ALLOGAMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce terme est synonyme, pour les plantes à fleurs, de pollinisation croisée ou allopollinisation, qui se trouve assurée par blocage de l'autopollinisation, grâce à des barrières d'autostérilité d'origine génique, parfois renforcées par des dispositifs spéciaux tels que l'hétérostylie. Ainsi, chez les primevères, il existe des fleurs à style court et étamines hautes dans la corolle, et des fleurs à style long et étamines enfoncées, ce qui supprime l'efficacité des insectes butineurs ; en outre, le calibre des grains de pollen et des papilles du stigmate ne coïncident pas dans une même fleur ; enfin, une inhibition physiologique empêche l'autopollinisation. L'allogamie garantit un certain brassage des gènes à chaque génération, et la génétique des populations qui la présentent s'en trouve donc marquée.

—  Jacques DAUTA

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALLOGAMIE  » est également traité dans :

FLEUR

  • Écrit par 
  • Louis EMBERGER, 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Georges MANGENOT, 
  • Paul ROLLIN
  •  • 7 636 mots
  •  • 8 médias

La fleur n'est pas un organe morphologiquement défini. Chez les Angiospermes les moins évoluées, la fleur est évidemment, comme Goethe lui-même l'avait découvert, un rameau feuillé (système d'axes foliarisés) très contracté, dans le prolongement de dispositifs déjà réalisés chez des Végétaux vasculaires archaïques (Coniférophytes, Cycadophytes et même Cryptogames vasculaires) ; chez les Angiosper […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DAUTA, « ALLOGAMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allogamie/