BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GOFFMAN ERVING (1922-1982)

Erving Goffman est un sociologue américain d'origine canadienne. Ses parents étaient des commerçants juifs émigrés de Russie. Il étudie d'abord la chimie à l'université du Manitoba, avant de s'inscrire en sociologie à l'université de Toronto, où il obtient son baccalaureate of arts (B.A.) en 1945. Entre-temps, il avait été engagé par le Canadian Film Board (1943-1944), pour participer à la réalisation de films de propagande militaire.

1.  Un sociologue dans l'institution universitaire

À la rentrée de 1945, il s'inscrit en Ph.D. au département de sociologie de l'université de Chicago, sous la direction de William Lloyd Warner. Dans sa thèse, qu'il soutient en 1953, réalisée aux îles Shetland et intitulée Communication Conduct in an Island Community, au lieu d'étudier la stratification sociale et les marques de statut attaché à chaque strate (comme les Community Studies de son directeur de thèse), il décrit des interactions conversationnelles, interactions de face-à-face entre les membres de l'île de Unst (appelée Dixon dans la thèse), observées directement au cours de parties de cartes ou de billard, de soirées dansantes et autres activités proposées par le principal hôtel de l'île. Goffman construit ainsi une théorie de l'interaction à la fois originale, multidisciplinaire, analytique et enracinée dans l'observation directe. Celle-ci aura une influence considérable.

En 1955-1956, il bénéficie d'un contrat de recherche et va vivre parmi les malades mentaux de l'hôpital Sainte Elizabeth de Washington. Il en tirera un ouvrage, Asylums, paru en 1961, devenu un classique de la sociologie des institutions totalitaires (total institutions), comme il appelle ces organisations prenant en charge toute l'existence de leurs membres et suscitant de leur part des « adaptations secondaires ». Il écrit six ouvrages qui développent et discutent sa théorie de l'interaction : The Présentation of Self in Everyday Life (1959), Encounters (1961), Behavior in Public Places (1963), Interaction Ritual (1967), S […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Claude DUBAR, « GOFFMAN ERVING - (1922-1982)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erving-goffman/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GOFFMAN ERVING (1922-1982) » est également traité dans :

CARRIÈRE, sociologie

Écrit par :  Mathilde SEMPÉ

Dans le chapitre "Carrière « morale »"  : …  Le *sociologue américain Erving Goffman (1922-1982) défait le sens initial de « carrière », attaché selon lui à décrire les modalités de réussite ou d’échec relatifs à « l’entreprise de celui qui entend profiter des possibilités de promotion qu’offre toute profession respectable ». Détournée, la notion de carrière permet d’ identifier « les cycles… Lire la suite
COMMUNICATION

Écrit par :  Yves WINKIN

Dans le chapitre "La poignée de main"  : …  « ratification réciproque », selon la formule d'un autre membre du collège invisible, le sociologue* Erving Goffman. Serrer la main le matin, ce n'est pas seulement saluer un collègue, c'est encore confirmer son appartenance à un certain groupe social en employant son « idiome cérémoniel ». On est bien dans la « performance de la culture », pour… Lire la suite
ETHNOMÉTHODOLOGIE

Écrit par :  Louis QUÉRÉ

Dans le chapitre "L'analyse de conversation"  : …  sont de peu de secours, que ce soit l'entretien, le sondage ou l'observation ethnographique. *Ce naturalisme doit beaucoup à Goffman. Mais Goffman ne peut pas être considéré comme un ethnométhodologue. Goffman et Garfinkel ont été proches l'un de l'autre, et certaines convergences sont évidentes dans leurs recherches. Mais leurs projets… Lire la suite
IDENTITÉ

Écrit par :  Annie COLLOVALDFernando GILNicole SINDZINGREPierre TAP

Dans le chapitre "Une production collective"  : …  en lumière les jeux sociaux qui structurent et désaccordent parfois les constructions identitaires. *Dans Stigmate, publié en 1963, Goffman montre ainsi le travail de qualification opéré dans les interactions quotidiennes qui transforme n'importe quelle propriété sociale (être blanc, être petit, avoir les cheveux longs) en attribut… Lire la suite
LIEN SOCIAL

Écrit par :  Claude JAVEAU

… social, même le plus élémentaire (entre la mère et son enfant, par exemple), prend son appui sur une* situation au sens que lui donne Erving Goffman (ici la coprésence de l'enfant et de sa mère), c'est-à-dire d'environnement spatio-temporel au sein duquel les acteurs sociaux sont à portée perceptive les uns des autres, et un contexte institutionnel… Lire la suite
SOCIOLOGIE - Les grands courants

Écrit par :  Claude DUBAR

Dans le chapitre "L'interactionnisme symbolique"  : …  faites d'interactions entre plusieurs personnes dont les interprétations sont, selon l'expression* d'Erving Goffman (1922-1982), « des relations syntaxiques qui unissent les actions des diverses personnes mutuellement en présence » (1974). Ainsi, le « social » n'est abordé ni à partir de structures (niveau macrosociologique), ni à partir des… Lire la suite
TYPOLOGIE, sociologie

Écrit par :  Jean-Claude COMBESSIE

… elle aide alors à construire. Observant la condition des malades mentaux en hôpital psychiatrique,* Erving Goffman articule le projet réformateur (guérir) et la surveillance généralisée de l'institution à son système de contraintes auxquelles les « internés » répondent par des stratégies d'adaptation et de résistance qui sont tenues pour autant de… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média