19-20 juin 2000

Union européenne. Sommet de Feira

Les 19 et 20, les chefs d'État et de gouvernement des Quinze participent au sommet européen de Feira (Portugal), qui marque la fin de la présidence portugaise de l'Union. La réunion est marquée par la résistance de l'Autriche à l'adoption d'un compromis peu contraignant sur l'harmonisation de la fiscalité de l'épargne des non-résidents, notamment sur la levée du secret bancaire. Vienne s'y rallie finalement après avoir obtenu que l'Union réexamine les mesures d'isolement décidées à son encontre. Ces sanctions ont été adoptées à la suite de l'entrée, en février, du Parti libéral (extrême droite) de Jörg Haider dans le gouvernement de coalition de Wolfgang Schüssel. En outre, le sommet de Feira élargit l'ordre du jour de la Conférence intergouvernementale (C.I.G.) sur les réformes des institutions européennes préalables à l'élargissement de l'Union, qui doit s'achever en décembre. La C.I.G. a déjà pour mission de compléter le traité d'Amsterdam de juin 1997 sur trois points : la composition de la nouvelle Commission, la pondération des voix au sein du Conseil des ministres et l'extension des domaines dans lesquels les décisions se prendront à la majorité qualifiée et non plus à l'unanimité. Elle traitera également des « coopérations renforcées », c'est-à-dire de la possibilité pour certains membres de l'Union d'avancer de façon concertée sur tel ou tel aspect de la construction communautaire. La France doit assurer la présidence de l'Union à partir du 1er juillet.

— Universalis

Événements précédents