrésien »  : […] L'année même où paraît Un homme libre , Barrès est élu député boulangiste de Nancy ; il a vingt-sept ans. À ce moment le boulangisme est déjà vaincu, mais Barrès voit avant tout dans le général Boulanger l'homme qui peut rendre à la France sa fierté et l'intégrité de son territoire : « En politique, écrira-t-il dans ses Cahiers en 1908, je n'ai jamais t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-barres/#i_5834

FERRY JULES (1832-1893)

  • Écrit par 
  • Jean GARRIGUES
  •  • 2 146 mots

Dans le chapitre « « Ferry le Tonkinois » »  : […] La France lui doit, par ailleurs, les débuts de l'expansion coloniale, à une époque où celle-ci est loin d'être populaire dans la classe politique comme dans l'opinion. Il envoie, en Tunisie, une première expédition qui lui permet d'imposer le protectorat de la France par le traité du Bardo (12 mai 1881), puis une seconde qui pacifie l'Ouest tunisien (août-nov. 1881). Mais c'est surtout lors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-ferry/#i_5834

NAQUET ALFRED (1834-1916)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 135 mots

Républicain, opposant au second Empire, Alfred Naquet prit une part active à la journée du 4 septembre 1870. Député du Vaucluse, il siégea à l'extrême gauche. Directeur de la Démocratie du Midi , il fut parmi les trois cent soixante-trois républicains réélus après le 16 mai 1877. En 1879, il déposa un projet de loi rétablissant le divorce en France qui devait être voté par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-naquet/#i_5834

ROCHEFORT HENRI DE (1831-1913)

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 822 mots

Le marquis Henri de Rochefort-Luçay était le descendant d'une vieille famille noble, ruinée par la Révolution. Son père Claude Louis (1790-1871) avait mené la vie besogneuse de journaliste royaliste et de vaudevilliste. Élevé dans un foyer désuni, Rochefort eut une jeunesse difficile qui lui donna un caractère instable. Bachelier en 1849, précepteur, puis modeste fonctionnaire de la préfecture de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-rochefort/#i_5834

SCHNÆBELÉ AFFAIRE (1887)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 571 mots

Banale affaire d'espionnage, l'affaire Schnæbelé a, en raison de la tension des rapports franco-allemands, failli déboucher sur une guerre, puis a donné le coup d'envoi à la crise boulangiste en France. L'Alsacien Guillaume Schnæbelé, ex-instituteur devenu commissaire de police, opte pour la France en 1871 ; il est affecté à la gare de Pagny-sur-Moselle comme commissaire spécial. À cet important n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-schnaebele/#i_5834

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le boulangisme (1885-1889) »  : […] Le régime semble usé. Ferry est détesté ; faute de candidat valable, Grévy est réélu président en 1885. Depuis la mort du prince impérial (1879) et celle du comte de Chambord (1883), le comte de Paris, petits-fils de Louis-Philippe, fait seul figure de prétendant. Les royalistes s'intitulent conservateurs et font preuve d'un dynamisme retrouvé. Unis aux radicaux, les opportunistes forment des mini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_5834

Pour citer l’article

Armel MARIN, « BOULANGISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boulangisme/