KIAROSTAMI ABBAS (1940-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Itinéraires et rituels

Peu à peu, le cinéma de Kiarostami prend une forme abstraite, fascinante, apportant plus de questions que de propositions. Le dispositif l'intéresse plus que le projet initial. Dans Où est la maison de mon ami ? le spectateur pouvait suivre un trajet lisible au premier degré : l'enfant désireux de rapporter son cahier à son ami. Dans Ta'm e guilass (Le Goût de la cerise, 1997, palme d'or au festival de Cannes) et Bad mara khahad bord (Le vent nous emportera, 1999), les mobiles des personnages demeurent mystérieux, quand ce n'est pas l'identification de la situation qui demeure suspendue. Dans le premier, un homme, « monsieur Baadi », circule en 4×4 dans la banlieue de Téhéran, prend à son bord divers passagers à qui il propose de l'argent en échange d'un « service ». On comprendra qu’il cherche à se suicider, qu'il a déjà creusé sa tombe et qu'il demande une aide. On ne saura jamais pourquoi. La mort est encore au centre du second film, où divers personnages viennent dans un village attendre la mort d'une vieille femme dont on ne saura rien. On comprend progressivement qu'il s'agit d'un reportage sur un rite funéraire, mais le statut professionnel du héros reste volontairement flou : on l'appelle « l'ingénieur ». Les deux films sont composés de trajets interminables et répétitifs, tels des rituels, justement. On songe à la structure répétitive et fermée de certaines œuvres de Kafka, comme Le Procès, La Colonie pénitentiaire, ou Le Chasseur Gracchus. Cette fermeture est précisément le sujet des deux films, le premier ne s'ouvrant qu'en toute fin, lorsque le héros devient personnage de fiction, qu'il est explicitement montré comme acteur dans un film de Kiarostami. Le protagoniste de Le Vent nous emportera accomplit à de nombreuses reprises un itinéraire complexe vers une colline surplombant le cimetière pour capter sur son téléphone cellulaire des appels de Téhéran d'une totale insignifiance. L'essentiel réside dans ce que permet de découvrir cet itinéraire. Au milieu de Le vent nous emportera, l'ingénieur, forcé de rester en attendant la mort [...]

autre :

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Ten, Abbas Kiarostami

Ten, Abbas Kiarostami
Crédits : The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Abbas Kiarostami

Abbas Kiarostami
Crédits : Jean Baptiste Lacroix/ WireImage/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  KIAROSTAMI ABBAS (1940-2016)  » est également traité dans :

LE GOÛT DE LA CERISE, film de Abbas Kiarostami

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 959 mots

Palme d'or à Cannes en 1997, Le Goût de lacerise (Tam-e ghilas) est le premier film à recevoir le prix Federico Fellini de l'U.N.E.S.C.O. C'est la consécration, pour un cinéaste présent dans les salles européennes depuis une dizaine d'années, mais qui filmait depuis 1970. Avec Où est la maison de mon ami ? ( […] Lire la suite

TEN (A. Kiarostami)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 958 mots
  •  • 1 média

Réalisateur iranien tournant depuis 1970 (Le Pain et la rue), révélé aux cinéphiles français par la sortie en 1990 de Où est la maison de mon ami ?, Abbas Kiarostami obtient la palme d'or au Festival de Cannes 1998 avec Le Goût de la cerise, puis le grand prix du jury de la Mostra de Venise […] Lire la suite

IRAN - Cinéma

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « Les premiers signes d'un renouveau (1969-1977) »  : […] Dariush Mehrjui, avec La Vache (1969), bloqué deux ans par la censure, ouvre une première brèche. Son film associe le regard documentaire et la fable, passant du particulier (la réalité de la misère des paysans), au général, qui débouche sur une critique du régime. Behram Beyzaï, dans la lignée de Mehrjui, dénonce à son tour les injustices sociales dans Voyage (1972). Deux ans plus tard, Dariush […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 155 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des situations de parole multipliées »  : […] D'autres changements bien plus déterminants pour le cinéma sont ceux que le numérique a entraînés dans le quotidien et dans les situations évoquées par les scénarios. Il est évident, par exemple, que le téléphone mobile a eu un impact important sur les films se déroulant à l'époque moderne, a fortiori dans le futur. Au début des années 1990, le téléphone portable est encore, dans les films comme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « KIAROSTAMI ABBAS - (1940-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abbas-kiarostami/