GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1794-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le Malheur d'avoir de l'esprit »

Griboïedov est l'homme d'un livre, mais ce livre a été le plus grand succès de la littérature russe, diffusé à quarante mille exemplaires manuscrits (à cause de la censure, qui n'en autorisa que des extraits). Comédie, tragédie, pamphlet, Le Malheur d'avoir de l'esprit est tout cela, et plus encore, un « poème scénique » (Griboïedov).

Le héros, le jeune Tchatski, revient à Moscou après une absence de trois ans, brûlant de retrouver Sophie, fille d'un grand seigneur, Famousov. On l'accueille froidement. Avec l'impatience – et la naïveté – des amoureux, il doute encore de son malheur et veut aussitôt savoir la vérité : Sophie aime-t-elle un rival ? Serait-ce Skalozoub, cet officier bête et avantageux ? Ce ne peut être Moltchaline, ce petit intrigant silencieux et servile ! Pourtant – le spectateur le sait – c'est Moltchaline qui est aimé : Sophie, blessée par le départ de Tchatski, l'a paré de vertus imaginaires, et il joue docilement son rôle d'amoureux respectueux, tout en lutinant la servante, Lise. Lors d'un bal chez Famousov, Tchatski retrouve le Tout-Moscou : vieilles dames tyranniques, parasites, tricheurs, filles à marier stupides, maris abrutis. Plaisantant Moltchaline, il provoque la contre-attaque de Sophie qui ne dément pas un bruit absurde : Tchatski serait devenu fou ! Après la réception, voulant à tout prix résoudre l'énigme, il se cache derrière un pilier et entend des propos sur sa « folie » qui mettent le comble à son exaspération. Mais voici le coup de grâce : une déclaration à Lise de Moltchaline, que surprend aussi Sophie. Tchatski laisse là Sophie en larmes, et avec elle Moscou, allant « chercher par le monde un refuge pour le sentiment offensé ».

On voit combien restent proches les traditions de la comédie : soubrette, soldat vantard, père de vaudeville, héros aux tirades moralisatrices ; ajoutons les procédés comiques et la concentration de l'action en une journée. Mais ces rapprochements sont limités : la pièce a quatre actes, est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1794-1829)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] L'introduction en Russie de la culture laïque et cosmopolite de l'Europe des Lumières est l'un des objectifs des réformes de Pierre le Grand. Le développement de l'imprimerie, freiné au xvii e  siècle par les autorités religieuses qui en détiennent le monopole, s'accélère sous la direction de l'État et contribue, par la désacralisation du livre, à la laïcisation de la culture. L'instruction s'éman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1050

Pour citer l’article

Jean BONAMOUR, « GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH - (1794-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-griboiedov/