Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

21-29 août 2003

Argentine. Abrogation des lois d'amnistie relatives aux exactions commises sous le régime militaire

Le 21, le Parlement abroge les deux lois qui amnistiaient les militaires auteurs d'exactions sous le régime de dictature, de 1976 à 1983. La loi dite « point final » de décembre 1986 et celle du « devoir d'obéissance » de juin 1987 avaient été adoptées sous la pression des militaires, dans les premières années du retour à la démocratie, à la suite du procès retentissant des chefs de la junte en 1985. Les condamnés avaient été graciés par le président Carlos Menem en décembre 1990. Ces lois exonéraient de poursuites quelque 2 000 tortionnaires impliqués dans la mort de 15 000 à 30 000 personnes. L'engagement de poursuites dans ce cadre sera toutefois subordonné à l'accord de la Cour suprême de justice. Le Parlement donne également une valeur constitutionnelle à la convention des Nations unies de décembre 1968 qui rend imprescriptibles les crimes de guerre et crimes contre l'humanité. La responsabilité de cette initiative revient au président Nestor Kirchner, en poste depuis mai, qui souhaite que les tortionnaires soient jugés en Argentine et non dans les pays qui en réclament l'extradition. Il a également ordonné, en juillet, l'ouverture des archives relatives à l'accueil en Argentine des anciens nazis, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Le 29, l'Espagne renonce à transmettre à l'Argentine sa demande d'extradition concernant trente-neuf anciens militaires et un civil accusés de violations des droits de l'homme.

— Universalis

Événements précédents

  • 14-25 mai 2003 Argentine. Élection par défaut de Nestor Kirchner à la présidence

    Le 14, quatre jours avant le second tour de l'élection présidentielle, Carlos Menem annonce son retrait de la compétition. Le candidat péroniste, président du pays de 1989 à 1999, était arrivé en tête au premier tour, le 27 avril, avec 24 p. 100 des suffrages, devant un autre péroniste, Nestor Kirchner...

  • 9 juillet 2002 Argentine. Annonce d'une élection présidentielle anticipée

    Le président Eduardo Duhalde, désigné en janvier à titre temporaire par le Parlement, annonce l'organisation d'une élection présidentielle anticipée en mars 2003, au lieu de décembre de la même année, comme initialement prévu. Le mouvement de mécontentement social provoqué par la crise financière et...

  • 1er-11 février 2002 Argentine. Nouvelles mesures financières

    Le 1er, la Cour suprême déclare anticonstitutionnelles les mesures de restriction des retraits bancaires – le corralito – imposées par le gouvernement en décembre 2001 pour tenter d'endiguer la fuite des capitaux, alors que le pays traverse une crise financière aiguë. Annonçant le report de la présentation...

  • 1er-25 janvier 2002 Argentine. Élection d'Eduardo Duhalde à la présidence et poursuite de la crise financière

    Le 1er, le Congrès élit le péroniste Eduardo Duhalde à la présidence de la République jusqu'à la fin du mandat en cours, en décembre 2003. Le président Fernando de la Rua puis son successeur, Adolfo Rodriguez Saa, avaient démissionné en décembre 2001. Ancien gouverneur de la province de Buenos Aires...

  • 1er-31 décembre 2001 Argentine. Crise financière et politique

    Le 1er, le gouvernement adopte des mesures de limitation des retraits bancaires et des sorties d'argent vers l'étranger afin de freiner la fuite des capitaux et la spéculation. En récession depuis trois ans, le pays traverse une crise financière majeure marquée par la surévaluation du peso. Ces mesures...

  • 14 octobre 2001 Argentine. Défaite de l'Alliance au pouvoir aux élections législatives

    L'Alliance (centre gauche) au pouvoir, qui réunit le Parti radical et le Front pour un pays solidaire (Frepaso), subit un grave revers lors des élections législatives. Le Parti justicialiste (péroniste) conserve sa majorité absolue au Sénat – avec 41 élus sur 72 contre 25 pour l'Alliance – et reconquiert...

  • 11-31 juillet 2001 Argentine. Crise financière

    Le 11, après trois mois de crise financière aiguë, le gouvernement annonce un plan de réduction massive des dépenses publiques destiné à atteindre un « déficit zéro » d'ici à la fin de l'année. Il s'agit du septième plan d'ajustement adopté par le gouvernement depuis l'arrivée au pouvoir du président...

  • 7 juin 2001 Argentine. Inculpation de l'ancien président Carlos Menem pour corruption

    Carlos Menem, président de 1989 à 1999 et chef du Parti justicialiste (opposition), est arrêté et inculpé pour son rôle présumé dans une affaire de corruption liée à la vente illégale d'armes à la Croatie et à l'Équateur, entre 1991 et 1995. Il est assigné à résidence.

  • 16-23 mars 2001 Argentine. Crise économique et politique

    Le 16, le ministre de l'Économie, Ricardo Lopez Murphy, annonce un plan d'austérité visant à réaliser 4,5 milliards de dollars d'économies en deux ans, afin de se conformer aux exigences du Fonds monétaire international et de tenter de sortir l'économie de trente-trois mois de récession. Cette initiative...

  • 24 octobre 1999 Argentine. Élection du radical Fernando de la Rua à la présidence

    Le maire radical de Buenos Aires, Fernando de la Rua, candidat de l'Alliance d'opposition qui regroupe l'Union civique radicale et le Front pour un pays solidaire (Frepaso, centre gauche), remporte l'élection présidentielle avec 48,5 p. 100 des suffrages. Il devance le candidat du Parti justicialiste...