PASTRANA ANDRÉS (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la Colombie de 1998 à 2002.

Né le 17 août 1954 à Bogotá, Andrés Pastrana Arango est le fils de Misael Pastrana Borrero qui fut président conservateur de la Colombie de 1970 à 1974. Il obtient une maîtrise de droit public au San Carlos College de Bogotá, puis étudie au Centre d'études des relations internationales à Harvard. Dans les années 1980, il travaille comme journaliste pour la télévision et est élu conseiller municipal. Premier maire de Bogotá élu en 1988, Andrés Pastrana conserve son mandat jusqu'en 1990 puis est élu sénateur l'année suivante.

Il se présente pour la première fois à l'élection présidentielle en 1994, mais il est battu par Ernesto Samper. Il participe alors à la diffusion des enregistrements téléphoniques dans lesquels les dirigeants de la campagne électorale d'Ernesto Samper sollicitent le soutien financier du cartel de Cali. Le président sera finalement lavé de tout soupçon, mais ces allégations entacheront son administration et provoqueront d'importants troubles dans le pays. Cette situation se retourne cependant contre Andrés Pastrana, qui a porté l'accusation au grand jour, et l'oblige à s'éloigner pour un temps de la Colombie. Il occupe alors un poste de consultant aux Nations unies.

Quatre ans plus tard, Andrés Pastrana, soutenu par le Parti conservateur, remporte l'élection présidentielle avec 50,34 p. 100 des suffrages au second tour, face au candidat libéral Horacio Serpa Uribe. Cette victoire est perçue comme une revanche personnelle, mais elle révèle aussi que la population rejette le Parti libéral, en proie à de nombreux scandales. Elle laisse par ailleurs entrevoir un faible espoir pour la résolution pacifique de la guerre interne qui dure depuis plus de trente ans. Tenant ses promesses d'entamer des négociations de paix, le président Pastrana organise une réunion secrète sans précédent avec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  PASTRANA ANDRÉS (1954- )  » est également traité dans :

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 648 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La « guerre contre la société » »  : […] Au cours des années 1999-2002, la Colombie a traversé l'une des pires crises économiques de son histoire avec une diminution de 3,8 p. 100 du PIB en 1999. En 2003, le pays retrouve un taux de croissance de 4,12 p. 100. Cette crise a frappé les couches populaires exsangues, elle a affaibli la classe moyenne et contraint des centaines de milliers de personnes à émigrer. Les problèmes politiques ne […] Lire la suite

Les derniers événements

Colombie. Ouverture de négociations entre le gouvernement et les F.A.R.C. 27 août 2012

sur l'ensemble du territoire. En 1999, le président Andrés Pastrana avait accepté de démilitariser un vaste territoire dans la région amazonienne du Caguán en échange de l'ouverture de négociations avec la guérilla, sans résultat. Son successeur Álvaro Uribe avait privilégié la force en luttant […] Lire la suite

Colombie. Élection d'Alvaro Uribe à la présidence. 26 mai 2002

Alvaro Uribe, candidat indépendant transfuge du Parti libéral, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour avec 53,1 p. 100 des suffrages. Il est partisan de la manière forte face à la rébellion. Son prédécesseur, le conservateur Andrés Pastrana, élu en juin 1998 sur un programme […] Lire la suite

Colombie. Rupture des négociations entre le gouvernement et la guérilla, et enlèvement d'Ingrid Betancourt. 20-23 février 2002

Le 20, à la suite d'un détournement d'avion et de l'enlèvement du sénateur Jorge Gechen Turbay, le président Andrés Pastrana annonce la rupture des négociations avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) et déclare qu'il met fin au statut de la zone démilitarisée […] Lire la suite

Colombie. Réactivation des négociations entre le gouvernement et la guérilla. 9-20 janvier 2002

Le 9, dans une allocution télévisée, le président Andrés Pastrana déclare que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) « se sont retirées du processus de paix » engagé en janvier 1999. Il accorde 48 heures à la guérilla pour évacuer la « zone de détente » de 42 000 kilomètres […] Lire la suite

Colombie. Lancement d'un plan de lutte antidrogue. 30 août 2000

consommateurs. « Il ne s'agit ni d'un Vietnam ni d'impérialisme yankee », précise-t-il. Le président Andrés Pastrana présente ce programme comme un « plan intégral » en vue de « créer les conditions propices à la construction d'une paix durable ». Celui-ci comprend également des dispositions en vue […] Lire la suite

Pour citer l’article

« PASTRANA ANDRÉS (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andres-pastrana/