BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DIPHTÉRIE

Maladie infectieuse et contagieuse propre à l'homme, la diphtérie est due au bacille de Klebs-Lœffler (Corynebacterium diphteriae) dont l'action est double : lésions locales, congestives, hémorragiques et nécrotiques au point de pénétration dans l'organisme (la gorge habituellement) avec formation d'un réticulum de fibrine constituant la « fausse membrane » et production de toxine. La gravité de la maladie ne réside pas dans la lésion locale, sauf lorsque la fausse membrane siège sur le larynx (croup), mais dans la diffusion par voie sanguine de la toxine, ce qui détermine des lésions nerveuses, rénales, surrénales, etc., pouvant entraîner la mort. Il s'agit donc d'une toxi-infection qui frappe avant tout les enfants, spécialement entre un et quatre ans ; la vaccination en a considérablement réduit la fréquence.

1.  Historique

Décrite par Arétée de Cappadoce et Galien, la diphtérie (pour laquelle Asclépiade de Bithynie aurait pratiqué la trachéotomie dès le ier s. av. J.-C.) fut étudiée en France à la Renaissance par Pierre Forest et par Baillou. Bretonneau, au début du xixe siècle (vers 1820), distingue la diphtérie des autres angines « couenneuses » ; puis Trousseau décrit les paralysies diphtériques et la forme maligne de la maladie. Le bacille responsable, observé par Klebs en 1883, est isolé, cultivé et étudié par Lœffler l'année suivante. En 1888, Roux et Yersin montrent que l'infection du seul filtrat de culture entraîne la paralysie. En 1894, Roux et ses collaborateurs mettent au point la sérothérapie et, en 1924, Ramon rend possible la vaccination par l'anatoxine diphtérique.

2.  Manifestations cliniques

On distingue deux types de manifestations cliniques : les unes, locales, sont dues au germe lui-même ; les autres, viscérales, à sa toxine.

  Manifestations locales

Si le bacille diphtérique peut végé […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DIPHTÉRIE » est également traité dans :

ANGINE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *On désigne par le terme angine toute affection infectieuse de la muqueuse de l'oropharynx. Le tableau habituel de l'angine aiguë associe la fièvre, un malaise général, des douleurs à la déglutition. L'examen de l'arrière-gorge montre l'aspect inflammatoire de la muqueuse (angine rouge), qui est quelquefois parsemée de formations blanchâtres… Lire la suite
BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

Écrit par :  Pierrette KOURILSKY

…  sur l'immunité. Une dizaine d'années après les travaux d'Émile Roux de l'Institut Pasteur sur la *toxine diphtérique, von Behring et S. Kitasato démontrent que le sang contient des substances, les antitoxines, qui inactivent spécifiquement certaines toxines. Peu après, von Behring met au point le sérum antidiphtérique qui fut commercialisé en… Lire la suite
BRETONNEAU PIERRE FIDÈLE (1778-1862)

Écrit par :  Jacqueline BROSSOLLET

… *Médecin français né dans une famille comptant de nombreux médecins. La Révolution ne facilite pas les études que Bretonneau poursuit sans aborder ni le grec ni le latin. Il entre à l'École de santé de Paris, où il a pour condisciples Dupuytren, Bayle, Récamier, Esquirol. Il se passionne pour la botanique et pour la physique, installe chez lui un… Lire la suite
LARYNX, pathologie

Écrit par :  Marcel AUBRYBernard MEYER

Dans le chapitre "Les laryngites"  : …  banales, elles peuvent être dues aux virus (grippe) ou aux microbes, comme la classique laryngite *diphtérique (croup). Elles se manifestent par un enrouement et une douleur à la déglutition. L'image laryngoscopique montre un larynx rouge dans son ensemble, spécialement au niveau des cordes vocales qui peuvent être plus ou moins infiltrées. Le… Lire la suite
RAMON GASTON (1886-1963)

Écrit par :  Albert DELAUNAY

…  Ramon mit au point plusieurs anatoxines dont les deux plus célèbres demeurent les anatoxines *diphtérique et tétanique. Grâce à un emploi très étendu de la première, on a pu assister à la quasi-disparition d'une maladie qui, encore au xxe siècle, était responsable de beaucoup de morts. L'emploi de l'anatoxine tétanique n'a… Lire la suite
ROUX ÉMILE (1853-1933)

Écrit par :  Pierre NICOLLE

… collaboration avec Yersin, il annonce qu'il a découvert une substance toxique dans les filtrats des *cultures du bacille de Klebs et Loeffler : la toxine diphtérique. C'est une découverte capitale. Dès ce moment, il pense à l'utilisation thérapeutique de ces toxines qui immunisent les animaux, et il souligne leur analogie avec les enzymes. En outre… Lire la suite
TOXINES

Écrit par :  Joseph ALOUFMichel BARBIER

Dans le chapitre "Protéines monocaténaires"  : …  Toxine *diphtérique (TD). Cette toxine (58 342 Da) constituée de 535 résidus et comprenant deux ponts disulfure appartient au groupe des toxines ADP-ribosylantes. Elle est le prototype des toxines de type A-B comprenant un domaine moléculaire A constituant le site actif et un domaine B impliqué dans la fixation de la molécule sur son… Lire la suite
YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

Écrit par :  Jacqueline BROSSOLLET

…  la rue d'Ulm, puis dans le nouvel Institut Pasteur inauguré en 1888. Effrayé par les ravages de la *diphtérie dans le service de Grancher aux Enfants-Malades, il parvient à convaincre Roux, qui étudiait alors le bacille de Koch, de s'attaquer au redoutable « croup » ; ils mettent ainsi en évidence la toxine diphtérique, à partir de laquelle Roux et… Lire la suite

Afficher la liste complète (8 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "DIPHTERIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média