ACHEBE CHINUA (1930-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Ogidi, au Nigeria, Achebe a étudié à Ibadan et à Londres avant de travailler, dès 1954, à la radio nigériane comme producteur puis directeur régional. Directeur des éditions Citadel Books à Enugu, il a fondé et dirigé de 1962 à 1972 la célèbre collection Écrivains africains aux éditions Heinemann et dirige, depuis 1962, la revue littéraire Okike. Fort actif pendant la guerre civile, il s'est rendu aux États-Unis en 1969 pour susciter des appuis pour le Biafra, tout en poursuivant une carrière universitaire commencée à Nsukka (Nigeria) en 1967, et qui se poursuivra jusqu'en 1985.

Achebe s'est très tôt signalé comme l'un des plus grands romanciers africains avec Things Fall Apart (1958 ; Le monde s'effondre, 1966). C'est la tragique histoire d'Okwonkwo, chef tribal biafrais qui, en dépit d'un code de conduite plus souple que les préceptes des missionnaires britanniques, ne sait pas leur résister et s'adapte aux valeurs qu'ils introduisent dans la société traditionnelle. No Longer at Ease (1960 ; Le Malaise, 1978) reprend le même thème : pendant les années 1950, Obi ne parvient pas à concilier son éducation morale traditionnelle et les leçons apprises en Europe et il sombrera dans la corruption. Arrow of God (1964 ; La Flèche de Dieu, 1978) traite sur un mode plus tragique le dilemme du grand-prêtre Ezeulu face aux désordres engendrés par l'administration coloniale du capitaine Winterbottom. Plus contemporain, le quatrième roman s'attache à peindre les effets de la corruption en termes moins heurtés : le jeune réformateur de A Man of the People (1966 ; Le Démagogue, 1977) s'avère bientôt aussi inefficace, sinon aussi corrompu, que son aîné dans la carrière politique lorsqu'il s'agit de parler au nom d'une population sans cesse bafouée par ses représentants. Enfin, Achebe publie en 1987 Anthils of the Savanah (Les Termitières de la savane).

Achebe excelle dans le genre de la nouvelle. Il en a publié trois recueils, The Sacrificial Egg and Other Stories (1962 ; « L'Œuf du sacrifice et autres nouvelles »), Girls at War (1972 ; Femmes en guerre, 1981) et African Short Stories (1984). Ses poèmes sont réunis dans Christmas in Biafra (1973 ; « Noël au Biafra »). Ses essais littéraires, critiques ou politiques ont été publiés en 1974 sous le titre Morning Yet on Creation Day (« Au matin du jour de la Création »).

—  Michel FABRE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACHEBE CHINUA (1930-2013)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 177 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le choix de la langue »  : […] Dans les années 1960 et 1970 un débat divise les écrivains africains concernant l'utilisation de la langue anglaise, accusée de véhiculer une culture impérialiste. Certains, à l'est du continent, prônent alors l'usage du swahili, langue véhiculaire dans leur région. Ngugi wa Thiong'o va pousser à l'extrême la logique du refus en renonçant pour un temps à l'anglais dans lequel il a écrit ses chefs […] Lire la suite

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 2 215 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le choix de la langue »  : […] La plupart des auteurs postcoloniaux (hormis certains romanciers indiens, qui ont, de fait, un vaste public potentiel dans les différentes langues nationales) suivent cependant l'exemple d'Achebe : ce dernier revendique le droit d'exprimer une réalité africaine en adaptant l'anglais qui peut, selon lui, « porter le fardeau d'une autre expérience […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « ACHEBE CHINUA - (1930-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chinua-achebe/