DIAGNE BLAISE A. (1872-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diagne et la Première Guerre mondiale

En 1914, Diagne défend l’intégration des habitants des Quatre Communes du Sénégal (Saint-Louis, Gorée, Dakar et Rufisque, qui sont des communes de plein exercice) aux troupes régulières de l’armée française, en vertu de leur qualité d’électeurs. L’argumentation de Diagne vise non seulement à empêcher que ces hommes soient versés dans l’armée coloniale (où soldes et rations sont inférieures), mais également à faire reconnaître leur statut de citoyens français. C’est chose faite le 19 octobre 1915 avec l’adoption d’une loi qui les soumet au service militaire. En 1916, une seconde loi stipule que toute personne née dans les Quatre Communes est et demeure citoyen français, au même titre que ses descendants.

En 1918, Diagne, nommé « commissaire de la République dans l’Ouest africain », est chargé par le président du Conseil Georges Clemenceau d’organiser une vaste mission de recrutement en Afrique-Occidentale française (AOF). L'initiative est un succès : encouragés par les avantages matériels consentis par Diagne sous forme de primes et de dégrèvements fiscaux, et galvanisés par les promesses d’accès à des emplois dans les services publics voire à la citoyenneté française (pour les titulaires de la médaille militaire et de la croix de guerre), 63 000 hommes sont recrutés entre février et août 1918.

L’année suivante, il organise à Paris avec l’Américain William Du Bois le premier congrès panafricain. Mais les deux hommes ont des conceptions très différentes de ce que devrait être l’avenir des Africains : Diagne défend ardemment la politique coloniale française et soupçonne Du Bois d’être soumis à l’influence de Marcus Garvey, qu’il estime trop proche des bolcheviks. Dès 1921, la rupture est consommée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteure en histoire, rattachée au Centre d'histoire du XIXe siècle, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  DIAGNE BLAISE A. (1872-1934)  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 236 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une expérience importante pour la métropole comme pour ses colonies »  : […] Aux yeux des autorités comme de l’opinion publique, la participation des soldats coloniaux à la guerre aura prouvé leur loyauté et la possibilité d’engager dans un conflit européen des contingents d’outre-mer disciplinés et efficaces. Au reste, les troupes des colonies participent au défilé solennel de la Victoire le 14 juillet 1919. Quelques festivités ont lieu aussi outre-mer, comme au Sénégal. […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 068 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Sénégal colonial : islam, arachide et assimilation »  : […] L'instabilité de la seconde moitié du xix e  siècle a facilité la poussée de l'islam maraboutique qui, bien qu'anciennement établi en Afrique de l'Ouest, était resté limité. Dans le contexte d'effervescence socio-politique, des marabouts pacifiques réussissent là où leurs prédécesseurs, avec leurs méthodes guerrières et prédatrices, avaient échoué. Ils procèdent à des conversions massives, en par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphanie SOUBRIER, « DIAGNE BLAISE A. - (1872-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-a-diagne/