ACIERTechnologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aciers à outils

Désignation

La nouvelle normalisation prend en compte quatre groupes de nuances :

– les aciers à outils non alliés pour travail à froid ;

– les aciers à outils alliés pour travail à froid ;

– les aciers à outils pour travail à chaud ;

– les aciers à outils rapides.

Les aciers à outils pour travail à froid sont des aciers alliés ou non alliés destinés aux applications dans lesquelles la température de surface est généralement inférieure à 200 0C.

Les aciers à outils pour travail à chaud sont des aciers alliés ou non alliés destinés aux applications dans lesquelles la température est généralement supérieure à 200 0C.

Les aciers à outils rapides sont des aciers utilisés principalement pour l'usinage et le formage et qui, par leur composition chimique, possèdent la dureté et la résistance après trempe la plus élevée à haute température, jusqu'à 600 0C.

Aciers à outils non alliés

La règle de désignation est la suivante :

Avec la signification suivante :

C = Acier au carbone

nnn = 100 x teneur en carbone

U = précise qu'il s'agit d'un acier à outils

Par exemple, l'appellation C120U indique qu'il s'agit d'un acier contenant 1,20 p. 100 de carbone et destiné à l'outillage.

Aciers à outils alliés

a) Dont la teneur en chaque élément d'alliage est inférieure à 5 p. 100

Avec la signification suivante :

nnn = 100 x teneur en carbone

a,b,... = symboles chimiques indiquant les éléments d'alliage caractérisant l'acier.

m = nombre représentant la teneur moyenne (pourcentage), multipliée par les facteurs suivants :

Par exemple, l'appellation 55NiCrMoV8 indique qu'il s'agit d'un acier contenant 0,55 p. 100 de carbone, 2 p. 100 de Ni, ainsi que du chrome, du molybdène et du vanadium.

b) Dont la teneur en un des éléments d'alliage dépasse 5 p. 100

Avec la signification suivante :

X indique que l'un, au moins, des éléments d'alliage est en quantité supérieure à 5 p. 100

nnn = 100 x teneur en carbone

a,b,... = symboles chimiques des éléments d'alliages

m-m = nombres séparés par un trait d'union représentant la teneur moyenne (pourcentage) en éléments, arrondie à l'unité la plus proche.

Par exemple, l'appellation X100CrMoV5 indique qu'il s'agit d'un acier contenant 1 p. 100 de carbone, 5 p. 100 de chrome ainsi que du molybdène et du vanadium.

Aciers à outils rapides

Avec la signification suivante :

HS est le symbole des aciers rapides (high speed)

Chiffres :

– trois chiffres donnant les teneurs moyennes en W, Mo, V dans cet ordre pour les aciers sans cobalt ;

– quatre chiffres donnant les teneurs moyennes en W, Mo, V, Co dans le même ordre pour les aciers au cobalt ;

– le chrome et le carbone sont omis dans le cas où deux nuances se différencient uniquement par la teneur en carbone ; le symbole C placé en fin de « désignation abrégée » permet de distinguer la variante à teneur en carbone élevée.

Par exemple, l'appellation HS 18-0-1 indique qu'il s'agit d'un acier rapide contenant 18 p. 100 de tungstène, 0 p. 100 de molybdène, 1 p. 100 de vanadium et 4 p. 100 de chrome. L'appellation HS 6-5-2-5 indique qu'il s'agit d'un acier rapide contenant 6 p. 100 de tungstène, 5 p. 100 de molybdène, 2 p. 100 de vanadium, 5 p. 100 de cobalt et 4 p. 100 de chrome.

Aciers pour travail à froid

Aciers peu déformables

On atténue les déformations en augmentant la trempabilité de l'acier, ce qui permet de remplacer la trempe à l'eau par une trempe moins énergique, à l'huile ou même à l'air, diminuant ainsi les contraintes dues à un refroidissement trop rapide et les déformations qui en résultent. Cette augmentation de trempabilité est très souvent obtenue par l'addition de manganèse.

Aciers de bonne ductilité

La bonne ductilité est obtenue en diminuant la teneur en carbone et en ajoutant des éléments qui augmentent la capacité de trempe et la résistance au revenu.

Aciers résistant à l'abrasion

La résistance à l'abrasion est obtenue essentiellement par une addition de chrome ou de tungstène et, éventuellement, de molybdène et vanadium. On peut distinguer les aciers qui doivent être trempés à l'eau de ceux dont la capacité de trempe a été améliorée et qui peuvent être trempés à l'huile ou même à l'air.

L'acier 100Cr6 est un des plus utilisés, en particulier pour la fabrication des roulements à billes ou à aiguilles et de nombreux outils. Mais son élaboration exige de grandes précautions.

Aciers pour travail à chaud

Aciers de bonne ductilité

Ce sont des aciers moyennement alliés et de teneur en carbone de 0,3 à 0,5 p. 100. Ils contiennent du molybdène, du tungstène ou du vanadium qui donnent une b [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Découpe d’un tuyau en acier

Découpe d’un tuyau en acier
Crédits : 06photo/ Shutterstock

photographie

Teneur en carbone

Teneur en carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Austénite : transformation

Austénite : transformation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acier trempé : dureté et teneur en carbone

Acier trempé : dureté et teneur en carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ancien directeur de recherche à la Compagnie des ateliers et forges de la Loire
  • : ingénieur call centre à l'Office technique pour l'utilisation de l'acier (O.T.U.A.)
  • : ingénieur en chef à l'Institut de recherches de la sidérurgie française, adjoint au directeur de l'Institut de recherches de la sidérurgie française
  • : directrice générale de l'Office technique pour l'utilisation de l'acier (O.T.U.A.)

Classification

Autres références

«  ACIER  » est également traité dans :

ACIER - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 929 mots
  •  • 2 médias

La sidérurgie est l'activité industrielle de transformation du minerai de fer en métal. On désigne couramment sous ce terme l'art de fabriquer et de travailler le fer, la fonte et l'acier. La sidérurgie a connu un essor fulgurant à partir de la seconde moitié du xixe siècle et l'acier s'impose comme le métal roi de la révolution industrielle. Cette av […] Lire la suite

ACIER - Économie

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 10 109 mots

Jusqu'au début des années 1970, l'analyse économique de la sidérurgie a été menée principalement sous l'angle de la production. Cela s'expliquait à la fois par l'aspect stratégique de la production d'acier et par le fait que cette dernière allait toujours croissant et répondait à une demande en constante augmenta […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis COLOMBIER, Gérard FESSIER, Guy HENRY, Joëlle PONTET, « ACIER - Technologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/