Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

9-29 avril 1993

Israël - États-Unis. Reprise des négociations de paix au Proche-Orient et concessions israéliennes

Le 9, les autorités israéliennes acceptent que Fayçal Husseini participe aux négociations de paix au sein de la délégation palestinienne. Celui-ci est le numéro un de l'O.L.P. dans les territoires occupés. Inaugurées par la conférence de Madrid d'octobre 1991, les négociations de Washington sont suspendues depuis l'expulsion de quatre cent quinze Palestiniens, le 17 décembre 1992.

Le 21, l'O.L.P., qui a forcé les pays arabes à repousser la reprise des négociations du 20 au 27, obtient du secrétaire d'État américain Warren Christopher qu'il réaffirme la validité des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité de l'O.N.U. comme base du processus de paix. La déclaration de Jérusalem, le même jour, selon laquelle les mesures de bannissement adoptées en décembre 1992 sont « sans précédent et exceptionnelles », apparaît comme une nouvelle concession à l'O.L.P.

Le 27, à Washington, les pourparlers israélo-arabes reprennent après plus de quatre mois d'interruption. La délégation israélienne adopte aussitôt une position relativement souple concernant les responsabilités d'un futur « autogouvernement » palestinien en Cisjordanie et à Gaza durant la période de cinq ans précédant l'entrée en vigueur du statut définitif de ces territoires.

Le 29, le gouvernement israélien autorise trente des quelque mille sept cents Palestiniens expulsés depuis 1967 à revenir chez eux ; cinq mille autres Palestiniens résidant à l'étranger sont également autorisés à rentrer, dans le cadre du rapprochement familial.

— Universalis

Événements précédents