BIOPOLITIQUE (anthropologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Antonio Negri et Giorgio Agamben : deux conceptions du biopolitique

Le concept de biopolitique oscille ainsi entre une conception contraignante de l’individu et une vision plus ouverte de la population. Cette opposition apparaît à travers la reprise du concept dans les années 1990 par deux philosophes italiens, Antonio Negri et Giorgio Agamben, qui en font un outil de diagnostic de la modernité. Negri situe le passage du pouvoir souverain au biopouvoir non à la fin du xviie siècle, comme Foucault, mais dans les années 1970, c’est-à-dire au moment où les États-nations abandonnent la plupart de leurs prérogatives au profit de grandes multinationales et d’organisations non gouvernementales globalisées, ce que Negri appelle avec Michael Hardt « Empire ». En déplaçant ainsi le point de rupture, Negri et Hardt modifient la conception foucaldienne du biopouvoir : ce que Foucault avait décrit comme une discipline des corps individuels serait en fait de l’ordre du pouvoir souverain, alors que le biopouvoir serait seulement ce que Foucault appelait la « biopolitique des populations ». Le passage du travail matériel au travail immatériel, défini comme l’activité de produire et d’échanger des informations, fait émerger un nouveau sujet politique, que Negri et Hardt appellent « multitude », au sens d’une communauté d’affects et de concepts. L’Empire peut alors être décrit comme le détournement du désir de sécurité de la multitude au profit d’armées de mercenaires servant des intérêts privés (Hardt et Negri, 2000 et 2004).

Cette conception de la biopolitique est optimiste car il semble qu’il suffirait à la multitude de se réapproprier son pouvoir sur la vie qui a été détourné par l’Empire pour retrouver ses potentialités  le pouvoir sur la vie serait alors contesté par les puissances de la vie. Une autre conception de la biopolitique peut être caractérisée comme pessimiste car elle voit dans la vie un en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche CNRS, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric KECK, « BIOPOLITIQUE (anthropologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/biopolitique-anthropologie/