ATHALIE, Jean RacineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Violence de Racine

Pièce biblique avec chœurs, Athalie s'écarte de la forme de l'oratorio chrétien et de la morale conventionnelle d'Esther (1689) pour revenir à la trouble angoisse des premières tragédies raciniennes. Mais cette fois, l'angoisse est absolue et ne s'exerce que devant Dieu, « Dieu vivant », « Dieu jaloux » qui obsède tous les personnages. Impénétrable à l'esprit humain, inexorable, la volonté divine remplit les humains de terreur en les faisant les jouets de la Providence. Toute humanité, fût-elle placée au plus haut, est dérisoire et finit ruinée, comme si la religion si violente de ce temps, n'était plus prête à aucun compromis : Joad exécute aveuglément ce qu'il croit être le dessein de Dieu. Athalie, bonne et juste reine depuis qu'elle a le pouvoir, a su imposer la paix et la tolérance par sa pratique de gouvernement. Mais elle reste frappée d'illégitimité, puisqu'elle a pris le trône du royaume de Juda en tuant presque tous les héritiers, ses propres petits-enfants. La faute première ne peut être effacée et Joad ne peut ni ne veut composer : Dieu exige la mort avec intransigeance. De son côté, Joad sait par un songe prophétique, que Joas tuera son propre fils, qu'il reniera sa religion, mais il accepte et rend sa sentence. La lignée de David, la naissance du Christ même sont en cause, et Dieu décide de tout quels qu'en soient les chemins : l'homme doit Lui obéir, même s'il n'a aucun espoir d'être sauvé. Partie pour être une pièce à la gloire de la foi du monarque et qui en conserve l'apparence, Athalie se révèle une tragédie janséniste, angoissée et sans espoir.

Athalie montre donc le spectacle formidable et inquiétant de la toute-puissance divine, transmis en une action continue, sans entractes, faisant alterner les récits, les chants et l'action, comme la tragédie grecque. Pour sa dernière pièce, Racine innove en reprenant l'essentiel de ses œuvres précédentes, en réalisant en cinq actes l'essai formel qu'il avait entrepr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ATHALIE, Jean Racine  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_28754

Pour citer l’article

Christian BIET, « ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/