DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corps et sa voix

En 2010, Anne Teresa de Keersmaeker revient au festival d’Avignon, après dix-huit ans d’absence, pour le premier volet d’un diptyque chorégraphique intitulé En Atendant. Elle s’intéresse alors à l’ars subtilior (« art plus subtil »), un style musical singulier polyphonique datant de la fin du xive siècle. La nouveauté vient du fait qu’elle n’utilise ni décor ni éclairage. Seuls le sable de la cour du cloître des Célestins et le coucher du soleil servent d’écrin à ce spectacle délicat et intime. Le second volet, Cesena, cette fois pour la cour d’honneur du festival d’Avignon en 2011, convoque le public à 5 heures du matin pour le lever du jour sur le même principe de dénuement scénique. Ce diptyque, créé conjointement avec le musicien Björn Schmelzer qui dirige l’ensemble Graindelavoix, met en scène danseurs et musiciens, le corps et la voix. Dans Cesena, la chorégraphe les mêle indistinctement, chacun des interprètes pouvant chanter et danser.

Ces dernières années sont placées sous le signe de la remise en cause et de la collaboration avec des artistes tels que le pianiste Alain Franco (Zeitung, 2008), les danseurs et chorégraphes français Jérôme Bel (3Abschied, 2010) et Boris Charmatz (Partita 2, 2013), et Björn Schmelzer qui lui inspirent une réflexion sur les éléments essentiels de la danse : le temps et l'espace, la capacité à se mouvoir et le rapport au monde.

Dès son arrivée au Théâtre de la Monnaie, en 1992, Anne Teresa De Keersmaeker s'était fixé trois buts : intensifier le lien avec la musique, établir un répertoire solide et créer une nouvelle école de danse internationale en Belgique afin de combler le vide laissé par la disparition de l'école Mudra en 1988. Ses objectifs sont désormais atteints. P.A.R.T.S (Performing Arts Research and Training Studios), l’école qu’elle a fondée en 1995 à Bruxelles, forme une multitude de danseurs et de chorégraphes venus du monde entier et développe leur capacité et leur créativité dans les différents champs de la danse contemporaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Propagation  »  : […] Très vite, la vitalité de la Jeune Danse gagne les pays voisins, et la Belgique prend le relais. Ainsi, tel un tourbillon, Anne Teresa de Keersmaeker déboule en 1983 avec Rosas danst Rosas et le plaisir de la musique qui est comme son élément naturel. Elle passe de Steve Reich ( Fase , 1982 ; Rain , 2001) à Béla Bartók ou entrelace Claude Debussy, Igor Stravinski et Georges Benjamin dans D'un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « DE KEERSMAEKER ANNE TERESA (1960- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-teresa-de-keersmaeker/