BOGIE ou BOGGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chariot sur lequel pivote le châssis d'un wagon pour lui permettre de s'inscrire dans les courbes. Les bogies, dont l'invention remonte aux environs de 1830, sont eux-mêmes constitués d'un châssis à deux essieux, plus rarement un ou trois, relié au châssis du véhicule par une articulation à axe vertical jouant le rôle de cheville ouvrière. Certains bogies sont en outre dotés d'un degré de liberté latéral qui leur permet d'exercer un effort de rappel destiné à faciliter le passage des courbes à faible rayon. Presque tous les véhicules ferroviaires de grande longueur sont actuellement équipés de bogies, lesquels peuvent en outre être moteurs lorsque leurs essieux sont couplés à un organe moteur. C'est le cas des locomotives électriques BB, qui possèdent deux bogies moteurs, et, plus récemment, des T.G.V. dont la propulsion se concentre sur deux motrices à deux bogies moteurs. De plus, les bogies entre les wagons du T.G.V. permettent de surbaisser la rame, ce qui améliore sa traînée aérodynamique, et d'augmenter considérablement la stabilité de la rame même en cas de déraillement. Ce concept de « rame articulée » est une des principales innovations du T.G.V.

—  Bertrand DREYFUS

Écrit par :

  • : licencié ès sciences, bachelor of sciences, University of Chicago

Classification

Pour citer l’article

Bertrand DREYFUS, « BOGIE ou BOGGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bogie-boggie/