BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NICKEL

Élément métallique de numéro atomique 28 (symbole Ni), le nickel est abondant dans les météorites et à l'intérieur du globe terrestre (manteau et noyau), où il se classerait au cinquième rang par ordre d'abondance. Il arrive au vingt-troisième ou au vingt-quatrième rang dans la croûte terrestre. Malgré cette relative abondance, les minerais de nickel (sulfures, oxydes et silicates) exploitables dans des conditions économiques convenables sont localisés dans quelques régions seulement.

Déjà utilisé sous forme d'alliage trois millénaires avant J.-C., le nickel ne fut isolé qu'en 1751 par le chimiste suédois Axel Fredrik Cronstedt, et ce n'est qu'au xixe siècle que l'on commença à l'extraire industriellement, d'abord en Norvège, puis en Nouvelle-Calédonie à la suite de la découverte par le Français Jules Garnier des importants gisements de garniérite. À la fin du siècle, la découverte des gisements de la région de Sudbury, au Canada, permit à ce pays de devenir, et de rester, le premier producteur occidental de nickel. Le premier producteur actuel est la Russie (environ 20 p. 100 du total mondial), devant l'Australie et le Canada.

Ce n'est que vers 1890 que l'on commença à introduire le nickel comme élément d'alliage dans l'acier et la fonte pour en améliorer les caractéristiques mécaniques. Au début du xxe siècle, les chercheurs de plusieurs pays découvrirent simultanément les aciers inoxydables et les aciers réfractaires ; leur production a pris depuis lors une extension considérable.

L'utilisation du nickel a permis la réalisation de techniques de pointe et de performances élevées dans des domaines aussi divers que les industries aérospatiale, nucléaire, chimique et pétroléochimique. Les grands pays industriels et les compagnies privées ont recherché activement les gisements et les techniques d'extraction leur permettant d'accroître la production de ce métal d'un intérêt économique et technique incontestable.

1.   Métallurgie

Jacques GRILLIAT
Jacques SALBAING

  Les gisements de nickel

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

Jacques GRILLIAT, Jacques SALBAING, Michel RABINOVITCH, Bernard PIRE, « NICKEL  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« NICKEL » est également traité dans :

ACIER - Technologie

Écrit par :  Louis COLOMBIERGérard FESSIERGuy HENRYJoëlle PONTET

Dans le chapitre "Aciers réfractaires"  : …  Dans bien des cas, seule importe la résistance aux altérations chimiques par l'air, les gaz de combustion ou des atmosphères diverses. On dispose alors d'une gamme d'aciers contenant du chrome (de 18 à 30 p. 100) procurant la résistance à l'oxydation, et très souvent du nickel, dont la teneur peut atteindre 80 p. 100. Nous citerons les aciers… Lire la suite
AIMANTS

Écrit par :  Roger FONTAINE

Dans le chapitre "Les alliages à durcissement par diffusion"  : …  La découverte en 1931 par Mishima d'un alliage de fer, de nickel et d'aluminium (30 p. 100 Ni, 12 p. 100 Al, 58 p. 100 Fe) présentant des propriétés d'aimant permanent intéressantes (Br = 0,95 T, Hc = 34 220 A ( m-1Lire la suite
ALLIAGES

Écrit par :  Jean-Claude GACHON

Dans le chapitre " Superalliages"  : …  que le préfixe super ne semble pas du tout usurpé. Deux familles de superalliages sont employées : les « base nickel » et les « base cobalt » (le terme « base » précise le métal qui est le plus abondant). En partant du nickel pur, métal qui s'oxyde et qui flue dès 600 0C à 700 0C, l'addition de 20 p. 100 en poids de chrome… Lire la suite
CADMIUM

Écrit par :  Alexandre TRICOT

Dans le chapitre "Accumulateurs alcalins cadmium-nickel"  : …  Des hydroxydes de cadmium et de nickel mis en tubes ou en plaques et baignés dans un électrolyte, forment un élément susceptible d'être chargé électriquement puis déchargé. L'électrolyte est une solution aqueuse de potasse, d'où son nom d'alcalin… Lire la suite
CARBONE

Écrit par :  Jean AMIELHenry BRUSSET

Dans le chapitre "Préparations"  : …  Dans le cas du nickel tétracarbonyle, la réaction est favorisée par la pression, mais il peut être intéressant d'opérer à 60 0C à la pression atmosphérique parce que, dans ces conditions, le cobalt ne réagit pas, d'où une bonne séparation de ces deux métaux… Lire la suite
CONSTANTAN

Écrit par :  Stanislas de CHAWLOWSKI

Alliage de cuivre et de nickel caractérisé par une résistance électrique pratiquement indépendante de la température, et convenant donc à la construction de résistances électriques. Le cuivre et le nickel étant deux métaux parfaitement isomorphes, ils sont donc miscibles à l'état liquide en toutes… Lire la suite
CORROSION

Écrit par :  Gérard BERANGERJean TALBOT

Dans le chapitre "Moyens de lutte contre la corrosion"  : …  caractéristiques mécaniques des trois grands métaux de base que sont le fer, l'aluminium et le cuivre, ainsi que leur résistance à la corrosion dans certains milieux. Dans le cas du fer, par exemple, l'addition de chrome, de nickel, de molybdène est utilisée pour la préparation de différentes classes d'aciers inoxydables… Lire la suite
CUBA

Écrit par :  UniversalisJanette HABELOruno D. LARAJean Marie THÉODATVictoire ZALACAIN

Dans le chapitre "La période spéciale"  : …  un surcoût qui limite à quelques privilégiés l'accès à ce marché parallèle. Pour faire face aux nouveaux défis, la relance de l'exploitation du nickel, dont le pays est le cinquième producteur mondial (77 000 tonnes en 2006) est un élément clé. Les cours mondiaux sont au plus haut, mais les installations sont vétustes, et il faudrait ouvrir le… Lire la suite
CUIVRE

Écrit par :  null C.I.C.L.A.Jean-Louis VIGNES

Dans le chapitre "Autres alliages"  : …  Outre la même excellente résistance à la corrosion, les cupronickels ont de bonnes propriétés mécaniques. Le nickel et le cuivre étant complètement miscibles à l'état solide, la composition de ces alliages n'est pas fixe. L'alliage renfermant 20 p. 100 de nickel est l'un des alliages commerciaux les plus ductiles. L'addition de certains éléments (… Lire la suite
GARNIÉRITE

Écrit par :  Guy TAMAIN

Phyllosilicate du groupe de l'halloysite découvert par l'ingénieur français Garnier dans les minerais nickélifères de Nouméa, en Nouvelle-CalédonieLire la suite
GÉOCHIMIE

Écrit par :  Marie-Laure PONS

Dans le chapitre "Le noyau"  : …  Le noyau terrestre externe, liquide, est composé principalement d'un alliage de fer (de 80 à 85 p. 100 environ) et de nickel (de 5 à 10 p. 100 environ) incorporant une part d'éléments chimiques dits « légers » de nature non encore déterminée faute d'échantillonnage direct. Les candidats sont notamment la silice, le soufre et l'Lire la suite
MAGNÉTOCHIMIE

Écrit par :  Jean HOARAU

Dans le chapitre "Complexes de coordination"  : …  Soit l'exemple des complexes tétracoordinés du nickel : les ions complexes [Ni(NH3)4]2+ et [Ni(CN)4]2- peuvent être considérés tous les deux comme formés d'un ion nickel central Ni2+ sur… Lire la suite
MÉTÉORITES

Écrit par :  Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVYPaul PELLAS

Dans le chapitre "Les fers"  : …  Les hexaédrites contiennent de 4 à 6 p. 100 de nickel. Elles sont donc formées essentiellement de kamacite αFeNi, qui cristallise en cubes (= hexaèdres… Lire la suite
MILLÉRITE

Écrit par :  Yves GAUTIER

Sulfure de nickel, la millérite, appelée parfois « cheveux d'or » ou « pyrite capillaire », se présente en pelotes d'aiguilles souples fibroradiées qui arborent parfois des irisations multicolores. Les fins cristaux aciculaires, de couleur jaune laiton à vert jaune, peuvent atteindre plusieurs centimètres de longueur (jusqu'… Lire la suite
MUMÉTAL

Écrit par :  Bertrand DREYFUS

Alliage composé de 78,5 p. 100 de nickel et de 21,5 p. 100 de fer, possédant de remarquables propriétés magnétiques, notamment une perméabilité magnétique bien supérieure à celle du fer pur. Cette propriété est mise à profit dans la fabrication de certains électro-aimants qu'on désire utiliser dans… Lire la suite
NICKEL CARBONYLE

Écrit par :  Dina SURDIN

Formule brute : Ni(CO)4… Lire la suite
NICKEL DE RANEY

Écrit par :  Dina SURDIN

Catalyseur très actif, le plus couramment utilisé dans les réactions d'hydrogénation, notamment en chimie organiqueLire la suite
NICKEL DE SABATIER-SENDERENS

Écrit par :  Dina SURDIN

Catalyseur le plus anciennement utilisé depuis Sabatier et Senderens dans de nombreuses réactions, en particulier dans les réactions d'hydrogénation. On l'obtient en réduisant l'oxyde ou l'hydroxyde de nickel pur par l'action de l'hydrogène à basse température (300-350 0C). Le métal ainsi obtenu est… Lire la suite
NOUVELLE-CALÉDONIE

Écrit par :  Jean-Pierre DOUMENGE

Dans le chapitre " Un contexte politique original mais délicat"  : …  La fortune tirée de l'industrie du nickel joue un rôle essentiel dans cette discrimination : principal objet de prestige des caldoches depuis plus d'un siècle, le nickel est devenu, depuis les années 1980, objet de convoitise des Kanak (les représentants du F.L.N.K.S. n'ont signé les accords de Nouméa que lorsqu'ils ont obtenu de l'État l'accès à… Lire la suite
OCÉANIE - Géologie

Écrit par :  Michel RABINOVITCH

Dans le chapitre "La Nouvelle-Calédonie"  : …  inférieur et moyen, dont la lacune est due à une phase orogénique majeure postjurassique et antésénonienne ; des affleurements d'ultrabasites parmi les plus vastes du monde, dont l'altération en latérite, développée dès le Miocène, a donné des gisements de nickel d'une grande importance économique (8,5 p. 100 de la production mondiale en 1986… Lire la suite
OCÉANIE - Géographie humaine

Écrit par :  Christian HUETZ DE LEMPS

Dans le chapitre " La faiblesse des mines et de l'industrie"  : …  chrome, de manganèse et de fer, en revanche le nickel (5e producteur mondial, 4e pour les réserves) fournit 95 p. 100 des exportations du territoire. Il est soit exporté sous forme de minerais, soit traité dans l'usine de Doniambo à Nouméa par le groupe français Eramet (S.L.N.). Compte tenu… Lire la suite
OLIGOÉLÉMENTS

Écrit par :  Jean LAVOLLAY

Dans le chapitre "Notion d'oligoélément"  : …  et métaux étaient trouvés d'une manière constante en petites proportions : fluor, brome, iode, bore, arsenic, silicium, fer, zinc, cuivre, nickel, cobalt, manganèse, aluminium, plomb, étain, molybdène, vanadium et titaneLire la suite
PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

Écrit par :  Jean-Eudes AUGUSTINMichel PATYBernard PIRE

Dans le chapitre "L'électron quantique"  : …  physiciens américains Clinton Davisson et Lester Germer détectent la diffraction des électrons par un cristal de nickel. Cette découverte fut quelque peu accidentelle : à la suite d'une fausse manœuvre, ils avaient pollué un échantillon de nickel sur lequel ils étudiaient sous vide la diffusion des électrons. Ils décidèrent donc de le chauffer… Lire la suite
POLLUTION

Écrit par :  François RAMADE

Dans le chapitre "Rejets de matières solides d'origine industrielle"  : …  divers effluents inorganiques toxiques. Ainsi, en Nouvelle-Calédonie, l'exploitation du nickel a déjà conduit à la dégradation de la grande barrière corallienne calédonienne par des apports telluriques de métaux toxiques à l'état dissous ou particulaire. Un vif débat s'est élevé au cours de ces dernières années, autour de la mise en exploitation (… Lire la suite
SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

Écrit par :  Roland PIERROTGuy ROGER

Dans le chapitre "Pentlandite"  : …  9S8 est cubique (F m3m) ; elle ne présente pas de cristaux nets et, même « massive », elle est toujours intimement associée à la pyrrhotite, dont elle a, à l'exception du magnétisme, pratiquement les mêmes caractères. C'est le plus important minerai de nickel… Lire la suite

Afficher la liste complète (25 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.