GOTTLIEB ADOLPH (1903-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre américain Adolph Gottlieb est né à New York en 1903 ; il interrompt très jeune ses études secondaires pour entrer à l'Art Student League, où il a pour professeur John Sloan et Robert Henri. À dix-sept ans, il s'embarque pour l'Europe, séjourne à Paris, où il peint et étudie à l'académie de la Grande Chaumière. Il découvre Paul Cézanne, Fernand Léger et surtout Henri Matisse qui marquera profondément sa technique et son utilisation de la couleur. En 1922, Gottlieb est de retour aux États-Unis où il reprend ses études. Il fréquente alors également la Pearsons School of Design, et rejoint un groupe d'artistes d'avant-garde, qui s'appelleront plus tard The Ten, comprenant notamment Mark Rothko et Ilya Bolotowsky. En 1930, la première exposition personnelle de Gottlieb a lieu à la Dudensing Gallery à New York. Jusqu'en 1937, Gottlieb, comme nombre de jeunes artistes de sa génération, travaille pour la Works Progress Administration, bénéficiant du Federal Art Project, qui emploie peintres et sculpteurs à la décoration des édifices publics. Il voyage ensuite en Arizona où il reste près d'un an (1937). En 1939, Gottlieb rentre à New York et élabore ses premières œuvres d'un style très personnel, les Pictographs. Dès lors, et jusqu'à sa mort survenue dans sa ville natale qu'il ne quitte que pour quelques voyages à l'étranger, l'activité artistique de Gottlieb est indissociable de celle des grands pionniers de l'école de New York. Il expose régulièrement ses œuvres, de 1947 à 1954 la série des Paysages imaginaires à la Koots Gallery, puis à partir de 1960 les Explosions, troisième et dernière des grandes séries qui jalonnent l'évolution de son œuvre, à la Sydney Janis Gallery. Lauréat de plusieurs prix, dont celui de la Biennale de São Paulo en 1936, Gottlieb a également enseigné au Pratt Institute et à l'université de Californie à Los Angeles, et d'importantes rétrospectives lui ont été consacrées, en particulier au Jewish Museum de New York en 1957, au Walker Art Cente [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOTTLIEB ADOLPH (1903-1974)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_87467

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Vers le triomphe de l'art américain : l'expressionnisme abstrait »  : […] Pour tous les artistes, ceux qui déclarent leur intérêt exclusif pour ce qui se passe aux États-Unis comme ceux qui suivent avec attention les derniers développements de l'art européen, le déclenchement de la guerre sur le Vieux Continent, et plus encore l'entrée en guerre du pays en 1941 vont fondamentalement changer la situation. Le résultat le plus immédiat en est certes la fourniture d'images […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_87467

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_87467

TOMLIN BRADLEY WALKER (1899-1953)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 220 mots

Peintre américain, né le 19 août 1899 à Syracuse (New York), mort le 11 mai 1953 à New York. Pendant une grande partie de sa carrière, Bradley Walker Tomlin peint des natures mortes cubistes dans une veine lyrique, tout en enseignant au Sarah Lawrence College de Bronxville (New York) et dans diverses écoles de garçons. Au milieu des années 1940, il subit l'influence du peintre Adolph Gottlieb. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bradley-walker-tomlin/#i_87467

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « GOTTLIEB ADOLPH - (1903-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolph-gottlieb/