ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'archéologie industrielle est à l'occasion une archéologie au sens classique du terme, c'est-à-dire qu'elle peut recourir à la fouille pour reconstituer des états anciens d'installations détruites, modifiées ou reconstruites sur place (cf., en France, les campagnes de fouilles menées sur des sites de sidérurgie ancienne) ; ou encore qu'elle est amenée à analyser, au-dessus du niveau du sol, les âges et les emprises, les formes et les styles typiques de chaque étape du développement d'un établissement industriel et plus ou moins discernables dans son état actuel. Toutefois, l'archéologie industrielle est archéologie dans un sens beaucoup plus large et plus théorique : c'est-à-dire qu'elle est une auxiliaire longtemps méconnue de l'histoire de l'industrie, qu'elle aborde par le biais de l'insertion des activités industrielles dans un espace, de leur inscription au sol, collectant et étudiant, afin d'en tirer des informations spécifiques, tous les vestiges physiques, toutes les traces non écrites de ces activités.

Que cette archéologie soit dite industrielle est à l'origine d'autres ambiguïtés qu'il convient de lever. Son objet n'est pas, en effet, de prendre en compte toute activité technique et tout produit de l'« industrie » humaine dans n'importe quel contexte chronologique et social : autrement, l'archéologie industrielle n'aurait aucune raison d'exister en doublet avec l'archéologie ou l'ethnologie. Les Anglais, pères de l'archéologie industrielle et inventeurs de la terminologie, l'ont étroitement liée à leur histoire, et à l'obsession historiographique apparue au cours des années cinquante, de la mise en forme chronologique et conceptuelle de la « révolution industrielle » née sur le sol britannique. Rien d'étonnant à ce que les Français ne partagent pas exactement ce point de vue étroitement national et technologique. L'école historique française des années soixante-dix et quatre-vingt s'est montrée très réceptive à la réflexion sur la proto-industrialisation. Elle est sensible au concept d'industrialisation dans le long terme, aux continuités plus qu'aux ruptures, aux coexistences et aux recouvrements entre des modes d'organisation du travail qui s'articulent entre eux plus qu'ils ne se chassent l'un l'autre. L'archéologie industrielle alla francese souhaite donc intégrer non seulement les manufactures royales et les « protofabriques » du xviiie siècle – dont Serge Chassagne a démontré l'importance capitale dans la transition vers l'industrialisation contemporaine –, mais aussi l'histoire du moteur hydraulique, depuis ses conquêtes médiévales, en tant qu'agent d'une diversification de la production industrielle orientée par une économie de marché. Corrélativement, l'archéologie industrielle telle que la pratiquent et la justifient les chercheurs français inclut la première révolution de l'industrie sidérurgique, celle qui a vulgarisé progressivement en Europe occidentale le procédé indirect de la fabrication de la fonte et du fer. En revanche, toute tentative pour « diluer » l'archéologie industrielle dans l'histoire générale de l'humanité ne peut apparaître que comme le fruit d'une réflexion insuffisante sur les caractères propres de l'industrialisation européenne occidentale et sur sa véritable chronologie. L'archéologie industrielle n'a rien à voir avec une archéologie générale.

Quel contenu pour l'archéologie industrielle ?

La délimitation du champ d'étude de l'archéologie industrielle constitue un autre prétexte à contestations. L'archéologie des transports a été l'un des instruments privilégiés de la vulgarisation de l'archéologie industrielle dans le public anglais ou américain. Sans aucun doute, l'archéologie des canaux, des chemins de fer, des aéroports et des autoroutes (déjà !) constitue autant de chapitres d'accompagnement de l'archéologie industrielle. Dans la même lignée historique, la machine, l'outil, l'équipement (locomotive, machine à vapeur ou ascenseur à bateaux, etc.) ont été souvent l'objet d'une grande attention avant même le bâtiment et l'architecture. En France même, des sectateurs de l'objet technique, du design et de la culture technique (envisagée dans son conflit fondamental avec une culture générale qui ne lui fait pas sa place) ont connu la tentation de confondre archéologie industrielle et exaltation du produit. Il convient de rétablir la véritable chronologie. L'archéologie industrielle commence avec l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'archéologie industrielle à l'archéologie des poubelles »  : […] Continuant à descendre le fil du temps, l'archéologie s'est aussi intéressée aux vestiges industriels des xix e et xx e  siècles. Cette « archéologie industrielle », en fouillant les restes de bâtiments et les déchets de production, a apporté des éléments fondamentaux en histoire des techniques, qui ne figuraient pas dans les seules archives écrites. Elle s'est intéressée aux bâtiments industriel […] Lire la suite

ÉCOMUSÉES INDUSTRIELS

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 505 mots

Dans le chapitre « Du musée au parc régional »  : […] À ce point entre en jeu la notion de paysage. Pour l'historien du patrimoine industriel, la création de paysages spécifiques pour et par des industries qui ont altéré ou pollué souvent, mais aussi enrichi et remodelé l'environnement antérieur, ne saurait être mise en doute ; pas plus que la nécessité d'en préserver au moins des fragments pour faciliter la compréhension de ce qu'a été la vie des ho […] Lire la suite

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

L'importance des métaux dans les civilisations antiques peut se mesurer aux symboles qu'ils représentent dans la succession des temps, depuis le mythe des races – d'or, d'argent, de bronze, de fer – chez Hésiode ( viii e  siècle av. J.-C.) jusqu'aux grandes périodes – Âges du cuivre, du bronze, du fer – que les archéologues intercalent entre la préhistoire et l'histoire. Sans les métaux en effet, […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 540 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Notion et réalité »  : […] Le patrimoine industriel est le plus souvent assimilé aux usines. Sous leur forme actuelle, celles-ci apparaissent au xix e  siècle. Le terme usine, lui, est plus ancien. Il date du début du xviii e  siècle et désigne alors les établissements industriels munis de machines. Auparavant, il existait un petit nombre de manufactures de grande taille préfigurant nos usines modernes, mais perpétuant et d […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL AUX ÉTATS-UNIS

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 809 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de l'eau : du moulin traditionnel aux premières concentrations usinières »  : […] Comme la France a sa Fédération des amis des moulins, les États-Unis ont leur Society for the Preservation of Old Mills : bâtisses parfois moins antiques que les moulins européens, mais non moins chargées de passé industriel, tour à tour de bois ou de belle pierre granitique. C'est l'Américain Oliver Evans, né dans une famille de fermiers du Delaware, qui inaugura en 1775 sur la Red Clay Creek (Ma […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN AMÉRIQUE LATINE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON, 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 6 657 mots
  •  • 2 médias

C'est seulement vers le milieu des années 1980 qu'une poignée de chercheurs latino-américains – historiens, anthropologues ou ethnologues, architectes – ont commencé à s'intéresser à l'étude et à la défense des vestiges du patrimoine industriel existant à la surface des territoires méso- et sud-américains, parfois plus dans la perspective d'une histoire des luttes ouvrières que dans une vision arc […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN GRANDE-BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « La Grande-Bretagne, un musée industriel ? »  : […] La Grande-Bretagne a connu une industrialisation précoce et intense : quand elle est entrée, au milieu du xx e  siècle, plus tôt que d'autres nations, dans la phase du vieillissement industriel, elle a légué à nos contemporains une masse écrasante de bâtiments vidés de leur machines et de leurs travailleurs, un réseau de voies de communications d'une incroyable densité : canaux et bassins fluviaux […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN ITALIE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 112 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gens d'affaires et patrimoine industriel »  : […] L'un des facteurs de succès, dans le développement de l'intérêt pour le patrimoine industriel en Italie, est, à coup sûr, le fait que ses promoteurs évitent de le constituer en une spécialité fermée, réservée à des amateurs aux goûts singuliers, mais, au contraire, s'efforcent de l'intégrer à la mise en valeur globale de l'identité culturelle propre aux villes, aux provinces et aux régions. Un aut […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 015 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mines et métallurgie »  : […] La partie centrale de la Suède, à l'ouest et au nord de Stockholm, dénommée Bergslagen, est le berceau de la puissance industrielle de ce pays. Elle est si riche en sites et en vestiges de cette activité qu'elle a bénéficié d'une protection particulière de la part du service royal des monuments historiques : sa partie centrale, transformée en une « région-écomusée », renferme notamment le site d' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis BERGERON, « ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-industrielle/