DIAGNE BLAISE A. (1872-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Carrière politique après la guerre

Diagne est réélu député du Sénégal en 1919, mais il se trouve désormais dans une position politique difficile : il est à la fois contesté par les Jeunes Sénégalais, qui le jugent trop proche du gouvernement colonial, et objet de méfiance de la part des cercles coloniaux conservateurs parisiens, en raison de ses déclarations de campagne hostiles à l’administration française et favorables à une plus grande autonomie des Africains. Ses appuis parlementaires lui permettent cependant d’être élu au poste prestigieux de président de la commission sur les colonies à la Chambre, en 1921. Le principal tournant politique de la carrière de Blaise Diagne intervient en 1923, date à laquelle il signe avec les grands noms du commerce bordelais le « pacte de Bordeaux » : afin de garantir le développement économique du Sénégal, Diagne s’engage à cesser toute opposition aux grandes compagnies de commerce françaises et à réconcilier ses partisans avec les firmes françaises. Cet accord, négocié dans le secret, contribue à le discréditer aux yeux des Jeunes Sénégalais. Il parvient néanmoins à remporter les élections de 1924, 1928 et 1932, notamment grâce au soutien durable des anciens combattants, des Lébou, du négoce bordelais et de l’administration coloniale.

La participation de Diagne aux gouvernements de Pierre Laval (1931-1932) en tant que sous-secrétaire d’État aux Colonies achève de convaincre ses détracteurs de sa collusion avec le gouvernement colonial. Au début des années 1930, lors des réunions du Bureau international du travail à Genève, Diagne défend le travail forcé aux colonies, au nom de la nécessaire participation des Africains à la mise en valeur du continent. Il consacre les dernières années de sa carrière à obtenir du Parlement des subventions en faveur de l’arachide sénégalaise, qui souffre de la crise économique mondiale.

Diagne meurt le 11 mai 1934 à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques). Les cérémonies organisées à Dakar en décembre 1972 pour le centenaire de sa naissance célèbrent le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteure en histoire, rattachée au Centre d'histoire du XIXe siècle, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  DIAGNE BLAISE A. (1872-1934)  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 236 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une expérience importante pour la métropole comme pour ses colonies »  : […] Aux yeux des autorités comme de l’opinion publique, la participation des soldats coloniaux à la guerre aura prouvé leur loyauté et la possibilité d’engager dans un conflit européen des contingents d’outre-mer disciplinés et efficaces. Au reste, les troupes des colonies participent au défilé solennel de la Victoire le 14 juillet 1919. Quelques festivités ont lieu aussi outre-mer, comme au Sénégal. […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 068 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Sénégal colonial : islam, arachide et assimilation »  : […] L'instabilité de la seconde moitié du xix e  siècle a facilité la poussée de l'islam maraboutique qui, bien qu'anciennement établi en Afrique de l'Ouest, était resté limité. Dans le contexte d'effervescence socio-politique, des marabouts pacifiques réussissent là où leurs prédécesseurs, avec leurs méthodes guerrières et prédatrices, avaient échoué. Ils procèdent à des conversions massives, en par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphanie SOUBRIER, « DIAGNE BLAISE A. - (1872-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-a-diagne/