Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

Interpréter le passé

Il est très difficile de reconstituer le passé à partir d'une histoire orale pleine d'interrogations et de contradictions, sans cesse confrontée aux descriptions accumulées par les Européens, pleines d'inexactitudes et de préjugés. En témoigne l'oubli persistant du rôle des femmes dans la culture aborigène, révélé par l'affaire de l'île Hindmarsh (située à l'embouchure de la rivière Murray, en Australie-du-Sud) qui a secoué l'opinion, les milieux anthropologique et politique. Un groupe de femmes Ngarrindjeri, originaires de cette île et de confession chrétienne, s'est opposé à la construction d'un pont qui allait détruire ce qu'elles considéraient comme un site sacré féminin. Un autre groupe de femmes, membres d'une Église opposée aux croyances traditionnelles et favorable au développement, a prétendu qu'aucun observateur extérieur (missionnaire, administrateur) n'avait relevé que les femmes de cette tribu aient jamais eu un savoir sacré. Plusieurs anthropologues, sur la base d'une histoire orale très documentée et des échanges constatés entres groupes de langues différentes où les femmes conservent des rites et des responsabilités de cet ordre, ont donné raison au premier groupe de femmes.

Archéologues et préhistoriens sont aussi confrontés à la relativité des interprétations. L'ancienne thèse selon laquelle il y aurait eu deux types archaïques de populations en Australie, l'un, dit gracile, rattaché à l'homme de Wadjak, et l'autre robuste, rattaché à l'homme de Ngandong, a pu ainsi être réinterprétée comme une simple opposition sexuelle (Mulvaney et Kamminga, 1999) ! On a longtemps dit que les Aborigènes n'avaient pas d'habitat construit. Or l'archéologie a permis de reconstituer un habitat de pierre, organisé en village le long de la rivière Murray (État d'Australie-du-Sud), détruit par les colons pour construire leurs propres maisons. Aucune archive écrite ne le mentionnait. Certains chroniqueurs de presse continuent à accuser les ancêtres des Aborigènes d'avoir désertifié le continent avec leurs feux de brousse. Or les parcs nationaux font appel aux Aborigènes pour qu'ils reprennent leurs techniques de nettoyage du sol par le feu, que les colons les avaient empêchés de pratiquer, avec de graves conséquences pour la reproduction de diverses espèces animales et végétales.

Aujourd'hui, des Aborigènes se forment à l'archéologie pour mieux reconstruire leur passé. Ils sont nombreux à travailler sur des chantiers de fouille et dans les musées. Ils ont aussi lancé le mouvement de restitution des ossements aborigènes dispersés pour raisons scientifiques dans le monde entier et tentent d'interdire la fouille de certains sites sacrés. Ils ont milité contre le Programme génome humain au nom de la propriété culturelle des gènes et autres restes humains. Cette cause pose de nombreux problèmes éthiques qui sont loin d'être résolus.

Les découvertes des années 1970 avaient repoussé l'ancienneté de l'occupation de l'Australie jusqu'à 40 000 ans ; aujourd'hui, on parle de 60 000 ans et plus. Les spécialistes s'accordent plus ou moins sur un peuplement en provenance d'Asie du Sud-Est à l'époque où le niveau de la mer était plus bas et permettait la traversée sur de petites embarcations. Aujourd'hui, ces sites hypothétiques de première occupation sont submergés, et les traces supposées les plus anciennes de l'arrivée des premiers habitants sont inaccessibles.

Beaucoup de groupes aborigènes installés sur la côte ont des récits de fondation racontant la venue d'ancêtres par la mer, comme le récit des Deux Sœurs en terre d'Arnhem ou celui des Wanji dans le Kimberley de l'Ouest. Pour les Lardil de Mornington Island,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur d'État ès lettres et sciences humaines, directrice de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sociétés aborigènes d'Australie

Sociétés aborigènes d'Australie

Colons et aborigènes

Colons et aborigènes

Ayers Rock

Ayers Rock

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média
    ...économie transnationale, le « monde de l’art », jusque-là exploré essentiellement par les sociologues (Becker), devient un sujet d’étude anthropologique. Sur la base d’une ethnographie de plusieurs décennies chez les Pintupi d’Australie, Fred Myers (2002) relate l’histoire – locale, régionale, nationale,...
  • AUSTRALIE

    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
    • 27 355 mots
    • 29 médias
    ...tiers du xxe siècle, l'Australie est cependant devenue plus multiculturelle. Elle a octroyé, par référendum en 1967, une plus grande place aux Aborigènes, en donnant au gouvernement fédéral l'autorisation de voter des lois pour les protéger, de les compter dans les recensements et de leur reconnaître...
  • ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

    • Écrit par Anick COUDART
    • 4 861 mots
    ...répartition des restes chez les Esquimaux Nunamiut. En revanche, après avoir examiné les lieux, la durée de séjour, la saison, la densité du gibier chez les Aborigènes australiens du Western Desert, Gould comprit que la technique de découpe des kangourous en neuf morceaux se référait au système de parenté...
  • FREEMAN CATHY (1973- )

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 297 mots

    Le 25 septembre 2000 à Sydney, l'athlète aborigène australienne Cathy Freeman, victorieuse du 400 mètres olympique, effectue son tour d'honneur avec le drapeau australien et le drapeau aborigène, sous les acclamations des 112 000 spectateurs : symbole fort et annoncé de la réconciliation de l'...

  • Afficher les 23 références

Voir aussi