SADATE ANOUAR EL- (1918-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La cause de la paix

Le coup de théâtre du voyage à Jérusalem en novembre 1977 découle de ce pari. Il peut, selon l'analyse qu'on en fait, être interprété comme une fuite en avant mal calculée ou comme une initiative audacieuse visant à retourner en sa faveur l'opinion publique américaine, y compris celle des milieux juifs, et même l'opinion publique israélienne. Le problème essentiel pour Sadate est de mettre Begin dans une position qui l'oblige à faire des concessions. À moyen terme, Sadate a de toute façon sous-estimé l'ampleur des réactions arabes et même celle de l'opinion publique égyptienne. Son discours de Jérusalem reprenait certes en compte les droits des Palestiniens à un État indépendant, mais il ne mentionnait pas l'O.L.P.

Anouar el-Sadate à la Knesset, 1977

Photographie : Anouar el-Sadate à la Knesset, 1977

Photographie

Anouar el-Sadate à la tribune de la Knesset, le 20 novembre 1977, lors de son voyage historique en Israël. 

Crédits : Ippa/ AFP

Afficher

Puis, lors des négociations de Camp David en septembre 1978, il abandonne l'idée d'un règlement global au Moyen-Orient pour s'acheminer vers un traité de paix séparée avec Israël. Certes, l'idée d'un processus d'autonomie pour les Palestiniens demeure incluse dans l'accord, mais avec une ambiguïté croissante sur le contenu de cette autonomie. Il est vrai que l'interprétation des accords de Camp David se fait sur ce point en un sens uniquement favorable aux Israéliens, justifiant les craintes de Damas et de l'O.L.P. ainsi que les thèses des mouvements islamiques.

Accords de Camp David, 1978

Photographie : Accords de Camp David, 1978

Photographie

La poignée de main du président égyptien Anouar al-Sadate et du Premier ministre israélien Menahem Begin, sous le regard du président des États-Unis Jimmy Carter, à Camp David, le 17 septembre 1978. 

Crédits : David Hume Kennerly/ Getty Images

Afficher

La rupture entre l'Égypte et les pays arabes est consommée à la conférence de Bagdad en décembre 1979. Les conséquences ne sont pas immédiates et l'évolution à court terme semble donner raison au président dans son dédain des contingences. Le succès qu'il rencontre dans l'opinion publique occidentale et dans les médias internationaux compense largement pour lui les critiques du monde arabe et celles de ses opposants. Ces louanges lui masquent des tensions croissantes que la société égyptienne ne pouvait sans doute supporter. En dépit des précautions oratoires, l'abandon de la cause palestinienne et de la solidarité avec les autres pays arabes que supposent une paix séparée et une interprétation de l'autonomie évoluant dans le sens voulu par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Anouar el-Sadate à la Knesset, 1977

Anouar el-Sadate à la Knesset, 1977
Crédits : Ippa/ AFP

photographie

Accords de Camp David, 1978

Accords de Camp David, 1978
Crédits : David Hume Kennerly/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  SADATE ANOUAR EL- (1918-1981)  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Anouar Sadate maître du terrain »  : […] Débarrassé de ses rivaux, le nouveau raïs annonce, le 15 mai, des élections libres, de nouvelles institutions, un nouvel État. Symboliquement, il fait brûler des enregistrements téléphoniques dans la cour du ministère de l'Intérieur et donne le premier coup de pioche pour la démolition du pénitencier de Tourah. Plusieurs centaines de Frères musulmans sont libérés, et 112 magistrats écartés en 1969 […] Lire la suite

FRÈRES MUSULMANS

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 338 mots

L'Association des Frères musulmans est née à Ismaïlia, en Égypte, en 1928. Son fondateur, Hasan al-Bannā’, n'est pas un ouléma, mais un simple instituteur très affecté par la domination anglaise sur son pays et les influences, jugées corruptrices, de l'Occident matérialiste. Sa prise de conscience de la nécessité d'une renaissance islamique en Égypte s'inscrit dans la postérité intellectuelle des […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les guerres avec les pays arabes »  : […] Dans une très large mesure, l'histoire d'Israël est avant tout l'histoire de ses guerres : guerre d'Indépendance (1948-1949), campagne du Sinaï (1956), guerre de Six Jours (juin 1967) suivie de la guerre d'usure sur le canal de Suez (de septembre 1968 à août 1970), guerre du Kippour (octobre 1973), opération du Liban (appelée en Israël « opération paix pour la Galilée ») à partir de juin 1982 , s […] Lire la suite

MOUBARAK HOSNI (1928-2020)

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN
  •  • 1 684 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe d'Égypte de 1981 à 2011, Hosni Moubarak, né le 4 mai 1928, est originaire de Manufiya, un gouvernorat situé dans la région du Delta du Nil. Issu d'un milieu modeste, il se destine très jeune à une carrière militaire. Diplômé de l'Académie de l'armée de l'air en 1950, Moubarak occupe différents postes de commandement et poursuit une carrière discrète. Il ne joue auc […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 326 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Percées saoudiennes »  : […] Le coup fatal porté à l'Égypte par la défaite de juin 1967 ouvre la voie à l'accession de l' Arabie Saoudite au rang de puissance régionale. Au nationalisme arabe prôné par Nasser les souverains saoudiens opposent un islam conservateur qui s'organise à partir de 1969 dans une Ligue des États islamiques. Le royaume saoudien est le fruit d'une histoire singulière. Il est né de la rencontre entre les […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 883 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Fermeté dans le conflit israélo-arabe »  : […] Après la guerre de Palestine (1948-1949), la vie politique damascène s'ordonne autour du conflit israélo-arabe. Depuis trente ans, les Syriens, le regard fixé de manière obsessionnelle sur la frontière sud-est qui les sépare des Israéliens, vivent en état de guerre. Le conflit de juin 1967 les prive du Golan et de Kuneitra, mettant Damas à portée des canons ennemis. Refusant tout compromis sur le […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Égypte. Renoncement de la plupart des candidats à l’élection présidentielle. 15-29 janvier 2018

Le 15, Mohamed Anouar el-Sadate, neveu de l’ancien raïs, renonce à se présenter à l’élection présidentielle prévue en mars, jugeant que celle-ci n’est pas libre. Le 19, le président Abdel Fattah al-Sissi annonce, dans un discours à la télévision publique, son intention de briguer un second mandat […] Lire la suite

Égypte. Attentat islamiste meurtrier contre des touristes. 18-20 avril 1996

l'assassinat du président Anouar el-Sadate, en octobre 1981. C'est la première fois que des touristes sont tués en Égypte depuis octobre 1994. Les enquêteurs estiment que les auteurs de l'attentat visaient des ressortissants de l'État hébreu qui séjournaient dans le même hôtel, en représailles aux bombardements israéliens au Liban. Le 20, la Jamaa Islamiya, principale organisation islamiste armée d'Égypte, revendique l'attentat. […] Lire la suite

Égypte. Attentat contre le président Hosni Moubarak et regain de tension avec le Soudan. 26 juin - 4 juillet 1995

d'Anouar el-Sadate, en octobre 1981, et contre lesquels le gouvernement conduit une sévère répression. Il n'exclut pas que le Soudan, considéré comme le principal soutien des intégristes égyptiens, soit à l'origine de l'attentat. L'éminence grise du régime soudanais, Hassan el-Tourabi, implicitement […] Lire la suite

États-Unis. Attentat à la bombe au World Trade Center de New York. 26 février - 4 mars 1993

dans l'assassinat du rabbin Meir Kahane, à New York, en 1990, et dans l'assassinat du président Anouar el-Sadate, en 1981. Cheikh Omar Rahman prêche dans une mosquée de Jersey City (New Jersey), non loin de New York. Plusieurs autres suspects d'origine proche-orientale sont arrêtés durant le mois. […] Lire la suite

Égypte. Durcissement de la répression anti-islamiste. 3-21 décembre 1992

par contumace. C'est la première fois depuis l'assassinat du président Anouar el-Sadate, en novembre 1981, que la peine capitale est prononcée contre des islamistes. Abandonnant l'attitude de compromis observée jusqu'alors par le président Hosni Moubarak à l'égard des intégristes, le pouvoir, qui met […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémy LEVEAU, « SADATE ANOUAR EL- - (1918-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anouar-el-sadate/