LAURENT AUGUSTE (1807-1853)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure et nomenclature

Entreprenant de réduire la chimie à un système unitaire, à vocation structurale, Laurent rendait possible une révision de la nomenclature, que la production incessante de nouvelles espèces moléculaires rendait par ailleurs pressante. Il tentera de dominer le chaos des dénominations en enfermant la totalité des corps connus ou possibles dans son système, qu'il compose tout à la fois d'une notation, d'une classification et d'une nomenclature, suivant un « ordre rationnel et mnémonique » ; le lieu dans la classification devrait imposer le nom : « pour déterminer la place qu'un corps doit occuper... il faut avoir égard, non seulement à la nature, au nombre et à l'arrangement de ses atomes, mais encore et principalement à ses métamorphoses ou à sa génération » ; d'où sa recherche obstinée d'arbres génératifs des diverses dérivations radicalaires.

Toutefois, il n'était pas aisé de produire, sinon de programmer, la dérivation mutuelle de toutes les espèces organiques concevables. En 1844, il adopta un projet qui consistait en une distribution assez disparate, à cinq entrées, qui ne répondait qu'assez mal au programme annoncé l'année précédente, savoir la confection d'une nomenclature qui indiquerait le nombre des atomes, leur arrangement et la nature des corps.

Son échec relatif est-il dû à ce que, selon les termes de François Dagognet, « le mot se trouve déclassé : entre lui et la formation organique s'intercalent et la formule complexe et aussi la forme ou le dessin synoptique » ? Reste que le mérite de Laurent aura été justement de poser, dans toute leur étendue, deux problèmes qui n'ont en rien perdu leur acuité : la représentation des structures et le classement des espèces.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAURENT AUGUSTE (1807-1853)  » est également traité dans :

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 673 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéalisation de l'espace cristallin ; un détour heuristique vers les structures moléculaires »  : […] De longue date, la distinction et l'identification des minéraux se faisait d'après leurs attributs organoleptiques ; le repérage de formes caractéristiques n'était que l'un des arguments d'une diagnose mal assurée dans la hiérarchie des critères. Cependant, à la fin du xviii e  siècle, sur la voie de la reconnaissance d'espèces minérales (et non plus seulement de « sortes »), l'identification de f […] Lire la suite

TYPES THÉORIE DES, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 007 mots

Il est courant pour une théorie scientifique d'être remplacée par une théorie plus large, qui donc l'englobe. La nouvelle théorie est dotée d'une plus grande extension, et prévaut aussi par un plus grand pouvoir explicatif et une aptitude à prédire davantage de résultats, à confronter avec ceux de l'expérience. La théorie des types vient ainsi s'intercaler, dans l'histoire de la chimie, entre deux […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « LAURENT AUGUSTE - (1807-1853) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-laurent/