BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ANTHROPOMORPHISME

2.  Extension de la forme humaine à des domaines non humains

En son sens usuel, l'anthropomorphisme signifie l'utilisation d'attributs humains pour représenter ou expliquer ce qui est autre que l'homme. Il est clair que le procédé n'aura pas même signification ni même valeur suivant les diverses natures possibles de cet « autre chose que l'homme ».

Mais point n'est besoin de quitter l'humanité pour voir se déployer le jeu de la pensée anthropomorphique ; il semble, en effet, que certaines représentations que l'homme se donne de lui-même, par exemple de sa genèse et de son développement, ou encore certaines doctrines sociales ou politiques s'articulent selon un schéma anthropomorphique particulier. Il arrive que la projection anthropomorphique relaye le schème préformatif de la genèse de l'homme. C'est un homoncule qui est figuré au cœur de la goutte séminale, dans un grossissement fictif. On ne saurait nier que le même phénomène entre dans les représentations de l'enfance, picturales avant Raphaël, pédagogiques avant Rousseau ; ni que la précellence de la forme humaine ne s'étende aussi à toutes les représentations d'êtres supérieurs : « Nous ne pouvons concevoir, dit Kant, de caractère plus noble et supérieur aux humains que selon la forme humaine » (Sur Swendenborg). Non seulement toute autre forme nous paraît caricaturale, mais il est remarquable que, si la figuration adéquate du spirituel emprunte la physionomie humaine, c'est en effet la forme humaine qui réconcilie et manifeste dans leur unité le sens et le sensible. « Entre les animaux et l'homme, il y a cette différence essentielle, note Hegel, que la forme humaine paraît être non seulement le siège, mais la seule manifestation naturelle de l'esprit. »

Il est d'autres cas encore où la pensée agrée systématiquement la métaphore anthropomorphique : les conceptions organicistes du social, de Machiavel à Spencer, les correspondances axiologiques de l'âme à la cité (Platon, La République), les relations entre États appréhendés sur le mode des relations humaines indiv[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  11 pages…

 

Pour citer cet article

ARMENGAUD, « ANTHROPOMORPHISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropomorphisme/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ANTHROPOMORPHISME » est également traité dans :

ALLÉGORIE
Dans le chapitre "Origines et procédés"
BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha
Dans le chapitre "Les traits du Buddha"
ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion
Dans le chapitre "Un monothéisme de fond"
ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)
Dans le chapitre "Le panthéon égyptien"
GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque
GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image
Dans le chapitre "Vocabulaire"
HIÉROGAMIE
INDE (Arts et culture) - L'art
Dans le chapitre "Le culte de l'image"
MANDRAGORE
MYTHOLOGIES - Premiers panthéons
Dans le chapitre "L'anthropogonie et la mort"
SOCIOBIOLOGIE
Dans le chapitre "Le coup d’éclat d’Edward O. Wilson"
STATUE D'AUGUSTE DITE DE PRIMA PORTA

Afficher la liste complète (12 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.