BOILEAU ou BOILLESVE ÉTIENNE (1200 ou 1210-1270)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officier royal français. D'origine noble, peut-être orléanaise, Étienne Boileau est prévôt d'Orléans en 1259, puis de Paris en 1261. C'est sous son gouvernement que cette fonction essentielle — le prévôt est l'administrateur royal ordinaire — cesse d'être affermée pour être dorénavant baillée en garde : Boileau est le dernier prévôt de Paris à avoir, pendant quelques années, tenu sa prévôté en ferme. Il exerça cette fonction (analogue à celle d'un bailli ou d'un sénéchal en province) avec beaucoup de fermeté et il alla même, pour défendre les droits du roi, jusqu'à tenir tête au chapitre de Notre-Dame.

Le Livre des métiers qu'il fit compiler vers la fin de sa carrière est un recueil de règlements établis et de règles spontanées tirant leur force de l'usage, dont l'objet principal était de protéger l'artisanat et le petit commerce parisiens contre la concurrence déloyale et le chômage. Bien qu'il ne s'agisse en rien d'une œuvre originale, on y dénote un souci de cohérence et d'harmonisation. La plupart des dispositions du Livre des métiers furent, jusqu'à la fin du Moyen Âge, la base de la réglementation professionnelle à Paris.

On a longtemps cru, sans doute à tort, qu'Étienne Boileau avait pris part à la croisade d'Égypte : il mourut au début de 1270.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  BOILEAU ou BOILLESVE ÉTIENNE (1200 ou 1210-1270)  » est également traité dans :

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 928 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'ouvroir et la boutique. L'atelier artisanal »  : […] examiné par les gardes du mestier » (Livre des métiers d'Étienne Boileau). L'obligation du chef-d'œuvre fut d'ailleurs une mesure d'ordre économique et un facteur de cloisonnement social. Par lui se ferma la classe des maîtres à toute une masse d'artisans qui non seulement ne jouissaient pas des dispenses attribuées aux fils de maîtres, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atelier-art/#i_4096

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « BOILEAU ou BOILLESVE ÉTIENNE (1200 ou 1210-1270) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boileau-boillesve/