TUTUOLA AMOS (1920-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amos Tutuola est considéré comme le père fondateur du roman nigérian d'expression anglaise. Son œuvre considérable reste cependant celle d'un autodidacte très isolé qui, dans les années 1950, a entrepris d'utiliser très librement la formule du conte initiatique pour fixer l'héritage de la tradition orale menacée de disparition.

Né en 1920 à Abeokuta, Amos Tutuola n'a reçu qu'une éducation fort succincte et a occupé pour vivre des emplois très modestes. Alors qu'il est planton dans un ministère, il écrit en quelques jours un conte fantastique qu'il intitule The Palm-Wine Drinkard et qu'il envoie à une société de missionnaires. Ceux-ci ont l'heureuse idée de confier le manuscrit à l'éditeur londonien Faber, qui le publie sans retouches notoires en 1952. L'année suivante, Raymond Queneau s'enthousiasme pour ce texte à l'état brut et le traduit sous le titre de L'Ivrogne dans la brousse. L'accueil réservé à ce livre séminal témoigne des difficultés que la littérature africaine a eu à s'imposer. Si de nombreux écrivains occidentaux encensent cette « histoire effrayante mais ensorcelante » (Dylan Thomas), la plupart des intellectuels africains attaquent violemment l'auteur en lui reprochant l'incorrection de son style et sa présentation d'une Afrique cruelle et inquiétante. Ces éloges et ces reproches n'ont pas empêché Amos Tutuola de mener, jusqu'à sa mort en 1997, une vie très effacée au Nigeria et de publier des récits qui reprennent tous le schéma du récit initiatique de son premier livre.

Les huit romans d'Amos Tutuola se présentent comme des périples harassants mais fabuleux au travers de la brousse africaine où l'auteur déclare malicieusement que « jamais aucun être humain n'a pu pénétrer ». Les voyageurs qu'il envoie dans ce monde hostile sont des êtres fort simples qui partent à la recherche d'un être disparu ou d'un monde différent : l'ivrogne, par exemple, se dirige vers le royaume des morts pour essayer d'y retrouver son « malafoutier » qui lui fournissait son vin de palme quotidien. Dès leur départ, des monstres sadique [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TUTUOLA AMOS (1920-1997)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_15221

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une culture du syncrétisme »  : […] À la fin des années 1950, la production postcoloniale prend véritablement son essor. Pour des raisons de stratégies colonialistes, les territoires de l'anglophonie et de la francophonie donnent naissance à des phénomènes culturels nettement différents. Sans doute le discours sur la négritude, les écrits de Frantz Fanon et les théories tiers-mondis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_15221

Pour citer l’article

Denise COUSSY, « TUTUOLA AMOS - (1920-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amos-tutuola/