AMORAIM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pluriel de amora, mot araméen de la racine amar (parler, expliquer, interpréter), le terme amoraim désigne les docteurs érudits du judaïsme qui furent en activité depuis la période d'achèvement de la Mishnah (env. 200) jusqu'à l'achèvement des Talmudim de Jérusalem et de Babylone (fin du ive et fin du ve s.). Dans la chaîne de la tradition, ils constituent un maillon entre les tannaim et les saboraim. Leurs discussions sur la halakha et la aggadah forment la majeure part des deux Talmudim et des différents Midrashim. Tandis que l'activité des tannaim était quasi circonscrite à la Palestine, la période amoraïque est caractérisée par deux centres distincts, la Palestine et la Babylonie.

Il est d'usage de la diviser en huit générations : les cinq premières comprennent des amoraim palestiniens et babyloniens ; les trois dernières ne comptent que des docteurs de Babylonie, le Talmud de Jérusalem ayant été achevé entre-temps. Il n'est pas facile d'identifier tous les amoraim mentionnés dans le Talmud et le Midrash : le même amora, en effet, est parfois cité sous des noms divers et, inversement, plusieurs amoraim peuvent porter le même nom. Néanmoins, il est permis d'en identifier plus de deux mille avec certitude.

—  Michel GAREL

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures de grec, licencié en langue et littérature hébraïques, collaborateur à l'Institut de recherche et d'histoire des textes, C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  AMORAIM  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « L'apologétique chrétienne aux premiers siècles »  : […] L'apologétique chrétienne a commencé, au lendemain de la Pentecôte, avec les discours de Pierre (Actes des Apôtres, ii et iii ) et d'Étienne (Actes, vii ) . Elle fut d'abord une défense et un témoignage des juifs chrétiens face aux responsables du peuple juif. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_3712

HALAKHA

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 409 mots

Règle de conduite pratique, la halakha (de la racine hébraïque halakh , « aller ») est le guide officiel de la vie religieuse et civile dans le judaïsme. Décrétée par l'autorité compétente (les rabbins) dans des formes déterminées, elle est obligatoire pour tout juif orthodoxe et a force de loi. La halakha constitue donc tout le système légal du judaïsme (par opposition à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halakha/#i_3712

JUDA HA-NASSI (135-220)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 595 mots

Patriarche de Judée et rédacteur de la Mishna, Juda ha-Nassi, appelé aussi Juda le Saint ou Juda I er , était le fils du nasi Siméon ben Gamaliel et naquit, selon une tradition haggadique, le jour même de la mort de Rabbi Akiba, pendant les persécutions d'Hadrien. Il fut l'objet, de son vivant même, de la plus grande vénération : sa sagesse, la profondeur de sa spiritualit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-ha-nassi/#i_3712

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le Talmud, les « responsa » et les sectes »  : […] De Terre sainte viennent des manuscrits hébreux ou araméens de la Bible ou de la Mišnā. Ils permettent une grande diffusion du savoir. Lors de sessions bisannuelles des académies ( kalla ), les maîtres commentent et complètent coram populo la Mišnā. Succédant aux tannaïm du pays d'Israël, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_3712

MIDRASH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 332 mots

Terme dérivé de la racine dorash , qui signifie, en hébreu biblique, « rechercher », « examiner ». Il acquiert à l'époque du second Temple le sens d'éducation et d'étude (cf. II Chron., xiii , 22). Il désigne une exégèse approfondie de l'Écriture, qui s'applique aussi bien au domaine juridique (halakha) qu'au domaine éthique et historique (haggadah). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/midrash/#i_3712

RAV ABBA ARIKHA dit (fin IIe-IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 212 mots

L'un des principaux amoraim de Babylone et fondateur de l'académie de Sura, Rav, né à Kafri, au sud de la Babylonie, appartenait à l'une des grandes familles d'Israël. Ayant émigré en Palestine, il étudia sous la direction de son oncle Ḥiyya, qui l'introduisit auprès de Judah ha-Nassi. Il connut les plus grands tannaim de la dernière génération et soutint en leur compagnie maints débats sur des po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rav-abba-arikha-dit/#i_3712

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 091 mots

Dans le chapitre « Le Talmud »  : […] La Mishna de Rabbi Juda I er fut adoptée comme autorité suprême dans les académies de Palestine et de Babylonie et devint l'objet principal de l'étude et de l'enseignement des rabbins qui portent maintenant le titre d' amora (pluriel amora‘im , qui signifie celui qui expose, celui qui interprète). Ces docteurs se donnent pour tâ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud/#i_3712

TALMUD DE BABYLONE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 186 mots

Les écoles des amoraim ou enseignants de Terre sainte et de Mésopotamie, où vit une forte population juive, commentent et complètent la Mishna, sécrétant une jurisprudence, la Gemara ou étude. Elles produisent vers 350 dans un climat politique difficile un vaste recueil, le Talmud dit de Jérusalem quoique élaboré à Tibériade, qui compile Mishna et Gema […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud-de-babylone/#i_3712

YESHĪVŌT ou YESHĪBŌT

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 842 mots

Pluriel du mot hébreu « yeshīvah », qui désigne une école talmudique supérieure. Ce terme, fréquent dans la littérature talmudique, se rapportait alors, en Palestine comme en Babylonie, aussi bien aux académies des maîtres qu'aux établissements d'enseignement supérieur. Les yeshīvōt fondées par la suite ne gardèrent que cette dernière acception. La tradition midrashique, projetant le présent dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yeshivot-yeshibot/#i_3712

Pour citer l’article

Michel GAREL, « AMORAIM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amoraim/