BRENDEL ALFRED (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essor discographique

En 1951, Brendel enregistre, pour un petit label aujourd'hui disparu, S.P.A. (Society of Participating Artists), son premier disque, consacré au Weihnachtsbaum (« L'Arbre de Noël ») de Franz Liszt. C'est le début de l'incroyable aventure discographique de l'un des pianistes les plus enregistrés de l'histoire. Pour S.P.A., il gravera ensuite des disques aussi originaux, où l'on retrouve un Beethoven et un Richard Strauss méconnus. Après un enregistrement de la Fantasia contrappuntistica de Busoni pour The Record Society, Brendel signe en 1955 son premier contrat d'exclusivité avec le label américain Vox ; jusqu'à la fin des années 1950, il joue Liszt, Haydn et Mozart, mais aussi Bartók, Prokofiev, Stravinski et, avec Walter Klien, des pièces pour piano à quatre mains de Brahms et de Dvořák. Il reste chez Vox – où il devient au début des années 1960 le premier pianiste à enregistrer une quasi-intégrale de l'œuvre pour piano de Beethoven – jusqu'en 1967, année où il signe un contrat avec Vanguard, qu'il quittera pour Philips (devenu Polygram puis Universal) en 1970.

Dès ses débuts, l'étendue de son répertoire et la sûreté de ses choix sont particulièrement remarquables. Très vite, Alfred Brendel écarte définitivement des compositeurs – Rachmaninov, Fauré, Debussy, Ravel, notamment – qui ne correspondent manifestement ni à son tempérament ni à son univers poétique, mais montre néanmoins une audace et une ouverture d'esprit rares. Il attaque Beethoven par de très méconnues variations (sur Kind, willst du ruhig schlafen, WoO 75 ; 15 Eroica Variations, opus 35), Liszt à la fois par des transcriptions, les Réminiscences longtemps dédaignées et par les œuvres ultimes, quasi atonales. En public – et au disque, mais il préfère l'enregistrement sur le vif à l'aseptisation des studios –, il se fait le défenseur de l'épineux Concerto pour piano d'Arnold Schönberg, qu'il enregistre pour la première fois le 5 novembre 1973 sous la direction de Bruno Maderna. Peu à peu cependant le catalogue de ses auteurs préférés va se concentrer autour de quelques noms : Mozart et ses concertos, qu'il dirige parfois du piano – où il montre une impressionnante maîtrise mais, sans doute aussi, un sérieux et une rigueur excessifs – ou avec Neville Marriner à la tête de l'Academy of St Martin-in-the-Fields, Haydn, dont il est avec Sviatoslav Richter l'un des plus ardents et irrésistibles avocats des sonates pour piano. Schubert – les Danses allemandes, D 783 et D 790, les Impromptus, D 899 et D 935, les Moments musicaux, la Wandererfantasie, les sonates no 14 à 21... – est sans cesse revisité avec une acuité et un sens dramatique bouleversants. De Liszt, dont il pratique les œuvres les moins fréquentées, il ne retient plus, au fil du temps, que quelques pages, parmi lesquelles l'illustre Sonate, qu'il interroge inlassablement et dont il tente de percer le secret. Il faut ajouter des œuvres de Brahms (le Deuxième Concerto pour piano avec Claudio Abbado et l'Orchestre philharmonique de Berlin) et de Weber (Konzertstück, avec Abbado et l'Orchestre symphonique de Londres).

Mais Alfred Brendel est avant tout l'un des plus émouvants beethovéniens de l'après-guerre. Par trois fois – pour Vox (1957-1963) et pour Philips (1970-1977 puis 1991-1995) – il a enregistré l'intégrale de ses sonates pour piano, égalant les plus grands de ses prédécesseurs. Et il a gravé à quatre reprises – avec Heinz Wallberg et Zubin Mehta (1967), Bernard Haitink (1976), Joseph Levine (1983) et Simon Rattle (1998) – l'ensemble des cinq concertos pour piano. Sur ce terrain, rares sont les pianistes qui peuvent respirer à sa hauteur : construction granitique, scrupuleux respect du texte, aussi ardu soit-il, mais aussi sonorité royale, noblesse de la déclamation, chaleur toute fraternelle du discours.

Sa vie de récitaliste n'est pas moins riche. Il se produira à de nombreuses reprises, à partir de 1960, au festival de Salzbourg, où il ose, en 1982, programmer la Sonate pour piano, opus 1, d'Alban Berg et impose, en 1988, à un public plus friand de frivolités que d'introspection poétique... quatre soirées Schubert ! En 1971, il s'établit à Londres et, sans véritablement enseigner, conseille quelques pianistes, parmi lesquels Claudius Tanski et Till Fellner. Il pratique assez peu la musique de chambre, avec les meilleurs instrumentistes à vent, cependant, pour enregistrer les quintettes pour piano et vents de Mozart et de Beethoven : Heinz Holliger (hautbois), Eduard Brunner (clarinette), Hermann Baumann (cor) et Klaus Thunamann (basson). Bien qu'intéressé par la musique de son temps, Alfred Brendel a créé peu d'œuvres contemporaines ; on citera la première audition du Premier Concerto pour piano de Werner Thärichen, le 29 décembre 1961, avec l'Orchestre philharmonique de Berlin sous la baguette de Karajan. Il met un terme à cette carrière de concertiste à Vienne, en 2008.

En décembre 1998, Alfred Brendel est nommé membre d'honneur de l'Orchestre philharmonique de Vienne, une distinction qui n'avait été conférée qu'à deux autres pianistes depuis la fondation de la prestigieuse formation, en 1842 : Emil Sauer et Wilhelm Backhaus.

Tout entier investi dans la quête de la beauté secrète des œuvres, Alfred Brendel ignore autant les vaines facilités que la virtuosité gratuite. Restent une probité, une sincérité et un engagement passionné dont il y a peu d'exemples.

Musicien complet, Alfred Brendel a publié deux recueils d'articles sur la musique, qui ont été publiés en français sous les titres Réflexions faites (1979) et Musique côté cour, côté jardin (1994). Esprit facétieux, il est aussi l'auteur de plusieurs recueils de poèmes où se manifeste son amour du nonsense et de l'absurde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRENDEL ALFRED (1931- )  » est également traité dans :

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 434 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Reconstitution et recréation »  : […] « Comprendre les intentions du compositeur signifie les transmettre selon la compréhension qu'on en a [...]. Les exécutions les plus impressionnantes d'une œuvre ne sont pas toujours celles qui sont les plus „justes“ historiquement... Il faut jouer de la façon la plus sublime, la plus visionnaire, émouvante, mystérieuse, recueillie, humoristique, gracieuse possible – mais cette exigence morale sou […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 370 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'interprétation pianistique »  : […] On sait peu de chose des grands virtuoses du xix e  siècle, en dehors des témoignages et de ce que leur musique nous révèle. Clementi, Cramer, Frédéric Kalkbrenner et Johann Nepomuk Hummel ont assuré la transition vers le xix e siècle, alors que Henri Herz, Henry Litolff, Camille-Marie Stamaty, Liszt, Sigismund Thalberg ou Clara Schumann correspondent au stéréotype du virtuose romantique, entour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « BRENDEL ALFRED (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-brendel/