KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Paris, A. Kertesz

Paris, A. Kertesz
Crédits : Frac-collection Aquitaine

photographie

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész
Crédits : Courtesy Attila Pocze, Vintage Galéria, Budapest

photographie


Le bonheur à Paris

En 1925, Kertész arrive enfin à Paris. Il se lie aux artistes venus de l'Est qui se retrouvent à Montparnasse au café du Dôme, fréquente les ateliers, réalise des portraits et, très vite, devient connu. Il collabore à de nombreux magazines illustrés, tant en France qu'en Angleterre et en Allemagne et, dès 1927, expose à Paris à la galerie Le Sacre du printemps. Il rencontre Brassaï, émigré hongrois comme lui, qu'il initie aux techniques de la photographie de nuit, devient l'ami de journalistes, d'écrivains et de peintres importants. 1928 sera pour lui une année capitale. Kertész achète l'un des premiers Leica importés en France et ce petit appareil, léger et très maniable qui correspond tellement bien à sa manière spontanée d'aborder les scènes qu'il remarque et l'éphémère des sensations, multiplie ses possibilités. Au même moment, Lucien Vogel crée Vu, hebdomadaire illustré d'un ton totalement nouveau, qui fait largement appel aux meilleurs photographes en leur laissant une très grande liberté pour traiter les reportages qu'il leur confie. Kertész sera, jusqu'en 1936, l'un des principaux collaborateurs de ce magazine d'exception.

Les musées allemands collectionnent déjà les épreuves du jeune photographe hongrois, Julien Lévy l'expose à New York dans la galerie où se succèdent Chagall, Matisse, Mondrian et Picasso ; Pierre Mac Orlan écrit en 1934 la préface de l'album J'aime Paris qui fait suite à d'autres petits livres, Kertész est lancé. Élisabeth Saly est venue le rejoindre, il l'épouse en 1933 et, pour lui, Paris est synonyme de bonheur et d'accomplissement, de liberté et de réussite. Mondrian et Colette, les danseuses, le Luxembourg, les toits et les lumières de Paris l'enchantent. Partout il découvre des anecdotes et des points de vue qu'il fixe dans le rectangle du papier sans jamais verser dans les rigueurs démonstratives des écoles allemandes. On sent, dans toutes les images parisiennes, une volonté de construction graphique qui sait ce qu'elle doit aux recherches du Bauhaus de Dessau, mais traversée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)  » est également traité dans :

ANDRÉ KERTÉSZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Noël BOURCIER
  •  • 1 002 mots

La rétrospective André Kertész, organisée du 28 septembre 2010 au 6 février 2011, au Jeu de Paume à Paris, rassemble près de trois cents « épreuves originales ou réalisées du vivant de l'artiste ». Si l'œuvre du photographe Kertész a déjà fait l'objet d'études approfondies (Of Paris and NewYork, 1985 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz-exposition/#i_94962

MARCHÉ DE LA PHOTOGRAPHIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 518 mots

1991 Christie's, New York : L'Atelier de Mondrian, 1926, d'André Kertész, est vendue 250 000 dollars (1 300 000 francs ou 198 000 euros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-de-la-photographie-reperes-chronologiques/#i_94962

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] tels que l'Américain Man Ray (1890-1976) ou le Hongrois André Kertész (1894-1985), comptent également parmi les dignes représentants de cette école de Paris. Un nombre important d'entre eux étaient des juifs immigrés d'Europe de l'Est. Preuve de leur inscription dans la culture française, ces artistes ont généralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_94962

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 795 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le documentaire »  : […] la meilleure définition du genre : « La photographie est, dans un même instant, la reconnaissance d'un fait en une fraction de seconde et l'organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment la signification de ce fait. » Cartier-Bresson qui avoue sa dette envers André Kertész, dont l'œuvre reste un modèle pour les plus avancés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_94962

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « KERTÉSZ ANDRÉ - (1894-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz/