Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉCEPTEURS NUCLÉAIRES, biochimie

Articles

  • ANTIHORMONES

    • Écrit par Dominique BIDET, Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET
    • 772 mots

    La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte....

  • COMMUNICATION CELLULAIRE

    • Écrit par Yves COMBARNOUS
    • 6 596 mots
    • 7 médias
    ...de récepteurs : les récepteurs membranaires à la surface externe des cellules en contact avec le système circulatoire (sang, hémolymphe, sève) ; les récepteurs nucléaires agissant au niveau des chromosomes. Les premiers sont des protéines transmembranaires avec un site de liaison à l’hormone du côté...
  • ENDOCRINIEN SYSTÈME

    • Écrit par René LAFONT
    • 5 266 mots
    • 7 médias
    Lesrécepteurs nucléaires constituent une superfamille de protéines qui sont des facteurs de transcription régulés par la fixation de ligands (stéroïdes, hormones thyroïdiennes, acide rétinoïque, calcitriol) ; la phylogénie de ces récepteurs est bien connue et permet de les regrouper en sous-familles....
  • FIBRATES

    • Écrit par Patrick DURIEZ, Jean-Charles FRUCHART
    • 462 mots

    Le prix Galien 1999 a récompensé les recherches sur les fibrates, conduites à l'Institut Pasteur de Lille, département d'athérosclérose (I.N.S.E.R.M. U325), par J.-C. Fruchart et ses collaborateurs.

    Les fibrates sont des médicaments utilisés depuis le milieu des années 1970 pour traiter...

  • HORMONES

    • Écrit par Jacques DECOURT, Universalis, Yves-Alain FONTAINE, René LAFONT, Jacques YOUNG
    • 14 354 mots
    • 11 médias
    La superfamille des récepteurs nucléaires comprend les récepteurs des stéroïdes ( glucocorticoïdes, androgènes, estrogènes, progestérone et minéralocorticoïdes) de la vitamine D, des hormones thyroïdiennes, de l'acide rétinoïque (fig. 2) et des récepteurs dits « orphelins » pour lesquels...
  • PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT D'UN ORGANISME

    • Écrit par Corinne ABBADIE
    • 8 015 mots
    • 1 média
    ...interactions protéine-protéine. Enfin, certains facteurs de transcription ne sont capables de se lier à l'ADN que lorsqu'ils ont fixé un ligand. C'est le cas des récepteurs nucléaires d'hormonesstéroïdes. En absence d'hormones, ces facteurs se localisent dans le cytoplasme de la cellule. Lorsqu'une de...
  • SEXUALISATION, biologie

    • Écrit par Jacques DECOURT, Jean-Marc LOBACCARO, Étienne PATIN, Lluis QUINTANA-MURCI, Charles SULTAN
    • 14 067 mots
    • 2 médias
    Le récepteur des androgènes appartient à la famille des récepteurs nucléaires (récepteurs des hormones stéroïdes et thyroïdiennes, de la vitamine D, de l'acide rétinoïque...), ainsi nommés car ils sont actifs dans le noyau des cellules cibles. Le gène (subdivisé en huit structures actives ou exons,...
  • SIGNALISATION, biologie

    • Écrit par Claude KORDON
    • 1 899 mots
    ...de la cellule en fonction des combinaisons variables de signaux qu'elle reçoit. Ce contrôle fait également appel à une autre variété de récepteurs, les récepteurs nucléaires. Contrairement aux précédents, ceux-ci sont localisés dans le cytoplasme mais subissent une translocation vers le noyau cellulaire...
  • STÉROÏDES

    • Écrit par Dominique BIDET, Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET, Daniel PHILIBERT
    • 7 599 mots
    • 13 médias
    ...augmentation de son affinité pour ses sites de liaison à la chromatine. L'étude de ces processus a bénéficié ces dernières années de l'apport des techniques de biologie moléculaire qui ont conduit au clonage et séquençage des cinq classes derécepteurs stéroïdiens humains et de quelques autres espèces.