KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Paris, A. Kertesz

Paris, A. Kertesz
Crédits : Frac-collection Aquitaine

photographie

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész
Crédits : Courtesy Attila Pocze, Vintage Galéria, Budapest

photographie


Le malheur américain

Pourtant, et il ne cessera de le répéter obsessionnellement jusqu'à sa mort, ce voyage aux États-Unis sera maudit, Kertész part découvrir un monde nouveau en 1936 alors qu'on lui proposait la nationalité française « pour raisons artistiques ». Ce monde nouveau, il compte le photographier, dans les moments infimes du quotidien, comme il le faisait à Paris, en flânant, en travaillant librement pour les journaux, en étant à la fois un photographe professionnel et un créateur. Il doit très vite déchanter. Son nouvel employeur, Keystone, qu'il traitera plus tard d'escroc, cherche à utiliser son nom pour obtenir des commandes commerciales, bien payées, mais sans intérêt et, surtout, extrêmement rigides dans leur définition. Kertész se cabre. Il est isolé, sans amis et l'on comprend mal les exigences – romantiques une fois encore... – de ce photographe qui devrait remercier des employeurs qui lui assurent des revenus substantiels. L'acquisition de ses premières œuvres par le Museum of Modern Art se termine par une brouille retentissante, une de ses distorsions de nu ayant été recadrée pour qu'on ne voie pas les poils pubiens... Le sentiment d'incompréhension devient tragique. Un contrat avec Condé Nast, éditeur de Vogue, lui assure la sécurité matérielle, mais suscite chez Kertész une profonde tristesse face à l'ennui de commandes convenues pour les revues de décoration du groupe. Pour lui-même, il réalise des natures mortes, sublimes et tendues, miniatures de lumière aux éclats sombres, qui semblent répondre aux vues d'intérieurs chics qui constituent son quotidien professionnel. Il se replie sur lui-même et décide de rentrer en Europe. La déclaration de guerre l'en empêche.

Oublié à Paris, incompris à New York, c'est la rage au cœur qu'il devient citoyen américain en 1944. Kertész explore alors New York, en accumulant les images de nuages emprisonnés par les immeubles, les statues sous la neige, les traces dans la ville, les toits hérissés de cheminées. Il photographie surtout dans la lumière de son appartement dominant Washington Square, Élisabeth, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)  » est également traité dans :

ANDRÉ KERTÉSZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Noël BOURCIER
  •  • 1 002 mots

La rétrospective André Kertész, organisée du 28 septembre 2010 au 6 février 2011, au Jeu de Paume à Paris, rassemble près de trois cents « épreuves originales ou réalisées du vivant de l'artiste ». Si l'œuvre du photographe Kertész a déjà fait l'objet d'études approfondies (Of Paris and NewYork, 1985 ; Ma France, 1990 ; La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz-exposition/#i_94962

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_94962

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le documentaire »  : […] La grande période du reportage, commencée avant la guerre (généralisation de l'appareil 24 × 36 mm, fondation de Life en 1936), se poursuit au lendemain du conflit (fondation de l'agence Magnum en 1947) avant que la télévision ne vienne gêner ses débouchés (disparition de Life en 1972). Le symbole et le héros en est Eugène Smith , dont les images puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_94962

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « KERTÉSZ ANDRÉ - (1894-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz/