ANDRÉ KERTÉSZ (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rétrospective André Kertész, organisée du 28 septembre 2010 au 6 février 2011, au Jeu de Paume à Paris, rassemble près de trois cents « épreuves originales ou réalisées du vivant de l'artiste ». Si l'œuvre du photographe Kertész a déjà fait l'objet d'études approfondies (Of Paris and NewYork, 1985 ; Ma France, 1990 ; La Biographie d'une œuvre, 1994), l'exposition parisienne, en privilégiant les tirages les plus anciens, se présente comme un véritable retour aux origines de l'œuvre. Les commissaires, Michel Frizot et Annie-Laure Wanaverbecq, ont tenté de « reconstituer l'œuvre globale de Kertész dans son homogénéité et sa continuité » en puisant essentiellement dans les fonds des galeries et des musées américains. Cette volonté s'est néanmoins heurtée aux aléas de l'histoire. Quand les tirages d'époque n'existaient pas, des contacts bruts (4,5 cm × 6 cm), directement sortis des archives de l'Estate André Kertész, ont été encadrés comme des œuvres abouties, alors que pour le photographe ils étaient destinés à préparer un agrandissement final et à être recadrés. La partie hongroise, présentant ses contacts de jeunesse, manque ainsi de visibilité quand elle n'est pas déformée. En filigrane, et plus largement, une question se pose : qu'est-ce qui constitue l'œuvre d'un photographe ?

Tendres et mélancoliques, les images d'André Kertész (1894-1985) exaltent la fragilité des êtres. Il incarne à lui seul une certaine idée de la photographie qui tiendrait du journal intime tout en abordant des questions universelles : l'amour, la fraternité et la solitude. L'originalité de Kertész tient à ce que cette sensibilité a pu s'exprimer dans un contexte historique florissant : début du photojournalisme, surréalisme, formalisme des avant-gardes. Cette capacité à révéler ses états d'âme sans ignorer les enjeux esthétiques propre à toute image place ce photographe parmi les plus grands.

L'exposition adopte un point de vue chronologique classique. La première salle présente la période hongroise (1912-1925). On y voit la vie de soldats pend [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : graphiste, photographe, enseignant en histoire de la photographie, diplômé de l'École nationale de la photographie, Arles

Classification

Pour citer l’article

Noël BOURCIER, « ANDRÉ KERTÉSZ (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz-exposition/