BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NON-ÊTRE

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui appartient à l'esprit. Par réaction contre une conception de l'être pur (Parménide), Platon a découvert que l'être est pénétré de non-être : grâce à quoi peuvent s'expliquer l'altérité, le jeu des relations entre le même et l'autre, la démarche d'attribution qui permet d'affirmer qu'un sujet est ceci et n'est pas cela. Il y a ainsi une fonction logique du non-être, fondée sur une fonction ontologique (ou sur une négation intérieure à l'affirmation du réel). Les néo-platoniciens (Plotin, Proclus, Damascius) ont approfondi la notion de non-être. Ils l'ont appliquée au principe radical de la réalité. Ce principe est non-être, parce qu'il est indéterminé, indéterminable, tandis que l'être, premier dérivé du principe, est la totalité des déterminations. En exaltant la « puissance du négatif », Hegel admet à son tour une fonction du non-être ; mais il pense que toutes les différences se réintègrent et s'équilibrent dans le tout du savoir absolu, couronnement de la dialectique. En professant la distinction de l'être et de l'étant, Heidegger tend, malgré son vocabulaire, à irréaliser le premier pour mieux enfermer le second dans la finitude (entre l'être heideggérien et le non-être néo-platonicien, on décèle des affinités mais non avouées, non voulues). De son côté, sous le nom de néant, Sartre prend en thème la liberté et en fait une négation de l'être. Ces notations, qui concernent la seule pensée occidentale, ne peuvent faire oublier que la pensée orientale (upaniṣad, bouddhisme) met la priorité dans la méditation sur le non-être : elle encourage une visée du n'être pas qui, par renoncement lucide, serait salut et délivrance.

Henry DUMÉRY

Pour citer cet article

Henry DUMÉRY, « NON-ÊTRE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« NON-ÊTRE » est également traité dans :

ÊTRE, philosophie

Écrit par :  Giulio GIORELLO

Dans le chapitre "L'être dans la pensée grecque"  : …  se peut fort bien que notre âme soit dans le même état relativement à l'être » (243 b 5-243 c 5). *Dans le Sophiste (et dans le Parménide), Platon abandonne la conception parménidienne (« Car tu ne pourrais pas connaître le non-être – cela est impossible – ni ne pourrais l'exprimer » [fragment 4, 7-8]. « Il faut dire et penser… Lire la suite
LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

Écrit par :  Louis SALA-MOLINS

Dans le chapitre "La doctrine lullienne"  : …  n'ayant de statut qu'agissant, apparaît dans la philosophie lullienne comme discontinu ; et le *non-être, sous l'apparence du non-faire, y sera doué d'une « réalité » toute particulière. Au fond des explications que Lulle propose de l'agir souverain, de l'agir humain et de l'agir naturel, il y a toujours un combat entre l'être, qui entend… Lire la suite
NÉANT

Écrit par :  Jean LEFRANC

Dans le chapitre "Une certaine idée négative du néant"  : …  possibilité du faux dans le discours et dans les choses et montrer que, d'une certaine manière, le *non-être est et l'être n'est pas. Or la difficulté se résout par le recours à l'altérité : chaque chose diffère de tout ce qu'elle n'est pas, et elle est en quelque sorte entourée d'une quantité infinie de non-être. « Quand nous énonçons le non-être… Lire la suite
NON & NÉGATION, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

… *Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer : La réponse à une simple interrogation, qui met fin à son indétermination et à son ambivalence : « … Lire la suite
PARMÉNIDE (~VIe-Ve s.)

Écrit par :  Clémence RAMNOUX

Dans le chapitre "Les Routes"  : …  , ou Il est. Ou, encore, l'équivalent double négatif : Ce qui n'est pas ou *Non-être n'est pas. Il est défendu de mélanger un sujet positif avec un verbe négatif, ou l'inverse équivalent, un sujet négatif avec un verbe positif : Non-Être est, ou Être, n'est pas ; telle est la « route de nuit » à… Lire la suite
PLATON

Écrit par :  Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "L'être et le non-être"  : …  penser différemment la différence, ce que va faire Le Sophiste en posant la question de l'être et du *non-être. Parménide a rompu avec les anciennes cosmogonies qui prétendaient engendrer tout ce qui est à partir de principes comme l'eau, l'air ou le feu. Il n'a pu le faire qu'en appliquant un principe de non-contradiction fort : l'être,… Lire la suite
POÈME, Parménide

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "L'affirmation ontologique"  : …  qu'il n'est pas possible qu'il ne soit pas – est le chemin auquel se fier – car il suit la Vérité. *La seconde, à savoir qu'il n'est pas et que le non-être est nécessaire, cette voie, je te le dis, n'est qu'un sentier où ne se trouve absolument rien à quoi se fier. » Le non-être, ce qui n'est pas, ne peut être ni connu ni « énoncé en une parole ».… Lire la suite
WANG BI [WANG PI] (226-249)

Écrit par :  Kristofer SCHIPPER

… *Philosophe chinois, principal représentant de l'école des Mystères (Xuanxue), Wang Bi expose ses idées dans des commentaires des textes classiques, notamment du Daode jing et du Yi jing. Il se sert de ces ouvrages comme de prétexte à démontrer son propre système, procédé qui, par la suite, devint courant chez les philosophes… Lire la suite
XUANXUE [HIUAN-HIUE]

Écrit par :  Kristofer SCHIPPER

… *Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han (iie s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, ainsi qu'à répondre aux problèmes posés par l'… Lire la suite

Afficher la liste complète (9 références)

 

Dictionnaire

Définition du mot "NONETRE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média