ADÉNOPATHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accroissement anormal, localisé ou généralisé, du volume des ganglions lymphatiques. Le diagnostic, qui est très aisé lors des atteintes des chaînes ganglionnaires superficielles (cervicales, axillaires, inguinales), devient très difficile dans les adénopathies profondes (thoraciques ou abdominales) qui sont décelables par des clichés radiologiques simples, ou mieux par l'exploration lymphographique.

La découverte des causes d'une adénopathie est de difficulté très variable ; car elle nécessite, outre un examen clinique approfondi, une série d'examens complémentaires. On a souvent recours en dernier ressort à la ponction et à la biopsie chirurgicale d'un ganglion accessible en vue de permettre son étude histologique. Dans le diagnostic étiologique d'une adénopathie, il faut d'abord chercher une cause siégeant dans le territoire lymphatique correspondant au groupe ganglionnaire atteint : dans le cas fréquent de l'adénopathie cervicale, on doit rechercher une infection (ou un cancer) de la bouche, des dents, du nez, de la gorge, des oreilles ou encore un cancer thyroïdien. Si une cause locale n'est pas décelée, il faudra faire un tri parmi les nombreuses étiologies générales, à savoir :

des infections (tuberculose, mononucléose infectieuse, toxoplasmose, syphilis) ;

des maladies « inflammatoires » (lupus érythémateux disséminé, sarcoïdose de Besnier-Bœck-Schaumann) ;

des maladies « primitives » de l'appareil lymphatique : (maladie de Hodgkin, lympho-réticulo-sarcome, leucémie lymphoïde chronique).

Une telle démarche, en deux stades, se justifie aussi pour les adénopathies extra-cervicales (celles de l'aisselle ou celles de l'aine en particulier).

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADÉNOPATHIE  » est également traité dans :

ADÉNOGRAMME

  • Écrit par 
  • Laurent DEGOS
  •  • 621 mots

L'adénogramme correspond à l'examen du frottis du suc ganglionnaire après ponction d'un ganglion. La ponction de ganglion est une technique simple et sans danger. Le ganglion est piqué avec une aiguille, et le suc ganglionnaire est éjecté sur une lame grâce à une seringue. Ce suc est ensuite étalé et séché sur cette lame. Après coloration, le frottis ainsi obtenu est regardé au microscope et le co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adenogramme/#i_7647

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs malignes »  : […] Le cancer du larynx est, en général, un épithélioma ; il peut siéger à l'un des trois étages du larynx : l'étage glottique (cancer de la corde vocale) ; l'étage sus-glottique comprenant la face laryngée de l'épiglotte et les bandes ventriculaires ; l'étage sous-glottique. Le cancer de la corde est diagnostiqué précocement, car d'emblée la dysphonie app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larynx-pathologie/#i_7647

LYMPHOMES

  • Écrit par 
  • Claude SULTAN
  • , Universalis
  •  • 1 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lymphomes malins non hodgkiniens »  : […] D'autres lymphomes malins, non hodgkiniens, sont le fait d'une prolifération monoclonale de l'une des composantes cellulaires du tissu lymphoïde. Dans plus de 90 p. 100 des cas, il s'agit d'une prolifération des lymphocytes B. Ces lymphomes sont observés dans une tranche d'âge légèrement supérieure à celle relevée dans le cas de la maladie de Hodgkin, sans prédominance de sexe. Les circonstances d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lymphomes/#i_7647

PESTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  • , Universalis
  •  • 3 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les signes de la peste humaine »  : […] Il faut opposer la peste bubonique – dite encore zootique –, survenant après piqûre d’une puce infectée, à la peste pulmonaire primitive, ou peste démique, succédant à une contamination interhumaine directe par voie respiratoire. –  La peste bubonique, après une incubation de un à dix jours et une brève période d’invasion, réalise d’emblée un syndrome toxi-infectieux extrêmement grave, avec appari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peste/#i_7647

SYPHILIS

  • Écrit par 
  • Michel POITEVIN, 
  • André SIBOULET
  •  • 5 094 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Période primaire »  : […] La période classique primaire est représentée par le chancre et son adénopathie satellite. Le chancre siège au point d'inoculation ; il est constitué en cinq à six jours. Ses caractéristiques typiques sont : une petite érosion (exulcération) unique, arrondie ou ovalaire, à contours régulièrement tracés, de quelques millimètres à 1 à 2 centimètres de diamètre, indolore, siégeant sur une base indur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syphilis/#i_7647

WHIPPLE MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Thomas LAVERGNE
  •  • 534 mots

Cette maladie, découverte en 1907 aux États-Unis, se caractérise par l'association de plusieurs symptômes : polyarthrite subaiguë récidivante ; syndrome de malabsorption, avec diarrhée entraînant l'altération de l'état général et amaigrissement ; polyadénopathies, accompagnées parfois de signes cutanés, respiratoires, cardiaques, et toujours d'un état fébrile. Touchant principalement l'homme (plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-whipple/#i_7647

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « ADÉNOPATHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adenopathie/