BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

En sa courte vie, le comte de Mirandole et de Concordia compta plus d'ennemis que d'amis, mais sa pensée, à la fois conciliatrice et polémique, provocatrice et séductrice, répétitive et apparemment contradictoire, exerça une influence multiple sur des philosophes appartenant à des horizons fort éloignés les uns des autres.

On peut se contenter de voir en lui, à l'aube de la Renaissance « nordique » – puisque l'Italie avait déjà produit dans tous les domaines de l'art et de la pensée quelques-uns de ses chefs-d'œuvre –, l'un des pères spirituels de Lefèvre d'Étaples, de John Colet, de Thomas More, pour ne pas parler d'Érasme, qui lui saura un gré infini d'avoir tourné définitivement le dos à la theologia disputatrix héritée de la scolastique pour poser quelques jalons majeurs dans la voie royale de cette théologie philologique et nourricière de l'âme, où il devait lui-même passer maître.

1.  De l'exploratio à la disputatio, de la disputatio à la contemplatio

L'existence de Giovanni Pico della Mirandola peut être divisée en deux périodes nettement distinctes, et même opposées, comme le fit dans sa célèbre Vita son propre neveu, Gian Francesco. Le point de rebroussement de la courbe serait marqué par la fameuse « dispute » romaine : avant, une période d'erreurs et d'errances, de gloire « mondaine », d'aventures galantes, de recherches passionnées du plaisir et du savoir ; après une plongée dans la foi, un retour à l'esprit du Christ, une visée des joies de la patrie céleste, la gloire de Dieu et la « lumière » submergeant la gloire personnelle et les « ténèbres ». On pourrait parler, avec Giovanni Di Napoli, d'un Pic « explorateur », précédant et peut-être préparant cette contemplation finale.

Né au castello di Mirandola, dans la région de Modène, troisième fils de Gian Francesco Pico et de Giulia Boiardo, le jeune comte possédait dès son berceau les privilèges d'une illustre ascendance et d'un riche patrimoine ; sa prestance, heureusement associée à des dons intellectuels hor […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494) » est également traité dans :

FIGURATIF ART

Écrit par :  Jacques GUILLERME

Dans le chapitre "La mémoire d'un savoir"  : …  c'est rendre visible une structure ésotérique selon une contention qu'a bien illustrée l'humaniste *Pic de la Mirandole au xvie siècle : « [...] les anciens Pères eussent été incapables de représenter chaque chose sous la figure convenable, s'ils n'eussent eux-mêmes connu les relations pour ainsi dire secrètes qui existent dans… Lire la suite
HUMANISME

Écrit par :  André GODINJean-Claude MARGOLIN

Dans le chapitre "Humanisme, humanistes, l'homme et les « humanités »"  : …  pas une philosophie déterminée. Un titre, celui du discours De dignitate hominis de *Pic de la Mirandole (1486), et une phrase de ce discours préciseront un aspect essentiel de cet idéal humaniste, incarné dans des œuvres et dans une action sociale et spirituelle qui leur est associée : « J'ai lu, dans les livres des Arabes, qu'on ne… Lire la suite
KABBALE

Écrit par :  François SECRETGabrielle SED-RAJNA

Dans le chapitre "La kabbale chrétienne"  : …  un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de *Pic de La Mirandole, à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar, la… Lire la suite
MICROCOSME ET MACROCOSME

Écrit par :  Hélène VÉDRINE

Dans le chapitre "Le dynamisme de l'homme-microcosme"  : …  elle-même, définit son essence et sa qualité » (Théologie platonicienne, VIII, 16). *Pic de la Mirandole, dans son discours sur La Dignité de l'homme, portera encore plus loin ce volontarisme. Il inverse le vieux rapport entre le monde et l'homme. Ce n'est plus l'insertion dans la totalité des êtres naturels qui détermine la… Lire la suite
RENAISSANCE

Écrit par :  Eugenio BATTISTIJacques CHOMARATJean-Claude MARGOLINJean MEYER

Dans le chapitre "La prose latine en Italie (XVe s.)"  : …   ; M. Ficin (1433-1499) traduit Platon et les néo-platoniciens sous la protection des Médicis. *Pic de la Mirandole (1463-1494) était comte de la Concordia. Quant aux genres pratiqués, ils relèvent de l'art oratoire : discours d'apparat (leçons inaugurales), dialogues à la manière de Cicéron, quelquefois de Lucien (Alberti, IntercoenalesLire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média