POPULAIRE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problématique de l'art populaire

Multiples et variées sont les questions qu'érudits et amateurs, archéologues et sociologues se posent au sujet des faits d'art populaire. Un traitement ethnologique permet de les rassembler en trois groupes de problèmes, concernant respectivement les genres, la structure du système des œuvres, l'activité créatrice.

Les genres populaires

Plus la collecte ethnographique est précise, mieux on s'aperçoit que les œuvres de la littérature, de la musique et de la danse populaires sont produites selon un petit nombre de genres bien définis : si des répertoires comme ceux de A. Aarne et S. Thompson sont possibles, c'est parce que les motifs qu'ils appréhendent sont en nombre fini. Un premier groupe de problèmes pour les disciplines qui étudient les arts et les traditions populaires consiste alors à discerner les genres en usage, à en dresser l'inventaire, à en suivre la répartition dans l'espace et dans le temps. Et ce qui vaut pour la littérature, la musique et la danse vaut aussi bien pour les autres domaines : en chaque culture, il n'y a qu'un nombre déterminé, généralement petit, de genres de costumes, de maisons, de cérémonies, discriminés et identifiés comme tels par les acteurs sociaux eux-mêmes. Repérage et classification des genres sont ainsi les opérations préliminaires à toute interrogation sur la transmission et la novation, à toute interprétation des spécimens collectés en des points et en des dates donnés, et des relations que ces spécimens entretiennent les uns avec les autres.

La structure du système des œuvres

Pièces de poterie et outils agricoles, morceaux de musique, coutumes et croyances sont en effet à comprendre non seulement d'après les genres qui les définissent dans la culture considérée, mais d'après les rapports qu'ils ont entre eux. Plusieurs types de systèmes sont alors à distinguer : système écologique, relatif aux ensembles d'objets localisés en de mêmes lieux, comme une maison d'habitation, un atelier, une église, ou un village ; système typologique, relatif aux différences significatives entre objets quant aux matières, aux techniques de fabrication et aux techniques d'utilisation, système sémantique, relatif aux sens visés dans les dénominations, identifiant ou différenciant les objets selon les appellations. Chacun de ces systèmes est articulé lui-même en de nombreux sous-systèmes, en affinités structurales plus ou moins étroites les uns avec les autres : les différences significatives pour les techniques de la poterie ne sont pas les mêmes que pour les techniques de la métallurgie ; mais la conduite du feu dans les fours détermine des homologies entre les systèmes de fabrication respectifs. Dégager la structure enveloppée dans ces différents systèmes, tel est le problème majeur de l'analyse des œuvres.

L'activité créatrice

Le système des œuvres n'est lui-même que le produit d'une activité réglée. L'une des questions les plus controversées que soulève l'examen des œuvres populaires est d'évaluer dans quelle mesure l'activité de production se résume en l'imitation de modèles, la répétition de gestes, la perpétuation de traditions ; dans quelle mesure, au contraire, elle est innovation, invention, voire création. Ainsi posée, la question simplifie si grossièrement le problème que les solutions couramment apportées ne peuvent être que verbales. Que l'on examine en effet la production d'une poterie au tour artisanal, la fabrication en série d'outils de fer forgés au martinet, ou l'éxécution des figures de la java au son de l'accordéon, les performances de l'artisan, de l'ouvrier ou du danseur s'inscrivent dans un jeu où les fins, les buts et les normes laissent toujours place à une certaine initiative. L'analyse fine des rôles sociaux, des tâches professionnelles et des postes de travail, la description nuancée des manières diverses dont ces rôles, ces tâches ou ces postes sont tenus, l'évaluation des performances effectivement remplies conduisent à une révision radicale des idées courantes sur la créativité ou la non-créativité populaire, sur la personnalisation ou l'anonymat des œuvres. Comme l'art savant, l'art de cour et l'art académique, l'art populaire a ses besogneux et ses maîtres, ses talents à la mode et ses génies méconnus, ses traditionalistes et ses réformateurs. Comme lui aussi, il a ses artistes et ses publics, qui se provoquent et se transforment mutuellement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Les frères Grimm

Les frères Grimm
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Charleston

Charleston
Crédits : General Photographic Agency/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée des Arts et Traditions populaires, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  POPULAIRE ART  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts populaires »  : […] Les sociétés d'Afrique de l'Ouest sont composées pour la majorité d'entre elles d'agriculteurs. Là où ne se sont pas encore implantées les religions musulmanes ou chrétiennes, ceux-ci continuent à pratiquer des cultes traditionnels dont la conception et le calendrier sont étroitement liés à l'activité agricole. Dans la région des savanes, la principale céréale cultivée est le mil. Deux grandes sai […] Lire la suite

ART URBAIN

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 2 728 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance du « writing » »  : […] S'il est d'abord le fait d'une poignée d'artistes en rupture, c'est par son versant populaire que l'art urbain accédera au rang de véritable culture. À la toute fin des années 1960, émerge en effet sur la côte est des États-Unis un mouvement esthétique promis à une diffusion internationale : le writing (nom donné par les Anglo-Saxons au graffiti d'inspiration new-yorkaise et que les graffeurs pr […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnavals d'Europe du Sud »  : […] À quelques exceptions près, notamment celui de Venise, il existe un dénominateur commun à la plupart des carnavals méditerranéens. Le plus souvent ce sont des rois et reines du carnaval en carton-pâte qui règnent sur les cortèges, composés de chars ou de grosses têtes réalisés avec des matériaux éphémères et peu coûteux. Ils permettent la réalisation d'œuvres gigantesques qui sont pour quelques-u […] Lire la suite

CHÉRI SAMBA (1956- )

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 811 mots

Le Congolais Chéri Samba est né, en 1956, à Kinto M'Vuila au Congo belge (aujourd'hui République démocratique du Congo). Il interrompt ses études secondaires en 1972, classé « 100 p. 100 meilleur dessinateur ». Il s'installe alors à Kinshasa sur l'avenue Kasa-Vubu comme peintre d'enseignes publicitaires tout en réalisant des bandes dessinées pour la revue Bilenge Info qu'il a fondée. En 1975, il […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre «  Arts populaires »  : […] Malgré leur profonde originalité, les arts populaires de la Chine ne sont appréciés à leur juste valeur ni dans leur propre pays ni dans les autres pays. Sans doute des recherches approfondies ont-elles été entreprises sur les œuvres à caractère décoratif (broderies, papiers découpés) ou étroitement associées à la religion (« images de Nouvel An »). Mais de nombreux domaines de la culture matériel […] Lire la suite

COMBAS ROBERT (1957- )

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  •  • 1 112 mots

Le peintre Robert Combas est né à Lyon en 1957. Après des études à Sète et à l'école des Beaux-Arts de Montpellier, il accède très vite à la notoriété, puisqu'il participe, dès 1980, à l'exposition Après le classicisme , organisée au musée de Saint-Étienne, qui rend compte des nouvelles tendances de l'art contemporain. Partie prenante de la mouvance de la Figuration libre (en compagnie des frères […] Lire la suite

DUBUFFET JEAN (1901-1985)

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 2 700 mots

Dans le chapitre « Un artiste-écrivain »  : […] Parallèlement à sa carrière de peintre et de sculpteur, Dubuffet impose une œuvre écrite indissociable de sa pratique artistique. À travers l'écriture, il s'attaque aux nomenclatures en bouleversant, par une subversion du lexique et de la syntaxe, le découpage traditionnel de la réalité en catégories distinctes. Commentateur de ses propres œuvres, il décrit, explique et vulgarise sa démarche pour […] Lire la suite

ÉPINAL IMAGE D'

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 687 mots
  •  • 1 média

On a tendance à baptiser « image d'Épinal » toute image populaire de couleurs vives, grossièrement gravée sur bois et coloriée au pochoir. En fait, les centres producteurs d'imagerie populaire ont été nombreux en France : Lille, Orléans, Cambrai, Beauvais, Nancy, Metz, sous l'Ancien Régime. Celui d'Épinal, attesté dès le xvii e siècle, ne devint le plus important qu'à partir de 1810 environ, pour […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient aux commandes des familles aisées en peignant des […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Un art populaire vivace »  : […] Les œuvres populaires que produit encore l' artisanat éthiopien se rattachent à la tradition de l'art sacré. Ce sont des compositions aux couleurs vives, peintes sur toile ou parchemin ; le vert, le jaune et le rouge y dominent (couleurs du drapeau éthiopien). Les sujets relèvent de cycles consacrés : suite de tableautins évoquant la légende de la reine de Saba ou les faits miraculeux de quelque s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-29 septembre 1994 Algérie. Élargissement des chefs historiques de l'ex-F.I.S., tension en Kabylie et assassinat du chanteur Cheb Hasni

La musique est l'art le plus populaire en Algérie. Ses obsèques, le lendemain, donnent lieu à une grande manifestation en faveur de la démocratie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CUISENIER, « POPULAIRE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-populaire/