Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ASPHALTÈNES

La fraction lourde des pétroles bruts est constituée par les asphaltènes et les résines qui forment une partie importante des résidus de distillation du pétrole en raffinage. Ce sont des composés contenant C, H, S, O et N à la différence des hydrocarbures qui ne contiennent que C et H. Ils sont généralement définis par leur procédure de séparation : les asphaltènes sont précipités par un fort excès d'un alcane de C5 à C7 ; les résines sont ensuite précipitées par le propane. La teneur globale en produits lourds varie selon la nature de l'huile brute de moins de 10 p. 100 dans les pétroles paraffiniques jusqu'à 70 p. 100 dans les pétroles très lourds et asphaltes. Les asphaltènes eux-mêmes varient de 0 à 50 p. 100.

La structure des asphaltènes et résines doit être envisagée à deux échelles : la microstructure correspondant à des masses moléculaires de 500 à 10 000 environ et la macrostructure qui peut résulter d'une association de ces entités entre elles et dépend du milieu dans lequel les asphaltènes sont présents. Dans le schéma classique de Yen, l'unité de base est un feuillet polyaromatique supportant des groupements fonctionnels et des chaînes aliphatiques. Les feuillets sont empilés pour former des particules (constituées par exemple de 3 à 5 feuillets), par une association où les liaisons π—π entre feuillets aromatiques, ainsi que les liaisons hétéroatomiques (soufre) semblent jouer un rôle important. Les résines, dont la masse moléculaire est plus faible que celle des asphaltènes, pourraient être constituées d'un seul feuillet. La macrostructure fait intervenir l'environnement des asphaltènes. Dans une huile normale, on considère que les particules d'asphaltènes sont entourées de résines qui, à leur tour, baignent dans un environnement d'hydrocarbures surtout aromatiques, assurant ainsi une transition vers la masse du pétrole, où les hydrocarbures saturés sont généralement prédominants. Dans les huiles lourdes, où la concentration d'asphaltènes est trop élevée, des associations asphaltène-asphaltène formeraient des agrégats de poids moléculaire élevé (104 à 106) entraînant une forte viscosité.

La composition élémentaire des asphaltènes reflète le degré d'aromaticité et le nombre assez restreint de groupements fonctionnels. Elle varie assez peu, montrant une certaine unité de composition : le rapport atomique H/C est en général compris entre 1,1 et 1,3 ; le rapport O/C entre 0,01 et 0,03 ; le rapport S/C est plus variable, entre 0,002 et 0,04. Les asphaltènes et résines contiennent également la totalité des métaux présents dans les pétroles bruts, en particulier le vanadium et le nickel. Une partie de ces métaux a été identifiée dans des porphyrines (vanadyl ou nickel) ; il est possible que le reste soit situé dans des complexes également de type prophyrinique, mais intégrés dans un édifice asphalténique de masse moléculaire plus élevée. La mesure des masses moléculaires des asphaltènes se heurte au problème de la macrostructure de ces particules qui peut être différente selon qu'on considère les asphaltènes dans le pétrole brut, dans un solvant de qualité variable, ou à l'état précipité. Les résultats des mesures doivent donc être interprétés avec précaution.

Le rôle des asphaltènes dans la genèse du pétrole n'est pas totalement élucidé. La similitude de composition chimique entre les asphaltènes et le kérogène, tous deux présents dans les roches mères, suggère que sous l'action de l'enfouissement et de l'élévation de température qui en résulte le kérogène se fragmente — par rupture des liaisons les plus labiles — pour libérer des édifices comparables mais plus petits, les asphaltènes. À leur tour ceux-ci produisent des hydrocarbures par rupture progressive de liaisons chimiques et élimination des groupements fonctionnels[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : président de la Commission nationale d'évaluation des recherches sur la gestion des déchets nucléaires, directeur général honoraire de l'Institut français du pétrole

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ASPHALTES

    • Écrit par Bernard TISSOT
    • 626 mots

    Pétroles très lourds, visqueux ou solides, les asphaltes naturels sont généralement contenus dans des roches appelées sables (ou calcaires) asphaltiques ou bitumineux. L'origine la plus fréquente de ces dépôts est un pétrole normal qui s'est formé de façon classique par dégradation thermique du kérogène...

  • MARÉES NOIRES

    • Écrit par Lucien LAUBIER
    • 7 626 mots
    • 5 médias
    – des asphaltènes, produits lourds contenant des atomes métalliques (nickel, vanadium), insolubles dans l'hexane, entrent pour moins de 10 p. 100 du total.
  • PÉTROLE - Le pétrole brut

    • Écrit par Bernard TISSOT
    • 3 439 mots
    • 6 médias
    ...ainsi pour fournir les constituants habituels du pétrole, les hydrocarbures, qui ne contiennent que du carbone et de l'hydrogène, les résines et les asphaltènes, composés de masse moléculaire élevée qui contiennent également du soufre, de l'azote et de l'oxygène. De son côté, la polycondensation...
  • PÉTROLE - Le raffinage

    • Écrit par René DAUDIN
    • 5 424 mots
    • 5 médias
    ...asphalte utilisable comme combustible malgré sa concentration en composés soufrés et métalliques. Le résidu sous vide se compose de particules carbonées ( asphaltènes) dispersées dans un milieu huileux et recouvertes d'une couche stabilisante de résines neutres qui les empêche de se rassembler sous forme...

Voir aussi