MANDELBROT BENOÎT (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mathématicien franco-américain Benoît Mandelbrot, décédé le 14 octobre 2010 à Cambridge (Massachusetts), est connu pour ses contributions essentielles dans le domaine de la géométrie fractale. Mandelbrot naît à Varsovie (Pologne) le 20 novembre 1924, dans une famille juive d'origine lituanienne : son père tient une boutique de vêtements d'occasion et sa mère est médecin. La famille émigre en France en 1936 et l'éducation de Benoît est confiée à son oncle Szolem Mandelbrojt, professeur de mathématiques au Collège de France. Lycéen à Paris pendant quelques mois, il fuit la zone occupée et continue ses études à Tulle, puis à Lyon avant d'être admis, en 1944, à l'École polytechnique où il profite des cours de Paul Lévy (1886-1971), un spécialiste des probabilités qui aura une forte influence sur ses recherches. Mandelbrot passe quelque temps au California Institute of Technology de Pasadena (Californie) puis entre au C.N.R.S. en 1949 ; il soutient sa thèse à l'Institut de statistiques de l'université de Paris en 1952 et alterne jusqu'en 1957 des séjours aux États-Unis, en particulier à l'Institute for advanced studies de Princeton, et en France. En 1958, il rejoint le centre de recherche Thomas-Watson de la compagnie I.B.M. à Yorktown Heights (États-Unis), qu'il ne quittera que trente-cinq ans plus tard pour devenir professeur à l'université Yale (New Haven, Connecticut).

Les premiers travaux de Mandelbrot traitent de la théorie de l'information et de la structure statistique du langage. Sa thèse, Contribution à la théorie mathématique des jeux de communication, est suivie d'études sur la structure formelle des textes et sur les jeux de stratégie dans la communication au moyen de langues naturelles. Il aborde aussi le problème du codage en présence de bruits récurrents et la nécessaire correction des erreurs de transmission. Il étudie enfin la distribution des fréquences des mots dans un discours au moyen de ce qu'il appelle une « linguistique statistique macroscopique ». P [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  MANDELBROT BENOÎT (1924-2010)  » est également traité dans :

THÉORIE DES OBJETS FRACTALS (B. Mandelbrot)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 205 mots

Benoît Mandelbrot (1924-2010) rassemble dans l'essai Les Objets fractals : forme, hasard et dimension les résultats de ses travaux effectués au centre de recherche Thomas-Watson de la société I.B.M. à Yorktown Heights (États-Unis) sur les objets fractals. Comme il l'indique dans son introduction, il étudie « des objets naturels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-objets-fractals/#i_98676

FRACTALES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 794 mots
  •  • 2 médias

Certaines structures très irrégulières, souvent construites par itération, possèdent des symétries de dilatation caractéristiques : l'agrandissement d'une partie est semblable au tout. Le concept de fractalité unifie la description de nombreux objets mathématiques ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fractales/#i_98676

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « MANDELBROT BENOÎT - (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-mandelbrot/