GREENSPAN ALAN (1926- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Influences et tendances

La passion du chiffre et des statistiques est une marque distinctive de Greenspan. Trop souvent, les économistes en restent à des raisonnements et à des tests macroéconomiques ; ils répugnent à « aller au charbon », en l'occurrence à décortiquer, retraiter, vérifier des séries statistiques sectorielles, voire résolument microéconomiques. Greenspan n'a jamais été et n'a jamais prétendu être un grand théoricien, un candidat au Nobel d'économie. Mais cette passion des statistiques lui donne un avantage comparatif réel vis-à-vis de nombre d'économistes et de pas mal de ses collaborateurs à la Fed.

Alan Greenspan

Alan Greenspan

Photographie

Alan Greenspan. À la tête de la réserve fédérale américaine (la Fed) pendant près de vingt ans (de 1987 à 2006), il a exercé une profonde influence sur la finance mondiale, parvenant d'un mot, d'une phrase à ancrer les anticipations des investisseurs... Une aura de gourou un peu ternie... 

Crédits : M. Wilson/ Getty

Afficher

L'amour des chiffres lui vient sans doute de la période de Columbia et de l'influence exercée alors sur l'étudiant qu'il était par deux professeurs prestigieux, Wesley Clair Mitchell (1874-1948) et surtout Arthur Burns (1904-1987), futur président du Council of Economic Advisers (C.E.A.), patron de la Fed et ambassadeur des États-Unis en Allemagne. Des influences intellectuelles relayées ensuite par l'appartenance active de Greenspan, de 1953 à 1968, à un mouvement « objectiviste » dirigé par une femme de lettres à succès, Ayn Rand. D'après ce courant, d'inspiration très libérale, la réalité est blanche ou noire, vraie ou fausse... En économie, les choses sont plus complexes, car les définitions comptables et les statistiques comportent forcément une dimension conventionnelle et subjective. Pour autant, l'analyse des faits et des chiffres demeure un précieux outil.

Le credo économique de Greenspan est resté à peu près le même à travers les années et ses différentes fonctions. Il s'organise autour de la critique de l'intervention excessive de l'État : c'est l'excès des dépenses publiques qui est facteur d'inflation (Greenspan fait très vite sienne cette proposition antikeynésienne qui lui vient de Burns), et le banquier central saura convaincre Bill Clinton tout au long de ses deux mandats de faire de la réduction du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  GREENSPAN ALAN (1926- )  » est également traité dans :

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « La politique accommodante de la Réserve fédérale »  : […] De la résolution des krachs boursiers de 1987 et de 2001 au financement des « déséquilibres globaux » en passant par le surcroît de crédits souscrits par les ménages américains, on retrouve à chaque fois la politique monétaire du président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan. Pour le banquier central, si les pouvoirs publics ne peuvent pas éviter les crises, ils devraient en rev […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 280 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 210 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La volatilité du dollar »  : […] Au début de la phase de flottement des monnaies, de 1973 à 1975, le dollar connaît deux chutes prononcées suivies de remontées à peu près équivalentes. De 1976 à 1978, la chute du dollar est générale contre toutes les monnaies, de 13 à 45 p. 100 respectivement vis-à-vis du franc et du yen. La dépréciation se justifie face à la concurrence de l'Allemagne et du Japon, mais elle est insuffisante pour […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monétarisme moderne et courbe de Phillips »  : […] Si Bodin ou Ricardo fondaient leur point de vue sur un raisonnement purement logique, les monétaristes contemporains s'appuient sur l'histoire économique récente pour défendre leur vision du libéralisme et combattre les thèses keynésiennes. Théoricien le plus représentatif du monétarisme, Milton Friedman (1912-2006) a étudié l'évolution des prix et la quantité de monnaie en circulation aux États- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2000 : vers un rééquilibrage de la croissance mondiale ?

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 037 mots

Dans le chapitre « États-Unis : le cycle malgré tout »  : […] Alimentée par les progrès exceptionnels de la productivité et la diffusion rapide des nouvelles technologies de l'information et de la communication, l'idée selon laquelle l'économie américaine serait entrée dans un nouvel âge d'or, caractérisé par un potentiel de croissance élargi et une activité moins sujette aux fluctuations cycliques, n'a cessé de gagner du terrain ces dernières années (voir p […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1999 : la fin des turbulences ?

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 423 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'inconnue américaine »  : […] L'économie américaine a poursuivi en 1999 sa croissance sur un rythme rapide, faisant de la phase d'expansion engagée en 1991 la plus longue jamais enregistrée aux États-Unis depuis l'établissement de comptes nationaux. Outre sa durée et son rythme, cette expansion se caractérise par une augmentation notable de la productivité du travail. Déjà perceptible dans les années 1980, celle-ci est devenu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « États-Unis : le « nouveau paradigme » ? »  : […] Pour ce qui concerne les premiers, le rapprochement des rythmes d'activité entre l'Amérique du Nord et l'Europe ne s'est pas manifesté comme on le prévoyait au début de l'année. Les écarts cycliques entre les économies les plus évoluées se sont au contraire élargis. Le dynamisme a été plus accentué que prévu aux États-Unis ainsi que, dans une moindre mesure, au Canada et au Royaume-Uni, tandis qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 : sur la voie de la convergence

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 696 mots

Dans le chapitre « Une croissance durable pour les États-Unis »  : […] En 1996, la performance des nations développées a été une fois de plus sensiblement inférieure à celle de l'ensemble du monde. La croissance de la zone O.C.D.E. été évaluée à 2,4 p. 100, en sensible progrès sur 1995 (2 p. 100), mais cette moyenne recouvre de notables disparités. Pour leur part, les États-Unis (2,4 p. 100) ont enregistré une nouvelle année d'expansion proche du potentiel, dépassan […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « La maîtrise de l'inflation »  : […] Les principales analyses de l'économie mondiale en 1995 font à peine mention de la politique monétaire. L'inflation, en effet, est généralement maîtrisée dans les pays industrialisés, et la baisse des taux d'intérêt est intervenue en fonction de deux paramètres : d'une part, le succès de la politique budgétaire et, d'autre part, le maintien de l'activité à distance raisonnable des risques de surch […] Lire la suite

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Règle ou discrétion »  : […] L'efficacité des procédures de la Banque fédérale de réserve de New York peut s'apprécier à travers la variabilité du taux du marché des fonds fédéraux par rapport au taux cible implicite ou explicite recherché par le F.O.M.C. Le taux quotidien annualisé peut s'écarter significativement du taux cible, notamment en fin de période de règlement, mais l'écart entre le taux moyen mensuel des fed funds […] Lire la suite

YELLEN JANET (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La carrière à la Réserve fédérale »  : […] En 2004, elle accepte la présidence de la branche californienne de la Réserve fédérale, représentant plusieurs États de l’ouest du pays. Au sein des instances de la banque centrale, elle passe pour la porte-parole des « colombes », les partisans d’une vision souple de l’action monétaire, d’inspiration keynésienne, face aux « faucons », les monétaristes que la moindre dérive des prix alarme. Elle a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 juillet - 5 août 2019 • États-Unis • Baisse des taux directeurs de la Réserve fédérale.

présidents de la Fed, Paul Volcker, Alan Greenspan, Ben Bernanke et Janet Yellen, publient une tribune dans le Wall Street Journal dans laquelle ils se déclarent « unis par la conviction que la Fed et son président doivent être autorisés à agir de manière indépendante et dans l’intérêt de l’économie, libres de toute pression politique à court terme ».  [...] Lire la suite

17-30 octobre 1988 • États-Unis • Surenchères boursières autour des grands groupes de l'industrie agroalimentaire

. Nabisco. Le 26, le président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, inquiet des sommes considérables mises en jeu par la surenchère des O.P.A., appelle les banques à la prudence quant au financement de telles opérations. Le 30, Kraft accepte les offres de Philip Morris, d'un montant de 13,1 [...] Lire la suite

2 juin 1987 • États-Unis • Réactions défavorables des marchés des changes à l'annonce du départ de Paul Volcker

Le président Reagan annonce que Paul Volcker ne briguera pas un troisième mandat de quatre ans à la tête de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, et qu'à partir d'août son successeur sera Alan Greenspan, ancien conseiller économique du président Gerald Ford de 1974 à 1976. Cette [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian de BOISSIEU, « GREENSPAN ALAN (1926- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-greenspan/