ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une intuition mystique

La négation de la valeur du langage et de la rationalité ne sont cependant qu'un aspect de la démarche du Zhuangzi. La destruction du langage appelle son dépassement et « l'oubli des paroles » est la voie qui ouvre à une méditation dépourvue de support. La connaissance vraie surmonte aisément l'obstacle du langage : « Connaître la Voie est facile. Ce qui est difficile, c'est de ne pas en parler. En la connaissant sans en parler, on va vers le Ciel. » Cette pensée, de même que la fameuse formule « s'asseoir et oublier » (zuowang) est le lointain prélude à certains aspects mystiques du bouddhisme Chan (mieux connu par la prononciation japonaise Zen). C'est en partie cette dimension mystique qui donnera au Zhuangzi une importance considérable à partir de l'expansion du bouddhisme en Chine.

L'homme idéal prôné par le Zhuangzi est l'homme authentique (zhenren) ou accompli (zhiren). Exempt de tout attachement, il entretient en lui le souffle vital (qi). Il est donc souverainement libre. Le Zhuangzi compare le cœur de l'homme accompli à un miroir : « L'homme accompli utilise son cœur comme un miroir. Il ne retient pas les choses, de même qu'il ne va au-devant d'elles. Il y répond sans les garder. Ainsi il est capable de dominer les choses sans rien subir. » Pour faire de son cœur un miroir, l'homme authentique doit le vider pour l'emplir de la Voie. C'est ce que le Zhuangzi appelle le « jeûne du cœur » (xinzhai) : « Si l'on unifie sa volonté, on n'écoute plus avec les oreilles mais on écoute avec le cœur, on n'écoute plus avec le cœur mais on écoute avec le souffle vital (qi). Le souffle vital, c'est le vide qui accueille toute chose. Or seule la Voie accumule le vide. Ce vide, c'est le jeûne du cœur. »

D'une façon générale, la mystique du Zhuangzi prône le non-agir (wuwei) taoïste, qui n'est pas synonyme d'inaction mais désigne une attitude en conformité avec le mouvement de la nature et de la Voie. Chacun a une situation particulière dans le monde et doit agir en fonction de celle-ci, sans chercher à forcer l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur de l'École pratique des hautes études (sinologie), agrégé de langue et culture chinoises

Classification

Autres références

«  ZHUANGZI [ TCHOUANG-TSEU ], Zhuang Zhou  » est également traité dans :

ZHUANGZI

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 2 413 mots

Zhuangzi [Tchouang-tseu], « Maître Zhuang » (zi était un suffixe apposé au nom des philosophes), est le titre d'une œuvre datant de l'Antiquité chinoise qui, sur le plan philosophique, peut se comparer aux Upaniṣad indiennes et, dans notre monde méditerranéen, aux présocratiques (beaucoup moins bien conservés). Du poin […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les philosophes »  : […] Il ne saurait être question ici d'exposer les doctrines proprement philosophiques de la fin des Zhou ; on n'en retiendra que les aspects littéraires. La plus ancienne des œuvres philosophiques de cette époque, qui nous soit parvenue, est celle de Mencius ( Mengzi, « maître Meng »), qui vécut dans la seconde moitié du iv e  siècle. Comme Confucius, comme Mozi, Mencius était originaire du pays de Lu […] Lire la suite

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Qui étaient-ils ? »  : […] Ces Sept Sages comptaient parmi eux le plus grand poète et le plus illustre philosophe de leur époque, et c'est sans doute la personnalité de ces deux hommes géniaux qui a donné le ton, sinon aux rencontres hypothétiques, du moins à l'image que l'histoire en a faite. La poésie de Ruan Ji (210-263) est une longue introspection sur l'impermanence de la vie et une recherche pathétique de valeurs con […] Lire la suite

HUI SHI [HOUEI CHE] ou HUIZI [HOUEI-TSEU] (env. 370-env. 310 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 746 mots

Dialecticien chinois, un des grands sophistes qui ont été rangés dans ce qu'on appelle l'« école des noms » (Mingjia), Hui Shi (ou Huizi), dont aucun ouvrage ne nous est parvenu, est l'auteur d'un système, important et original, qui est connu par son ami Zhuangzi, comme lui originaire du pays de Song (actuelle province du Henan) et son principal interlocuteur, son antagoniste, son meilleur ami. La […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dao du « Vieux Maître » »  : […] S'il n'y a pas eu, dans l'Antiquité, une école taoïste à proprement parler, d'où proviennent alors les maximes et aphorismes qui composent le Daode jing  ? On ignore, à vrai dire, presque tout des origines de ce texte si célèbre, qui compte non seulement des centaines de commentaires en Chine même, mais est encore, depuis sa traduction en sanskrit en 661 apr. J.-C., le livre chinois le plus tradui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre MARSONE, « ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi-tchouang-tseu-zhuang-zhou/