10-23 février 1989Afghanistan. Retrait soviétique et réorganisation au sein du régime afghan et de la résistance

 

Le 10 parvient à Kaboul le premier et unique avion du pont aérien organisé par l'O.N.U. à destination de la capitale assiégée. Celui-ci est interrompu en raison à la fois des risques encourus et du refus de certains pays occidentaux de contribuer à la survie artificielle du régime afghan.

Le 15, les troupes soviétiques achèvent leur retrait à la date prévue par les accords de Genève du 14 avril 1988.

Le 20, le Premier ministre Hassan Sharq, n'appartenant pas au Parti populaire démocratique (P.P.D.A., procommuniste) au pouvoir et symbole de la « politique de réconciliation », est limogé par le président Najibullah qui remplit désormais aussi les fonctions de chef du gouvernement. Un conseil militaire suprême composé des principaux chefs du parti et de l'armée est formé. Ces décisions, qui interviennent à la suite d'un remaniement ministériel visant à renforcer le rôle du P.P.D.A. et de la proclamation de l'état d'urgence, marquent un durcissement et une militarisation du régime afghan.

Le 23, la choura, réunie au Pakistan, nomme Sibghatullah Mojaddedi (modéré) président et Abdul Rasul Sayyaf (fondamentaliste) Premier ministre d'un gouvernement intérimaire de la résistance, au terme de débats marqués par de profondes divergences entre sunnites et chiites. Ces derniers refusent de reconnaître les décisions de la choura, qu'ils jugent non représentative.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  10-23 février 1989 - Afghanistan. Retrait soviétique et réorganisation au sein du régime afghan et de la résistance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : http://www.universalis.fr/evenement/10-23-fevrier-1989-retrait-sovietique-et-reorganisation-au-sein-du-regime-afghan-et-de-la-resistance/