KIAROSTAMI ABBAS (1940-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ten, Abbas Kiarostami

Ten, Abbas Kiarostami
Crédits : The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Abbas Kiarostami

Abbas Kiarostami
Crédits : J. B. Lacroix/ WireImage/ Getty

photographie


Découvert en France en 1988, Abbas Kiarostami est le plus important des représentants du nouveau cinéma iranien des années 1980. Des œuvres telles que Close-up, Le Goût de la cerise ou Le vent nous emportera font de lui une figure majeure du cinéma contemporain. On a pu, en effet, rapprocher sa quête de la réalité et son interrogation sur les pouvoirs de l'image de celles qui parcourent l'œuvre de Roberto Rossellini.

Ten, Abbas Kiarostami

Ten, Abbas Kiarostami

Photographie

Ten (2002) a été réalisé par le metteur en scène au moyen de deux petites caméras numériques. Comme dans Le Goût de la cerise, l'automobile constitue un monde en soi, où viennent se concentrer toutes les tensions de la société. Ici, Abbas Kiarostami avec l'actrice principale, Mania... 

Crédits : The Kobal Collection/ Aurimages

Afficher

Où est la réalité ?

Né à Téhéran le 22 juin 1940, très tôt passionné de peinture, Abbas Kiarostami fait des études artistiques tout en travaillant dans l'administration. Il commence comme cinéaste publicitaire et réalise, de 1960 à 1969, plus de cent cinquante messages publicitaires. Il participe alors étroitement aux travaux de l'Institut pour le développement intellectuel des enfants et jeunes adultes (le Kanum), pour lequel il réalise près de vingt films de court ou de long métrage fondés sur une observation – du comportement des enfants, principalement – qui les apparente au cinéma documentaire, mais qui débouche toujours sur la fiction. Contrairement à une idée trop vite répandue en Occident, Kiarostami n'utilise pas le documentaire pour déjouer la censure, pas plus qu'il ne détourne fondamentalement le projet pédagogique de sa fonction première : il la prolonge plutôt en en interrogeant le dispositif.

En fait, Kiarostami a découvert très tôt l'importance de la forme par rapport à l'anecdote : au générique de Nan va kucheh (Le Pain et la Rue, 1970), un jeune garçon frappe régulièrement du pied une boîte de conserve qui n'en quitte jamais pour autant le champ, ce qui suscite chez le spectateur un double sentiment de satisfaction et de frustration, qui reste à la base du cinéma de l'auteur. Khaneh-ye dust kojast ? (Où est la maison de mon ami ?, 1987) ne peut plus être lu, à la lumière des réalisations ultérieures du cinéaste, comme un film réaliste ou comme une simple métaphore de la pression du pouvoir : adapté d'un poème de Sohrab Sepehri, mystique et libertin (au sens littéral du terme), c'est un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  KIAROSTAMI ABBAS (1940-2016)  » est également traité dans :

LE GOÛT DE LA CERISE, film de Abbas Kiarostami

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 959 mots

Palme d'or à Cannes en 1997, Le Goût de lacerise (Tam-e ghilas) est le premier film à recevoir le prix Federico Fellini de l'U.N.E.S.C.O. C'est la consécration, pour un cinéaste présent dans les salles européennes depuis une dizaine d'années, mais qui filmait depuis 1970. Avec Où est la maison de mon ami ? (Khane-ye doust kojast ?, 1987), tourné da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-gout-de-la-cerise/#i_9181

TEN (A. Kiarostami)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 958 mots
  •  • 1 média

Réalisateur iranien tournant depuis 1970 (Le Pain et la rue), révélé aux cinéphiles français par la sortie en 1990 de Où est la maison de mon ami ?, Abbas Kiarostami obtient la palme d'or au Festival de Cannes 1998 avec Le Goût de la cerise, puis le grand prix du jury de la Mostra de Venise 1999 pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ten/#i_9181

IRAN - Cinéma

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « Les premiers signes d'un renouveau (1969-1977) »  : […] Dariush Mehrjui, avec La Vache (1969), bloqué deux ans par la censure, ouvre une première brèche. Son film associe le regard documentaire et la fable, passant du particulier (la réalité de la misère des paysans), au général, qui débouche sur une critique du régime. Behram Beyzaï, dans la lignée de Mehrjui, dénonce à son tour les injustices sociale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-cinema/#i_9181

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_9181

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des situations de parole multipliées »  : […] D'autres changements bien plus déterminants pour le cinéma sont ceux que le numérique a entraînés dans le quotidien et dans les situations évoquées par les scénarios. Il est évident, par exemple, que le téléphone mobile a eu un impact important sur les films se déroulant à l'époque moderne, a fortiori dans le futur. Au début des années 1990, le té […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_9181

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « KIAROSTAMI ABBAS - (1940-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbas-kiarostami/