Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) Le processus de réunification

Les négociations « 2 + 4 »

Comme les quatre puissances victorieuses de 1945 conservaient des « droits et responsabilités » vis-à-vis de l'Allemagne dans son ensemble (Berlin, les frontières, la réunification et le traité de paix), l'unité allemande ne pouvait se réaliser sans leur accord. Le principe d'une négociation entre les deux États allemands et les Quatre, sur les aspects extérieurs de l'unité allemande, est décidé le 13 février 1990 à Ottawa. Outre des réunions d'experts et les nombreuses rencontres bilatérales et multilatérales entre chefs d'État et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères se réunissent le 5 mai à Bonn, le 22 juin à Berlin-Est, le 17 juillet à Paris (avec la participation du ministre polonais des Affaires étrangères) et le 12 septembre à Moscou pour la signature du traité. Les entretiens étaient surtout freinés par les Soviétiques qui ne voulaient pas accorder à l'Allemagne unie le droit de déterminer librement ses alliances. Cette réserve est levée lors d'une rencontre dans le Caucase entre Mikhaïl Gorbatchev et Helmut Kohl. L'Allemagne unie s'engage à apporter une aide substantielle à l'U.R.S.S. qui, de son côté, promet de retirer progressivement ses troupes d'Allemagne de l'Est jusqu'en 1994. Cet engagement sera respecté par la Russie.

Allemagne : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Allemagne : carte administrative

Par le traité du 12 septembre, appelé « Traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne », l'Allemagne unie reconnaît que son territoire comprend uniquement Berlin-Ouest et Berlin-Est et les deux anciens États allemands. La ligne Oder-Neisse devient la frontière définitive avec la Pologne – un traité germano-polonais devra la confirmer. La Constitution de l'Allemagne unie ne devra comporter aucune disposition incompatible avec ces principes. L'Allemagne unie s'engage à poursuivre une politique de paix, elle renonce aux armes ABC (armes atomiques, bactériologiques et chimiques) et réduira ses effectifs militaires à 370 000 hommes. Les Soviétiques retireront leurs troupes avant 1994 ; en attendant, les troupes occidentales auront le droit de rester à Berlin-Ouest, mais sans augmenter leurs effectifs. Aucune arme nucléaire, allemande ou étrangère, ne devra être déployée en Allemagne de l'Est. Grâce à ces précautions, l'Allemagne unie a le droit de choisir ses alliances, en l'occurrence l'Alliance atlantique. Les Quatre mettent fin à leurs droits et responsabilités relatifs à Berlin, et à l'Allemagne dans son ensemble : « L'Allemagne unie jouira, en conséquence, de la pleine souveraineté sur ses affaires intérieures et extérieures » (art. 7). Des traités complémentaires entre l'Allemagne, d'une part, la Pologne et l'U.R.S.S., d'autre part, confirmeront le caractère définitif de la ligne Oder-Neisse et préciseront les nombreux projets de coopération avec ces pays. La réunion de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (C.S.C.E.) à Paris, à la fin de novembre, replace le règlement du problème allemand dans le contexte plus large des relations Est-Ouest. Berlin et l'Allemagne, autrefois les symboles de la division de l'Europe, deviennent les facteurs du rapprochement entre les deux parties de l'Europe.

Après les élections du Bundestag de l'Allemagne unie le 2 décembre 1990, Helmut Kohl est confirmé dans ses fonctions de chancelier à la tête d'un gouvernement C.D.U.-C.S.U. - F.D.P. Le passage à l'économie sociale de marché est douloureux pour la population en Allemagne de l'Est, et l'unité coûte très cher aux contribuables ouest-allemands. La république fédérale d'Allemagne conserve les mêmes institutions, mais un nouvel État de près de 80 millions d'habitants est né au cœur d'une Europe que traversent de profondes mutations.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Henri MÉNUDIER. ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Lothar de Maizière - crédits : Patrick Piel/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Lothar de Maizière

1989 à 1999. Le monde contemporain - crédits : Encyclopædia Universalis France

1989 à 1999. Le monde contemporain

Bismarck impose ses conditions - crédits : Ullstein Bild/ Ullstein Bild/ Getty Images

Bismarck impose ses conditions

Autres références

  • ALLEMAGNE - Les institutions

    • Écrit par Stéphane SCHOTT
    • 4 249 mots

    Les institutions de la république fédérale d’Allemagne sont définies par la Loi fondamentale (L.F.), ou Grundgesetz, du 23 mai 1949. Pensé à l’origine comme une Constitution provisoire pour l’Allemagne de l’Ouest, le Grundgesetz s’applique à toute l’Allemagne depuis le 3 octobre 1990....

Voir aussi