DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une architecture savante

Le travail sur la phrase chorégraphique qu'elle répète, détourne, modifie, jusqu'à obtenir une ligne claire et épurée, présent dès Fase, puis développé dans Toccata (1993) ou Amor constante màs allà de la muerte (1994), devient de plus en plus visible, lisible, à partir de Drumming (1998) et trouve son apogée dans Rain (2001) comme si la créatrice tenait soudain à montrer le squelette, l'architecture qui cisèle sa danse depuis ses débuts. De même, son goût pour le baroque révélé dans Ottone Ottone (1988) se retrouve dans une chorégraphie opératique comme Mozart/Concert Arias-Un Moto di Gioia (cour d'honneur du palais des Papes, festival d'Avignon, 1992) mais aussi dans le film Rosa, tourné en 1992 en collaboration avec le réalisateur anglais, Peter Greenaway. À partir de Small Hands (2001), un duo où elle danse avec Cynthia Loemij, Anne Teresa De Keersmaeker semble interroger le fondement de toute son œuvre, en renouvelant son vocabulaire chorégraphique et en recourant à l'improvisation. Elle choisit de plus en plus souvent de chorégraphier sur les partitions de jazz de Miles Davis (Bitches Brew/Tacoma Narrows, 2003) ou de John Coltrane (Love Supreme, 2005). En 2006, elle crée D'un soir un jour, une œuvre magistrale inspirée par L'Après-midi d’un faune (chorégraphie de Vaslav Nijinski, musique de Claude Debussy). Là, elle se livre à une reconstitution chorégraphique très personnelle à partir de la gestuelle initiale de Nijinski tout en traçant un parcours dans l’histoire de la danse et de la musique puisque sa chorégraphie se construit en traversant les mouvements et les œuvres musicales qui ont jalonné cette période.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Propagation  »  : […] Très vite, la vitalité de la Jeune Danse gagne les pays voisins, et la Belgique prend le relais. Ainsi, tel un tourbillon, Anne Teresa de Keersmaeker déboule en 1983 avec Rosas danst Rosas et le plaisir de la musique qui est comme son élément naturel. Elle passe de Steve Reich ( Fase , 1982 ; Rain , 2001) à Béla Bartók ou entrelace Claude Debussy, Igor Stravinski et Georges Benjamin dans D'un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-teresa-de-keersmaeker/