27 mars - 1er avril 1997France – Gabon. Implication du président Omar Bongo dans l'affaire Elf-Bidermann

 

Le 27, à la demande du juge Éva Joly, chargée de l'instruction de l'affaire Elf-Bidermann, la justice genevoise place sous séquestre un compte bancaire ouvert au nom d'une société immatriculée dans les îles Vierges britanniques et qui abriterait des fonds appartenant à l'État gabonais, ou même au président Bongo. L'affaire, qui a occasionné la mise en examen, en juillet 1996, de Loïk Le Floch-Prigent, ancien P.-D.G. du groupe pétrolier français, concerne certaines relations inexpliquées entre Libreville, Elf-Gabon et le groupe textile de Maurice Bidermann.

Le 30, Omar Bongo, qui avait déjà fait part à Jacques Chirac, le 18, de ses inquiétudes au sujet des investigations menées par le juge Joly, dénonce auprès de son homologue français ces « atteintes à la souveraineté de son pays ».

Le 1er avril, la présidence gabonaise déclare, dans un communiqué, que « l'affaire Elf-Bidermann [...] ne concerne pas l'État gabonais ».

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  27 mars - 1er avril 1997 - France – Gabon. Implication du président Omar Bongo dans l'affaire Elf-Bidermann », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/27-mars-1er-avril-1997-implication-du-president-omar-bongo-dans-l-affaire-elf-bidermann/