BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

LÉPIDOPTÈRES

Les papillons sont souvent considérés comme les plus beaux des animaux, et les collectionneurs les recherchent pour leurs couleurs, qui peuvent être éclatantes et sont dues aux minuscules écailles couvrant les ailes de ces Insectes. Linné a jugé cette particularité si caractéristique qu'il en a tiré le nom de l'ordre des Lépidoptères (du grec λεπ́ις, écaille). En dehors de leur rôle éventuel dans l'absorption du rayonnement solaire, créant dans les ailes des différences de température propres à activer la circulation de l'hémolymphe, les écailles dessinent des figures signalétiques ou des dessins de camouflage qui sont parmi les plus perfectionnés qu'on connaisse dans le règne animal. Cependant les zoologistes ne peuvent se borner à définir les papillons comme des Insectes ayant quatre ailes couvertes d'écailles, car celles-ci, qui sont des soies tégumentaires modifiées, se rencontrent de façon générale chez les Arthropodes. Deux autres caractères fondamentaux définissent encore les Lépidoptères : les métamorphoses et la trompe.

On sait que le développement des papillons passe par trois phases : les larves (chenilles) deviennent des nymphes (chrysalides) desquelles naissent les papillons adultes ; c'est un développement dit holométabole.

Quant à la trompe, qui n'existe qu'au stade adulte, c'est un organe suceur, tubulaire, apparemment simple, mais d'un extraordinaire raffinement dans sa structure détaillée. Dans la plupart des cas, les papillons l'utilisent pour la récolte du nectar des fleurs. Il est vraisemblable par conséquent que l'ordre des Lépidoptères groupe des Insectes dont l'évolution a accompagné celle des Phanérogames, au cours de l'ère tertiaire. En raison de leur haute spécialisation nutritionnelle, les adultes sont inoffensifs, voire même utiles à la pollinisation, mais il n'en est pas de même des larves, redoutables ennemies des cultures et des denrées entreposées ; seul le ver à soie (chenille du Bombyx mori) se range parmi les Insectes utiles.

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

Robert GAUMONT, « LÉPIDOPTÈRES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepidopteres/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« LÉPIDOPTÈRES » est également traité dans :

MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717)

Écrit par :  Denis LAMY

Dans le chapitre "Son voyage scientifique et son apport majeur à l’entomologie"  : …  du Jardin botanique d’Amsterdam. Comme dans son livre concernant les chenilles, chaque planche de lépidoptères est organisée autour d’une seule plante hôte avec la représentation de la chenille, de la nymphe, du papillon en vol pour observer le dessus de l’animal, et du papillon au repos pour voir le dessous… Lire la suite
PHÉROMONES

Écrit par :  Charles DESCOINS

Dans le chapitre "Les phéromones sexuelles d'insectes"  : …  Chez les lépidoptères, de mœurs crépusculaires ou nocturnes, la phéromone sexuelle est produite par la femelle vierge à un moment précis du nycthémère : c'est le comportement d'appel. Cette période d'émission correspond à celle où les mâles sont les plus réceptifs à la perception de ce message chimique, grâce à des récepteurs… Lire la suite
POLYMORPHISME, biologie

Écrit par :  Maxime LAMOTTEPhilippe L'HÉRITIERÉtienne PATINLluis QUINTANA-MURCI

Dans le chapitre "Mise en évidence"  : …  Quelques exemples de ce type de phénomène ont pu être observés : l'un des plus célèbres concerne ce que l'on a appelé le mélanisme industriel des lépidoptères. Il s'agit d'une transformation qui a atteint au cours du xixe siècle, dans les régions industrielles, les populations de certaines espèces de papillons, notamment la phalène du… Lire la suite
SPÉLÉOLOGIE

Écrit par :  Philippe RENAULTRaymond TERCAFSGeorges THINÈS

Dans le chapitre "Les trogloxènes"  : …  mais systématique ». Étudiant la biologie de Triphosa haesitata, Lépidoptère cavernicole de l'Amérique du Nord, R. E. Graham (1968) a pu démontrer que cette espèce ne fréquentait que la zone d'entrée des grottes, car sa pénétration est réglée par un optimum d'éclairement qui lui interdit de pousser ses explorations dans la zone profonde obscure… Lire la suite

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.