LOOS ADOLF (1870-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie du Raumplan

« Je ne conçois pas de plan, de façades ou de vues en coupe, je conçois des espaces », écrit Adolf Loos. Toutes les réalisations de l'architecte visent en effet à donner une place primordiale à des espaces conçus en fonction des besoins humains. Loos définit cette idée, extrêmement moderne pour l'époque, par sa théorie du Raumplan (« plan d'espace »).

En 1910, sur la Michaelerplatz à Vienne, Adolf Loos réalise sa première maison de commerce et d'habitation pour le tailleur pour homme Goldman & Salatsch. Ce bâtiment, où il met en pratique la doctrine prônée dans son célèbre essai Ornement et crime (Ornament und Verbrechen, 1908), provoque un vrai scandale. En effet, la façade affiche une simplicité et une pureté allant dans la partie supérieure jusqu'à un dépouillement total. Le bâtiment est nu, sans artifice, et ne sacrifie pas au mensonge des apparences décoratives. L'immeuble est surnommé « la maison sans sourcils » et Loos doit consentir à la pose de jardinières pour finalement obtenir l'achèvement des travaux. L'architecte a pourtant veillé, selon ses propres dires, à l'harmonie entre le bâtiment et son environnement, et notamment au respect de l'équilibre par rapport à l'une des entrées lourdement décorée du palais impérial se trouvant juste en face. L'élégance de la façade prouve en effet ses liens avec la tradition : un crépi blanc couvre une structure en béton armé et le rez-de-chaussée est incrusté de marbres somptueux et colorés.

Influencé par les bâtiments d'Henri Sauvage, Loos conçoit en 1910 un grand magasin à Alexandrie (Égypte), resté à l'état de projet, avec les derniers étages en gradins. Il réitère ce principe de construction en gradins à Vienne en 1912-1913 pour la villa de la famille Scheu. Juste après la Première Guerre mondiale, Loos édifie d'autres maisons pour la bourgeoisie viennoise et praguoise. En 1927-1928, il construit la maison Moller, la plus aboutie de ses villas viennoises par son purisme architectural. Un cube blanc présente [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOOS ADOLF (1870-1933)  » est également traité dans :

DESIGN

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 8 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Art décoratif »  : […] L'appellation art décoratif revêt principalement deux sens qui semblent se contredire. Le premier renvoie à l'ornement, le second à un champ typologique : les objets utilitaires destinés à l'habitat sous toutes ses formes. Le fameux essai Ornement et crime écrit par l'architecte autrichien Adolf Loos en 1908, véhiculé par l'aphorisme « l'ornement est un crime », ponctue l'histoire du design du […] Lire la suite

L'HISTOIRE VÉGÉTALISÉE. ORNEMENT ET POLITIQUE À ROME (G. Sauron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 999 mots

Dans le monde submergé d'images vulgairement utilitaires où nous évoluons, nous éprouvons quelque difficulté à admettre que, en d'autres temps, l'œuvre ornementale a assumé une fonction essentielle dans la transmission des messages politiques et religieux. Quand il s'agit de décor architectural, à caractère rythmique ou répétitif, cette difficulté structurelle se double d'une réticence esthétique […] Lire la suite

NEUTRA RICHARD (1892-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 1 978 mots

Dans le chapitre « Les sources »  : […] Richard Neutra, qui était né à Vienne, fut très impressionné durant ses études à la Technische Hochschule par l'architecture d'Otto Wagner qui tendait alors à épurer cet art de toute surcharge ornementale et à rechercher la beauté dans les simples proportions. Adolf Loos, l'auteur du fameux article Crime et ornement , eut sur lui une grande influence par la suite et l'engagea sur la voie d'une arc […] Lire la suite

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « Une présence universelle »  : […] L'ornement est de tous les temps et de toutes les cultures. Il peut aller de la simple hachure ou zigzag à des systèmes extrêmement complexes, comme les mauresques ou les dessins pour tissus, du type appelé « bizarre », employés en Angleterre et en France (fin du xvii e -début du xviii e  s.). Les rapports entre l'objet et son ornementation forment un très vaste sujet ; ils sont liés à la fois aux […] Lire la suite

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes rationalistes du « mouvement moderne » »  : […] La doctrine rationaliste, solidement édifiée par deux siècles d'efforts théoriques, se cristallisera dans les formes au xx e  siècle, alors qu'elle ne connaîtra d'apports nouveaux que dans deux directions : le rapport de l'architecture à l'industrie et ses liens avec le développement des villes. Paradoxalement, c'est d'un esthète solitaire, le Viennois Adolf Loos (1870-1933), que viendront les ac […] Lire la suite

SCHÜTTE-LIHOTZKY MARGARETE (1897-2000)

  • Écrit par 
  • Dietrich Wilhelm DREYSSE
  •  • 762 mots

L'architecte autrichienne Margarete Lihotzky est née le 23 janvier 1897 à Vienne. Après avoir suivi des leçons particulières de peinture, elle entre, en 1915, à la Kunstgewerbeschule où elle commence, contre l'avis de sa famille, des études d'architecture. Sous l'influence de son maître, l'architecte Oskar Strnad, elle s'intéresse au problème du logement, alors particulièrement crucial à Vienne où […] Lire la suite

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 659 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Dès la fin du xix e  siècle, les pays anglo-saxons sont à l'origine d'un courant puriste. Il est l'œuvre d'architectes : Charles Rennie Mackintosh (1868-1928) , Josef Hoffmann (1870-1956) à Vienne. Les réalisations des Wiener Werkstätte, ateliers d'art fondés en 1903 par Hoffmann, sont de l'art 1925 avant la lettre. À Vienne, l'architecte Adolf Loos (1870-1933) engage la bataille contre l'ornemen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Harald R. STÜHLINGER, « LOOS ADOLF - (1870-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-loos/