ROLLAND DE RENÉVILLE ANDRÉ (1903-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine aristocratique, André Rolland de Renéville naît à Tours en 1903. Sa mère – qui tient salon et reçoit, autour d'Anatole France, nombre d'artistes et de musiciens – est férue d'occultisme et de spiritisme. Faut-il dès lors s'étonner de ce que l'œuvre de l'auteur de Sciences maudites et Poètes maudits soit à ce point marquée par une constante interrogation des liens qui unissent la poésie à la mystique ?

Son parcours littéraire débute très jeune, puisque c'est à vingt ans qu'il publie, à compte d'auteur, sa première plaquette poétique : De l'adieu à l'oubli (1923). Deux ans plus tard, alors qu'il entreprend des études de droit, il fait paraître un autre recueil, Pour elle (1925), suivi des Ténèbres peintes (1926), préfacé par Philippe Soupault. Ces trois ouvrages portent en germe la thématique que Rolland de Renéville va élaborer dès l'année suivante en écrivant son Rimbaud le voyant, interprétation qui, après sa parution en 1929, suscitera éloges et réactions violemment hostiles. Renéville a trouvé sa voie : celle de l'essayiste au détriment de la poésie à laquelle il ne reviendra que vingt ans plus tard avec La Nuit, l'esprit (1948).

Entre-temps, une rencontre capitale a eu lieu : celle, en 1927, de René Daumal et de Roger Gilbert-Lecomte avec lesquels il forme dès l'année suivante la « tête pensante » du Grand Jeu, dont le premier numéro paraît en juin 1928. Si sa première contribution est encore modeste (un poème et une lettre à Saint-Pol-Roux), elle va devenir essentielle dès le deuxième numéro (1929) dans lequel il publie « L'Élaboration d'une méthode », analyse de la Lettre du voyant de Rimbaud. Dès les premières lignes de cette étude, on le sent en totale osmose avec les conceptions poétiques exprimées par Daumal et Gilbert-Lecomte. Pour Renéville, « la conception individualiste du Moi est à la base de l'échec poétique éprouvé depuis deux mille ans par le Monde occide [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROLLAND DE RENÉVILLE ANDRÉ (1903-1962)  » est également traité dans :

GRAND JEU LE

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 932 mots

Dans le chapitre « Chronique d'une mort annoncée »  : […] Breton n'entend pas rester sur un tel échec. Non content de sommer Daumal de rejoindre le groupe surréaliste ( Second Manifeste du surréalisme ), il va, secondé par Aragon, tenter de débaucher un membre éminent du Grand Jeu : Rolland de Renéville. En dépit des mises en garde de Daumal et Gilbert-Lecomte, en dépit même de son premier geste de refus, Rolland de Renéville collabore à La Révolution s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-grand-jeu/#i_26728

Pour citer l’article

Patrick KRÉMER, « ROLLAND DE RENÉVILLE ANDRÉ - (1903-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-rolland-de-reneville/